• La commune ne possède pas de blason officiel.

    Projet de blasonnement proposé par Jacques Dulphy, associant les clefs et les larmes de l'abbaye de Selincourt avec celles de la famille d'Hardivillers, dont François-henri fut dernier seigneur du lieu.

    Thieulloy-l'Abbaye

     

    L'extension « l'abbaye » au nom du village vient de ce qu'il appartenait à l'abbaye de Selincourt, il n'y a jamais eu d'abbaye à Thieulloy.

    Thieulloy-l'Abbaye

    Abbaye de SelincourtDe gueules à deux clés d'argent passées en sautoir, cantonnées de quatre larmes du même.

    Thieulloy-l'Abbaye est à l'origine composée de deux villages, appelés Fay-lès-Hornoy et Thieulloy-l'Abbaye. Du fait de la proximité, les deux villages se sont étendus l'un vers l'autre pour n'en plus former qu'un, et leur fusion administrative a eu lieu entre 1790 et 1794.

    Le seigneur était donc l'abbé de Selincourt, haut justicier.

    Le fief de Gribeauval était au XVIIème siècle en la possession de la famille de Cressy.

    Un petit fief à Charles-François-Joseph, marquis de Louvencourt au 18ème.

    Un autre fief, mouvant du roi, était en 1639 à Oudart Leroy qui le tenait de son frère Nicolas Leroy.

    Hameau d'Hermilly

    l'abbaye du Gard avait la ferme d'Hermilly que lui avaient données Hugues d'Hermilly en 1143 et Jean d'Hangest vers 1243.

    Faÿ (Failly)

    Faisait partie en 1301 des quatre paroisses desservies par l'abbaye de Selincourt.

    Ce hameau formait une commune en 1790 et devint ensuite une annexe de Thieulloy.

    Le Faÿ de Thieulloy est mentionné dans une charte de 1166, donnée par Henri de France, archevêque de Reims, ses coutumes furent rédigées en 1507.

    Les premiers seigneurs en portaient le nom .

    La terre est possédée au XVème par la famille Grisel, en 1507 à Jean Grisel et en 1593 à François Grisel.

    Thieulloy-l'Abbaye

    Grisel (Picardie) : écu portant un créquier au lambel de trois pendants, les émaux ne sont pas connus ( Selon Demay (Sceaux de Picardie, 1875, notice N° 959) .

     

    Puis en 1639 à François de Villers-Saint Paul.

    Thieulloy-l'Abbaye

     

    Villers-Saint Paul : d'argent, à la bande de sable chargée de trois fleurs de lys d'or

    Au XVIII ème à la famille d'Hardivillers, François-Henri en était le seigneur jusqu'en 1789.

    Thieulloy-l'Abbaye

    d'Hardivillers d'azur au coq les ailes levées d'argent, crêté, onglé de gueules, posé sur une montagne de sable mouvante de la pointe de l'écu et tenant de sa dextre une épée en pal d'argent, la garde et la poignée d'or, laquelle est surmontée d'une couronne du même .

    ***

    À remarquer : Thieulloy-l'Abbaye possède deux cimetières, deux églises (dont l'une en ruine), deux puits...

     

    Eglise de Thieulloy : Assomption de la Ste Vierge du XVIème siècle.

    restaurée à plusieurs reprises, notamment aux XVIIème et XVIIIème.

    Thieulloy-l'Abbaye

    En 1876

    Eglise de Faÿ : Nativité de la Sainte Vierge du XVIème siècle

    Désaffectée depuis 1947

    Philippe-Claude d'Hallencourt y a été inhumé en 1725.

    Thieulloy-l'Abbaye

     

    Thieulloy-l'Abbaye

    Une des deux pierres se trouvant de chaque côté du portail, avec inscriptions, l'autre est totalement illisible.


    votre commentaire
  • La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    Projet de blasonnement soumis par Jacques Dulphy à partir des armes de la Famille Le Couvreur.

    Vraignes-les-Hornoy

     

    Une partie considérable du territoire appartenait à la commanderie de Saint-Maulvis et l'autre partie relevait d'Hornoy

    Regnault de Vraignes était commandeur en 1336.

    Au 15ème siècle, on trouve Jean Le Couvreur, homme d'armes des Ordonnances, mort en 1484.

    Son troisième fils Raoul Le Couvreur, marié en 1492 à Marie-Louise d'Ainval, il meurt en 1520.

    Puis son fils Jacques Le Couvreur, échevin d'Amiens en 1574, marié en 1554 avec Marie de Mons, il meurt en 1597 en défendant la ville d'Amiens contre les Espagnols.

    Son petit-fils, également prénommé Jacques, fils de Jean seigneur de Fourdrinoy, acquis la seigneurie en 1675, il était lieutenant particulier au bailliage et siège présidial d'Amiens, il meurt en 1706.

    Vraignes-les-Hornoy

     

    Armorial général de France (d'Hozier-édit.1696)

    Vraignes-les-Hornoy

    Le Couvreur : d'or, à un sanglier de sable passant à travers un buisson de sinople.

    De son mariage avec Marguerite Picquet de Dourier en 1667, il eut Adrien Le Couvreur, président-trésorier de France à Amiens, dit Monsieur de Vraignes, il résidait ordinairement à Amiens, c'est là qu'il meurt en 1719 sans postérité, laissant ses biens à sa seconde épouse Marie-Adrienne Picquet de Dourier, qui contracta une seconde union avec le marquis de Boulainvilliers.

    En 1735, Louis-Joseph d'Hallencourt, marquis de Boulainvilliers demeurait en son "château de Vraigne " avec son épouse. 

    Vraignes-les-Hornoy

    Le 22 octobre 1748 était célébré dans la chapelle seigneuriale le mariage de sa fille Adrienne avec Anne-Gabriel de Saint-Saire, comte de Grisolle, lecteur de la Chambre du Roi.

    Le 22 mai 1785, le marquis de Boulainvilliers, prévôt de Paris, fit disperser l'entier mobilier de son château de Vraignes.

    Quelques années plus tard Gabrielle de Saint-Saire suivit son mari Emmanuel de Crusol d'Uzès en émigration.

    Déclaré bien national et adjugé en l'An III, le château a entièrement été démoli et son site bouleversé au point de ne rien conserver de l''état original.

                                                                        ***

                                                     Eglise Saint-Valery

    Reconstruite en 1864

    Vraignes-les-Hornoy

    en 1876 aquarelle d'Oswald Macqueron (Bibliothèque municipale d'Abbeville)

    Vraignes-les-Hornoy

     


    votre commentaire
  • Ancienne commune, rattachée à Hescamps depuis 1972.

     

    De 1177 à 1183 nous trouvons Alfred de Souplicourt

    En 1262 l'écuyer Hugues de La Chapelle

    1308 à 1402 la famille de Beaufort, dont Gillon de Beaufort appelé aussi Gilles de Souplicourt, époux d'Agnès d'Ainval.

    En 1402 il vend la seigneurie à M. Guillaume Lefè(b)vre, notaire de l'évêché d'Amiens.

    Le 28 avril 1430, sa fille Marguerite Lefebvre épouse l'écuyer Jacques de Coquerel et lui apporte la seigneurie jusqu'en 1493.

    C'est à partir du 20 avril 1493 que l'on voit apparaître la famille de Saint-Blimond avec le mariage de Madeleine de Coquerel avec Robert de Saint-Blimond.

    En 1517 Renaut I de Saint-Blimond épouse Michelle (Marie) Bigant, il meurt en 1544 ou 1545.

    Souplicourt

    d'or à la croix engrêlée de sable

    Son fils Renaut lui succède, mais meurt très jeune...le domaine revient à son second fils Jean de Saint-Blimond en 1554, il épouse en 1559 Françoise de La Sengle et tient la seigneurie jusqu'en 1569.

    Son fils Antoine de Saint-Blimond prend la suite, il épouse en 1585 Anne de Louvencourt, c'est lui qui fit construire le château à cette occasion.

    Charles de Saint-Blimont lui succède en 1616, il épouse Marie de Carvoisin d'Achy le 24 août 1616.

    En 1644 c'est François de Saint-Blimond qui devient le nouveau seigneur, après son mariage avec Françoise-Charlotte Le Normand de Tronville, surnommée "la dame à la couleuvre" dont parle Tallemant des Réaux dans ses "Historiettes", elle se remaria en 1656 avec René de Lallier.

    En janvier 1663, Jeanne-Gabrielle de Saint-Blimond, fille unique de François et Françoise-Charlotte, épouse Jean de Lallier, seigneur de Saint-Lieu.

    Souplicourt

    De Lallier : d'azur, à un alisier arraché d'or, au chef cousu de gueules chargé de trois besants d'or 

    En 1724 leur fils René de Lallier épousa, à Fricamps, Marie-Jeanne Pingré d'Embreville. 

    Depuis 25 ans déja, le domaine n'appartenait plus aux Lallier, écrasés de dette et ne pouvant plus pourvoir aux réparations des bâtiments vétustes, ravagés par des incendies.

    Marie-Jeanne, Charles-Alexandre et Charlotte Lallier l'avaient vendu au duc de Noailles, agissant pour le compte de son fils Philippe, futur prince de Poix.

    Un moment utilisé à loger le fermier, le château n'existait plus lors du départ pour l'émigration en 1794 de Marc-Antoine de Noailles, qui amena la confiscation du domaine déclaré acquis à la nation et son adjudication prononcée le 3 septembre 1794.

    Souplicourt

    de Noailles : de gueules à la bande d'or

    Il en reste des vestiges au fond de la place plantée de tilleuls, un corps de bâtiment en briques à cordon de pierre et un superbe portail brique et pierre de style Louis XIII.

    Souplicourt

    en 1877

    Souplicourt

    Photo : André Guerville

    ***

    Eglise Saint Samson

    Construite fin XV-début XVIème

    Souplicourt

    en 1877

     


    votre commentaire
  • Le Quesne

    http://armorialdefrance.fr/

    De vair au pal de gueules.

    ***

    Ce sont les armes de la famille Du Quesne, seigneur du lieu, que la commune a reprises, en leur donnant couleurs. S'agissant d'un blason "de vair à un pal", si on en croit un sceau du XIIIe siècle (1225, archives départementales de la Somme, provenant de l’évêché d’Amiens), il ne restait qu'à choisir un émail pour le pal; et c'est le gueules que la commune a choisi.
    Belleval (Nobiliaire du Ponthieu et du Vimeu, 1864, tome 2) cite pour premier seigneur du lieu le chevalier du Quesne, vivant en 1160, père de Foulques du Quesne, chevalier, seigneur du Quesne, vivant en 1203 et 1235 (il souscrit cette année-là un don à la léproserie du Quesne). Gauthier du Quesne, chevalier, fils du précédent, est noté en 1240. A cette famille appartenaient aussi Hugues et André du Quesne, seigneurs d'Orival en 1238 et 1270, et Enguerran du Quesne, dit Le Caron, écuyer, propriétaire par l'héritage de sa femme Marguerite de Nointel, de terres à Caubert (Belleval).
    En 1350, la seigneurie est déjà passée aux Du Quesnoy, chevaliers, puis en 1590 aux De Rambures qui resteront seigneurs du Quesne et de Rambures jusqu'au XVIIIe siècle.
    (Jacques Dulphy)

    *

    Le Quesne

    D'or aux trois fasces de gueules

    La seigneurie et châtellenie tenue du roi, consistait en un château ruiné, 50 journaux de terre, 40 de bois et 200 livres de censives.

                                                                        *

                                                          Eglise Saint-Rémy

    du 17ème siècle, restaurée à diverses reprises, ne conserve que peu d'éléments de cette époque.

    Le Quesne

    Le Quesne

      


    votre commentaire
  • Guizancourt

    http://armorialdefrance.fr/ 

    D'azur à l'écusson d'argent accompagné de trois molettes d'or.

    ***

    Ce sont les armes de la famille D'Anglos, qui sont: d'azur, à l'écusson d'argent en abîme accompagné de trois quintefeuilles (ou trois fleurs à six pétales percées, ou trois molettes d'éperon) d'or, selon les auteurs.
    Sur le blason communal, ce sont des fleurs à six pétales percées qui sont représentées. Bien qu'il semble que plusieurs membres d'une famille De Guizancourt aient apparu comme seigneurs du lieu dès le XIIe siècle, la seigneurie de Guézancourt fut morcelée de très bonne heure, chaque seigneur titulaire de l'un des onze fiefs se disant "seigneur de Guizancourt".
    Seule une famille a réussi à les réunir, par achats à partir de 1647: celle des D'Anglos, pleinement seigneurs de Guizancourt jusqu'à la Révolution.

    Charles d'Anglos, chevalier, seigneur de Guézancourt et de Lahaye-Saint-Romain (80), fut le principal acteur de cette réunification.

    La famille D'Anglos était aussi appelée Langlois, ou après être devenue seigneur de Guizancourt: L'Anglois de Guisancourt. C'est cette orthographe que retiennent Jougla et Warren (Grand armorial de France, tome 1, 1934, page 192). Cette famille était originaire de la région de Beauvais (60).
    Louis-Charles d'Anglos, écuyer, seigneur de Guizancourt, déclare ses armes en 1697 à l'armorial d'Hozier. Et ce sont des molettes qu'il déclare : "d'azur, à un écusson d'argent, posé en coeur, accompagné de trois molettes d'or, deux en chef et une en pointe".

    Guizancourt


    (Jacques Dulphy)

    *

    À la fin du xixe siècle, des fondations anciennes et un puits profond dans le cimetière attestent encore que le village a eu son château

    *

    Eglise Saint Martin et Saint Fiacre

    Choeur du XVIème siècle, le reste du XIXème.

    Guizancourt

    En 1877

    Guizancourt


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique