• La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    Ci-dessous projet de blasonnement proposé par Jacques Dulphy.

    D'or fretté d'azur avec la croix de gueules des Templiers.

    Frettecuisse

     

     

    On trouve comme seigneurs en 1279 Raoul de Rivières, écuyer.

    Puis en 1334 Gilles de Rivières, chevalier.

    En 1446 Robert Le Vasseur

    En 1480, Antoinette Le Vasseur, épouse de Martin Baron, ils vendirent en 1482 à Jean Caudel, avocat en la sénéchaussée du Vimeu.

    En 1530, François Caudel est maïeur d'Abbeville

    Frettecuisse

    Caudel : d'azur à trois courges d'or, dégoutantes d'eau d'argent.

     

     En 1541 Claude de Javaillac

    Vers 1582 Jacques de Dompierre, écuyer, conseiller du Roi.

    En 1715 Charles de La Fontaine-Solare, comte de La Boissière, lieutenant du Roi à Dieppe.

    Frettecuisse

     

    De La Fontaine-Solare : bandé d'or, échiqueté de gueules de trois traits d'azur.

     

    Puis Nicolas-Philippe Homassel jusqu'en 1789.

    *

    Ecoreaux

    Vestiges de la chapelle des Templiers. Les templiers ont possédé au lieu-dit Écoreaux cette chapelle fondée en 1334 par Gilles de Rivière, seigneur de Rivière et de Frettecuisse. La fondation fut confirmée par son fils Raoul. Les ruines sont classées aux monuments historiques depuis 1926.

    Frettecuisse

    Chapelle des templiers en 1868

    Frettecuisse

     

    Elle sert de grange en 1899

    FrettecuisseFrettecuisse

     

    de nos jours

     

    Eglise Notre-Dame du 17ème siècle

    Clocher avec charpente en bois depuis le sol.

    Frettecuisse

    en 1870

    Frettecuisse


    votre commentaire
  • Morvillers-Saint Saturnin

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80

    D'argent à deux fasces de gueules.

    ***

    Ce sont les armes de la famille De Morvillers, reprises telles.
    Si les premiers porteurs du nom et seigneurs du lieu sont notés au XIIe siècle, la généalogie suivie de cette famille remonte à 1364. Robert de Morvillers, seigneur de Morvillers, est noté en 1221. Alix de Morvillers, qui épouse en 1249 Gauthier de Moyencourt, seigneur de Moyencourt et de Courcelles, notée en 1281, est la fille de Raoul de Morvillers, chevalier, seigneur de Morvillers et de Jeanne du Fluy. Hérouart de Morvillers, écuyer, est seigneur de Morvillers en 1330.
    La seigneurie de Morvillers sort de la famille à la fin du XIVe et y revient au début du XVe: en 1428, Guillaume de Saint-Germain, écuyer, seigneur de Guibermesnil et d'Offignies revend la seigneurie de Morvillers à Philippe de Morvillers, chevalier, seigneur de Clary et conseiller du roi.

    En 1497, Anne de Morvillers épouse Philippe Luillier ou Lhuillier, capitaine de la bastille, et lui porte la seigneurie.

    Morvillers-Saint Saturnin

    Parti d'argent et de gueules, au lion couronné de l'un en l'autre, accompagné de trois molettes de sable, deux en chef et une en pointe.

    Morvillers passa ensuite, par mariages successifs, en d'autres noms.
    (Jacques Dulphy)

    *

     Eglise Saint Saturnin

    à l'écart dans le cimetière, date du 16ème siècle.

    Morvillers-Saint Saturnin

    En 1876

    *

    Hameau de Digeon

    Ancienne ferme modèle bâtie sous Napoléon III accompagnée d'un petit château du 19ème.

    Morvillers-Saint Saturnin

    Morvillers-Saint Saturnin


    votre commentaire
  • La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    Saint-Maulvis

    Projet de blason, resté sans suite, de Jacques Dulphy reprenant les armes de la famille Sarpe avec l'écu, en abîme, des Hospitaliers de St Jean de Jérusalem.

     

    Siège d'une importante commanderie de l'Ordre de Saint-Jean de Jérusalem bien avant 1179, son commandeur était le seigneur du lieu et exerçait toutes justices sur 22 villages.

    Le village fut ravagé au cours de la guerre de Cent-Ans, au point qu'il demeura plusieurs années désert, seule la forteresse abritant des gens d'armes en 1350,ne fut pas détruite.

    En 1373, la seigneurie de l'Hôpital qui relevait de la commanderie appartenait en partie à Jehan de Sarpe, panetier du Roi.

    Saint-Maulvis

    de Sarpe : de sable au chevron d'argent, accompagné de trois croissants de même.

     

    Enguerrand de Sarpe  épousa Jeanne Briet en 1441.

    Vers 1466, sa fille Antoinette, épousa Jean de Biencourt, seigneur de Poutrincourt et reçut St Maulvis en avance d'hoirie en 1451.

    Saint-Maulvis

    De Biencourt : de sable au lion d'argent, armé et lampassé de gueules, couronné d'or.

    Florimond de Biencourt, son petit-fils, seigneur de l'Hôpital de 1530 à 1577 fut conseiller du Roi, maistre d'hôstel ordinaire de sa maison, bailli du Valois et gouverneur du duché d'Aumale.

    Il épousa Jeanne de Salazar, dame de Marcilly sur Seine, il fit élever vers 1540 un magnifique château.

    Il fut inhumé sous un fort beau monument qui fut malheureusement détruit avec l'église paroissiale.

    Son fils aîné Jacques de Biencourt épousa en 1577 Renée de Fumechon.

    Le château était encore visible en 1710, mais dans quel état ? Il appartenait alors à Charlotte de Biencourt qui avait épousé André de Saint-Souplis, seigneur de Croquoison.

    Saint-Maulvis

    Saint-Souplis : de gueules à la bande d'hermine.

    Passé à ses neveux, il n'était plus qu'une ruine lorsqu'en 1818 Charles-Nicolas de Biencourt se défit de ses terres de St Maulvis et de Lincheux, il mourut célibataire en 1833 à Mesnières.

    Saint-Maulvis

    Les armes de la famille De Biencourt de Poutrincourt,
    château de Mesnières-en-Bray (76).
    (Photo Jacques Dulphy, 2011)

    ***

    Eglise Saint Ménélé

    construite au 16ème siècle , dominée par une massive tour-clocher, elle s'est effondrée en 1845, rebâtie sans aucun goût, ne gardant que le clocher.

    Les vitres armoriées qui existaient autrefois y avaient été mises par l'ordre de Mme de Poutrincourt, par Jean Hocpillard, maître-verrier à Aumale.

    Sous la tour, dans le dallage, est encastrée une pierre tombale gravée au trait, malheureusement presque entièrement effacée,elle portait l'effigie d'un commandeur ou chevalier du Temple.

     

    Saint-Maulvis

    en 1870

    Saint-Maulvis

     

    Saint-Maulvis


    votre commentaire
  • Beaucamps-le-Vieux

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80

    D'argent à la bande de sable frettée d'or.

    ***

    La commune a relevé le blason des sires de Beaucamps, porteurs du nom, seigneurs du lieu jusqu'au XIVe siècle.

    Beaucamps-le-Vieux


    Jehan de Beaucamp, écuyer, vivant en 1423, dernier seigneur du nom, vendit la seigneurie cette année-là à Firmin Belliard, bourgeois d'Abbeville.
    Certains historiens disent les sires de Beaucamps originaires du pays de Caux, en Normandie.
    Le choix du blason des sires de Beaucamps par la commune s'est trouvé renforcé par deux faits: le village a toujours été un lieu réputé pour la qualité de son artisanat de la thibaude (toile épaisse qui servait de support à la moquette, activité aujourd'hui disparue) et par celui de la chaise et de son paillage de seigle, introduit au début du XIXe siècle par un ancien grognard de Napoléon au retour de la campagne de Russie, et toujours très présent.
    Ces deux activités de tissage de crin et d'entre-croisement de paille ont pleinement justifié la bande frettée, et le blason de Beaucamps-le-Vieux figure aujourd'hui avec une reconnaissance totale sur les documents administratifs communaux, sur les véhicules de secours, et sur tous les documents qui font la promotion du salon annuel du Meuble et de la chaise picards.
    (Jacques Dulphy)

    ***

    Jehan de Beaucamps vendit la seigneurie en 1423 à Firmin Belliard, bourgeois d'Abbeville.

    Une forteresse fut assiégée en 1427 par les Anglais, puis détruite quelques années plus tard ainsi que l'église et une partie du village.

    En 1440 on trouve Antoine Belliard, échevin d'Abbeville.

    En 1464, sa fille Anne épousa Henri Cornu, maïeur d'Abbeville.

    En 1500 Antoine Cornu, écuyer, puis Oudart Cornu, chevalier, appelé le marquis de Beaucamps.

    La terre fut vendue ensuite à Georges de Monchy, capitaine des gardes du duc d'Elbeuf.

    Beaucamps-le-Vieux

    Son fils Armand-Georges, comte de Monchy, meurt en 1763 sans postérité masculine, il sera inhumé dans le coeur de l'église.

    Il ne laissa que 3 filles, l'aîné Charlotte-Marguerite épousa en 1765 Henri Werbier de Chartres qui possédait encore la terre en 1786.

       *     

    Eglise Martin

    Beaucamps-le-Vieux

    En 1876, aquarelle d'O.Macqueron, bibliothèque d'Abbeville

    L'ancienne église du 16ème avec son clocher du 17ème fut détruite par le cyclone du 10 août 1895. Parmi les décombres, on a trouvé une pierre armoriée qui a été conservée, sur laquelle était sculpté au pied d'une croix, un chevalier et sa femme avec une inscription paraissant se rapporter à Bricart Cornu !

    Beaucamps-le-Vieux

    Beaucamps-le-Vieux

    église actuelle construite en 1899-1900.


    votre commentaire
  • Fourcigny

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80 

                                                   D'azur à trois tours d'or

     

    Ces armes sont reprises de la famille De Fourcigny, dont la dernière du nom, Péronnelle de Fourcigny, dame de Fourcigny, mourut avant 1393.
    Péronnelle de Fourcigny avait épousé ver 1366 Jean de Moyencourt, écuyer, qui devint donc seigneur du Fourcigny "du chef de sa femme".

    Fourcigny

    de Moyencourt : de gueules, à la bande d'argent chargée en chef d'une croisette fichée de sable, au chef d'or chargé de trois croix potencées de sable.

    Robert de Moyencourt, écuyer, succéda à son père comme seigneur du lieu.

    Les de Fourcigny était connus comme seigneurs de Fourcigny depuis le XIIIe siècle.
    Après les de Moyencourt, la seigneurie passa aux chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, qui possédaient une commanderie et une maladrerie à Fourcigny dès le début du XIIIe siècle.

     

    Fourcigny

    St Jean de Jérusalem : de gueules à la croix latine d'argent

    Les chevaliers de Saint-Jean, dont il est dit dans un manuscrit du XVe siècle "qu'ils tiennent en leurs mains et lez gouvernent eux meimez la paroisse de Foursegnies et Fretencourt" conservèrent la seigneurie jusqu'à la Révolution.
    (Jacques Dulphy)

                                                                  ***

                                                      Eglise Saint Jean-Baptiste

    Fin 17ème, restaurée aux 18 et 19ème siècle.

    Les fonts baptismaux datent du 13ème siècle

    Fourcigny

    Fourcigny

    église en 1876

    Fourcigny

    En 1907

    Fourcigny

     

    Fourcigny

    Louise Marie Julie Elise Jullien, épouse de M.Dusanter Robert. Mon parrain a été Lambert César Jullien, maire de la commune; ma marraine Louise Marie Julie Elise Jullien, épouse de M.Robert Dusanter, à Saint-Quentin (Aisne).

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique