• La commune ne possède pas de blason officiel

     

    Projet de blasonnement proposé par Jacques Dulphy associant les armes des de Mauchevalier et celles des de Blottefière avec une croix de Malte symbolisant la commanderie de Courtemanche.

     

    Voyennes

     

    En 985, Lothaire confia la défense du passage de la Somme à Voyennes aux templiers. Les seigneurs responsables du fort sont Renaut de Courtemanche et Luc de Vienna.

    Plusieurs sources confirment la présence d’un fort templier sur le territoire de Voyennes : « En 1182, le chapitre de Noyon avait acensé à Nivelon de Montdidier, maître du Temple dans le diocèse de Noyon (il n'y avait pas encore de baillie de Vermandois), ses moulin, chaussée et pêcheries de Voyennes, moyennant dix muids de froment et 40 sols de monnaie de Vermandois. Les frères du Temple s'engageaient à payer le cens convenu, à Noyon, le transport du grain étant à leur charge, et à souffrir le libre passage sur la chaussée des chevaux, des voitures à deux et quatre chevaux et autres véhicules du chapitre. Quant aux chanoines, ils devaient veiller à ce que leurs hommes allassent au moulin des Templiers et non à un autre3 ».

    Aujourd'hui, les templiers laissent leur nom à une impasse, à un chemin pédestre et une association dans la commune fait découvrir leur mode de vie.

    Rien ne subsiste du premier château fortifié.

    En 1500 on trouve Jean de Mauchevalier qui avait épousé Jacqueline de Warluzel.

    Voyennes

    Mauchevalier : d'argent, à la bande d'azur chargée de trois fleurs de lys d'or, accostée de six merlettes de sable.

    Leur fille Marie de Mauchevalier épousa Raoulquin de Folleville.

    Leur fils François de Folleville épouse en 1514 Françoise de Wadencourt.

    Voyennes

    de Folleville : d'or à dix losanges de gueules, accolés et aboutés 3,3,3 et 1

    Puis leur fils Charles de Folleville en était le seigneur en 1569.

    Les ligueurs y placèrent une garnison en 1589

    La petite fille de Charles de Folleville, Jeanne de Warluzel épousa en 1595 Jean de Blottefière, gentilhomme de la Chambre du Roi et gouverneur de Doullens.

    Voyennes

    de Blottefière : d'or à trois chevrons de sable.

    Leur fils Gabriel, marquis de Villencourt, fut gouverneur de Montdidier et Nicolas, l'aîné de leur Petit-fils, capitaine de chevau-légers.

    Puis François de Blottefière, lieutenant du Roi en Picardie, à la fin du XVIIème siècle, il fut inhumé à Voyennes en 1710.

    Vinrent ensuite Pierre de Blottefière, lieutenant-colonel de cavalerie qui meurt en 1746 et François-Joseph, capitaine de vaisseau du roi.

    Pierre-Théophile, comte de Blottefière fut promu maréchal de camp en 1770 et mourut quatre ans plus tard, célibataire, au château de Voyennes qu'il avait fait reconstruire en 1767.

    Voyennes

    Mis en vente en 1774, Louis de Blottefière, son frère, le conserva finalement .

    Son fils Pierre-Louis, comte Blottefière de Voyennes, fit une belle carrière militaire, né en 1746, il fut maréchal de camp en 1792, participa à la bataille de Jemmapes et au siège de Maastricht, devenu sourd à la bataille de Neerwinden, il se retira à Voyennes où l'on vint le trouver en 1805 pour lui demander d'organiser les cohortes du département de la Somme.

    Un an avant sa mort en 1818, il céda le domaine à sa fille Anne-Marie, épouse de Quentin Gobinet de Villecholle.

    Passé sous Louis-Philippe à la famille de Crémery puis vendu en 1912 à M.Gruet.

    Le château a disparu au cours de la Grande Guerre, il se trouvait à proximité du canal de la Somme, une motte se voyait encore à son emplacement.

                                                                     ***

                                                       Eglise Saint-Etienne

    Voyennes

    église romane en 1876

    L’église Saint-Étienne était un précieux monument d’époque Romane, riche de moulures dentelées autour des fenêtres et d’un magnifique bas-relief en pierre bleue sur le pignon du portail. D’abord endommagée pendant la guerre de 1870, elle servit d’infirmerie aux troupes allemandes dès 1914, avant d’être détruite lors des épisodes de la bataille de la Somme. Elle fut reconstruite en 1928, dans un style assez proche, avant d’être à nouveau détruite en 1940 par un bombardement aérien.

    Voyennes

    ancienne église en 1906

    Voyennes

    Voyennes

    L’église actuelle a été rebâtie sur le même emplacement, à côté du monument aux morts.

     

    Voyennes


    votre commentaire
  • La commune a fusionné avec Marchélepot en janvier 2019 .

    La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    Projet de blasonnement proposé par Jacques Dulphy en associant les armes des familles de Goussencourt, de Méniolle d'Armancourt et de Bibault.

     

    Misery

    Tiercé en pairle renversé : au premier d'hermine au chef de gueules (qui est De Goussencourt), au deuxième d'azur au chevron d'argent accompagné de trois étoiles d'or (qui est Méniolle d'Armancourt), et au troisième de gueules à la fasce d'argent accompagnée d'un croissant d'or en  chef et de deux étoiles d'argent en pointe (qui est Bibault, aux meubles inversés)

     

    Eut dans les temps anciens des seigneurs de ce nom comme Jean de Misery qui était maïeur de Péronne en 1278.

    La terre passe aux XV et XVIème siècle à la famille de Goussencourt.

    Misery

    Misery

    Quentin de Goussencourt

    Au début du règne de Louis XV, le sieur Bibault, notaire honoraire à Noyon, acquit la seigneurie des héritiers de Valentin Meniolle d'Armancourt.

    Misery

    Meniolle d'Armancourt : d'azur au chevron d'argent accompagné de trois étoiles d'or.

    Son fils Charles-François Bibault, anobli par lettres de 1750, acheta la seigneurie de Biaches que le roi érigea en baronnie en 1768, son épouse Julie-Louise de Chemault était au service de la reine Marie Lesczynska.

    Misery

    Bibault : de gueules à la fasce d'argent, accompagnée en chef de deux étoiles de même et en pointe d'un croissant d'or.

    M.de Biaches comme on l'appelait, fit construire sur sa terre de Misery une maison rustique semblable à celle du Trianon de Versailles, appelée la chaumière de Misery, et y convia de hauts personnages.

    En 1821, son fils vendit le domaine à Charles-François de Viefville qui le donna à sa fille Sophie qui venait d'épouser Louis-Joseph Meurinne, originaire de Le Meux, près de Compiègne.

    Sophie Meurinne mourut prématurément deux ans plus tard et c'est seulement après le partage de 1859 qu'Edouard, son seconf fils en prit possession.

    Il fit élever un château brique et pierre , la guerre de 1914-18 n'en laissa subsister que les murs.

    Misery

    Mme Léon de Lalain-Chomel, née Meurinne, en fit réutiliser les fondations pour bâtir une nouvelle demeure qui eut à souffrir à  son tour en 1940-45.

     

    Elle laissa le domaine à son cousin Bernard Langlois-Meurinne, aïeuls des propriétaires actuels, Mme Michel Langlois de Meurinne, née Catherine Enders.

    Misery

    merci à JN.Marchiset

    La chaumière fut abattue après l'achèvement du château en 1863, elle n'en était distante que d'une quinzaine de mètres.

    Première Guerre mondiale

    Misery est occupée par les Allemands pendant trois ans, du 27 août 1914 à mars 1917, à cause de sa position stratégique. La population est évacuée, le château est occupé par l'état-major ennemi. Le village a presque entièrement été détruit pendant le conflit

     

    Misery

    Misery

    Le village est considéré comme détruit à la fin de la guerre et a été décoré de la Croix de guerre 1914-1918 le 27 octobre 1920.

    Misery

     

    *

    Eglise Saint Vaast

    Misery

    En 1875

    reconstruite après la Première Guerre mondiale

    Misery

     

     


    votre commentaire
  • La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    La famille Le Carlier, originaire du Cambraisis, s'est implantée en Picardie à la fin du 16ème siècle.

    Ils ont été seigneurs de Curchy du 16ème au 18ème siècle.

    Louis-Nicolas Le Carlier, né vers 1740, était en 1778 capitaine de cavalerie au régiment de Berry, puis lieutenant-colonel en 1779, il demeurait au château voisin d'Herly, son épouse Antoinette-Aimée du Trousset-d'Héricourt-d'Obsonville de Valincourt vivait encore en 1793.

    Curchy

     

     gouache de Marcel Stiennon  de 1974

    d'argent à un lion de sable, la langue et les griffes de gueules, parti de sable à une roue d'or.

     

    Curchy 

    Photo Jean-Noël Marchiset

    Château de la famille Boudoux d'Hautefeuille

    La propriété est venue  dans la famille Boudoux d'Hautefeuille par le mariage en 1711 de Marie Dumont avec Claude Boudoux d'Hautefeuille, né à Puzeaux en 1682  et décédé à Curchy en 1727, cette famille y a constamment habitée depuis lors.

    Curchy

    d'or au chevron de gueules, accompagné de trois coquilles de même.

    Par filiation la demeure revint à Marc Emeric Edouard Boudoux d'Hautefeuille (1855-1922), maire de Curchy jusqu'en 1919, il épousa en 1888 Marie-Elisabeth-Léonie Poujol de Fréchencourt.

    Ils eurent Jean-Baptiste-Adrien (1893-1961).

    Puis Bernard-Emeric (1921-2002) qui épousa Marie-Françoise de Bernes de Longvilliers.

    Leur fils Olivier, né en 1949, qui épousa en 1974 Madeleine Masson, ce sont les propriétaires actuels. 

    Les bâtiments primitifs avaient été remplacés au début du 19ème siècle par une construction de style Empire, qui fut totalement détruite par un incendie dans la nuit du 18 au 19 octobre 1914, provoqué par les troupes allemandes.

    Mme d'Hautefeuille, née Eugénie Mauduite, épouse de Charles Clément Boudoux d'Hautefeuille (1813-1876) fut retirée difficilement des flammes mais mourut peu après.

    Le domaine fut reconstruit par Jean-Baptiste Boudoux d'Hautefeuille sur les plans d'André Schroeder qui a copié la propriété de Vauchelles-les-Quesnoy.

     

    Eglise Saint Médard

    C'est un édifice dont la construction date du XVIIIe siècle excepté la tour-clocher dont la construction remonte au XVe siècle. L'édifice remplace un sanctuaire du XIIe siècle dont il reste quelques éléments.

    L'église conserve des fonts baptismaux en pierre du xiie siècle et un bas-relief représentant saint Médard daté de 1502 qui sont protégés en tant que monuments historiques au titre d'objets depuis 1907.

    Un hôpital militaire a été construit sous l'église par les Allemands pendant la Première Guerre Mondiale.

    Curchy

    En 1868 


    votre commentaire
  • La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    Les communes d'Estrées et Deniécourt fusionnent entre 1790 et 1794.

     

    Au Moyen-Âge ces deux communes font partie de la châtellenie de Nesle, on trouve en 1147 Ives de Nesle.

    En 1221, une charte mentionne Pierre d'Estrées comme seigneur, il porta bannière à Bouvines en 1214.

    En 1270 Raoul d'Estrées est cité parmi les chevaliers de la 8ème croisade.

    A la fin du 17ème siècle, René-Philippe de Montjean (ou de Montejean), marquis de Deniécourt, seigneur de Fay, de Deniécourt et d'Estrées, sous-lieutenant de chevau-légers de la reine, épouse Reine Le Cat d'Hervilly.

    Estrées-Deniécourt

    De Montjean : écartelé : aux 1 et 4 d'or fretté de gueules; Aux 2 et 3 : de gueules à la croix d'argent chargée en coeur d'une coquille de sable

    Le Cat d'Hervilly : de sable semé de fleurs de lys d'or.

     

    Estrées-Deniécourt

     

    Les de Montjean portaient l'origine : d'or fretté de gueules.

     

    Leur deux filles épousèrent leurs oncles et c'est ainsi que Augustine de Montjean apporta la terre en 1717 à Michel-Charles d'Hervilly, marquis de Canisy, lieutenant-colonel pour le Roi du château de Ham.

    Son fils Charles-François d'Hervilly épousa Marie-Anne Manessier de Guibermesnil, ils entreprirent la reconstruction complète du château qui s'arrêta en 1760 lorsque Marie-Anne mourut à Brocourt, âgée seulement de 31 ans.

    Estrées-Deniécourt

    Mannessier : d'argent à trois hures de sanglier de sable.

    Leur fils Charles-François d'Hervilly épousa en 1747 à Versailles, Marie-Anne Manessier de Guibermesnil, ils entreprirent la reconstruction complète du château qui s'arrêta en 1760 lorsque Marie-Anne mourut à Brocourt, âgée seulement de 31 ans.

    Les travaux ne durent être repris que dans les dernières années de l'Ancien Régime par leur fils Marc-Pierre qui fit également élever l'église et la ferme, il mourut en 1796.

    Estrées-Deniécourt

    Son fils Louis-François, comte de Deniécourt et colonel de cavalerie, dut attendre de devenir conseiller général dans les premières années de la Restauration pour faire bâtir de nouvelles dépendances et redessiner le parc à l'anglaise .

    Estrées-Deniécourt

    Dans les années 1840, il fit apporter des modifications au château.

    Sa fille la comtesse de Kergolay lui succéda en 1853 et, à la veille de 1914 Louis de Kergolay fit réaliser une importante campagne de travaux.

    Estrées-Deniécourt

    De Kergolay : vairé d'or et de gueules

    Estrées-Deniécourt

    Au cours de la bataille de la Somme pendant l'été 1916 le site fut âprement bombardé, les troupes allemandes occupèrent le château et repoussèrent 3 offensives des français avant de céder le 18 septembre.

    La violence des combats ne laissa pratiquement rien subsister du château, de l'église, des dépendances et du parc.

    Estrées-Deniécourt

    Estrées-Deniécourt

     

     

    Eglise Saint-Quentin

    Estrées-Deniécourt

    L'église en 1877

    Estrées-DeniécourtEstrées-Deniécourt

     

     Les villages d'Estrées et de Deniécourt furent totalement détruits pendant la Première Guerre mondiale, classés en Zone rouge, ils ne devaient pas, en principe être reconstruits. La ténacité des habitants fit changer d'avis les autorités qui autorisèrent la reconstruction du village d'Estrées et du hameau de Deniécourt qui eurent chacun une église neuve. Au début de la Seconde Guerre mondiale, pendant la Campagne de France de 1940, Estrées-Deniécourt fut à nouveau détruit. En 1948, la commune adhéra à la coopérative de reconstruction des églises dévastées. L'architecte péronnais Marc Quentin, qui fut par la suite architecte à Royan et à Rochefort-sur-Mer, est choisi pour diriger les travaux de reconstruction de l'église qui fut achevée en 1959.

     L'église d'Estrées est une construction en béton armé. Son originalité réside dans son aspect. Pas de mur apparent, ce sont les deux versant de la toiture qui vont jusqu'au sol. L'éclairage s'effectue par cette toiture originale en béton percée de multiples petits carrés garnis de verre teinté. L'entrée est protégée par un auvent et un fin clocher de béton domine l'édifice. A l'intérieur, un escalier de béton donne accès à une tribune.

    Estrées-Deniécourt

     

    *

    Eglise Saint-Gentien (Deniécourt)

    Église Saint-Gentien de Deniécourt reconstruite durant l'entre-deux-guerres, à l'emplacement de l'église précédente, ancienne chapelle du château alors situé à proximité de Deniécourt

    Estrées-Deniécourt

    Estrées-Deniécourt


    votre commentaire
  • Bethencourt-sur-Somme

     

    http://armorialdefrance.fr/ 

     

    D'or à douze merlettes de gueules ordonnées en orle, accompagnées d'un lambel d'azur.

    ***

    Ce sont les armes anciennes de la famille de Béthencourt.
    Plusieurs familles ont porté ce nom. Celle-là, connue dès le XIe siècle, comptait parmi les plus prestigieuses du Vermandois. En 1053, Baudouin de Béthencourt, l'un des plus hauts seigneurs de la cour du roi Henri 1er, est témoin d'une charte du comte de Vermandois en faveur de l'abbaye d'Homblières.

    Dans des chartes de 1240 et 1248, il est fait mention de Philippe et Wauthier de Béthencourt, seigneurs de Béthencourt (sur Somme).
    Rietstap donne ce blason (d'or à une orle de douze merlettes de gueules, au lambel d'azur en chef) pour la famille "De Béthancourt-Lagny"; Jougla et Warren pour la famille "De Béthancourt", mais ils précisent l'un et les autres que c'est bien de cette famille du Vermandois, en Picardie, qu'il s'agit.

    Victor et Henri Rolland (Supplément à l'Armorial général de Riestap, 1926-1954),dessinent ce blason familial mais disposent les merlettes en cercle, en non en orle.
    (Jacques Dulphy)

    ***

    Il existait un château-fort au XIIIème siècle pour garder le passage de la Somme, ce château un peu oublié de l'histoire subsistera jusqu'au règne de Louis XIII qui le fit démolir.

    On trouve le tombeau d'Isabelle de Béthencourt épouse d'Odon IV seigneur de Ham au XIIIème siècle, dans la crypte de l'église de Ham.

    Bethencourt-sur-Somme

    Le village fut pillé et brûlé par les Espagnols en 1676.

    Et totalement détruit pendant la Première Guerre mondiale.

    L'église Notre-Dame de l'Assomption datait du XIème siècle et était édifiée tout près de la Somme, elle fut détruite le 22 avril 1917 par les allemands, avec une mine à retardement.

    Bethencourt-sur-Somme

    en 1777

    Bethencourt-sur-Somme

    Bethencourt-sur-Somme

    Bethencourt-sur-Somme

    Reconstruite sur un nouvel emplacement en 1926.

    Bethencourt-sur-Somme


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique