• Villes importantes

    ABBEVILLE-ALBERT-CORBIE-PICQUIGNY-MONTDIDIER-PERONNE-LONG-ROYE-NESLE-SAINT VALERY-HAM-BERTANGLES-RUE-MOREUIL-TILLOLOY-FOLLEVILLE-POIX-AILLY SUR NOYE-CONTY-

     

    ABBEVILLE

     

  • Conty

    D'or au lion de gueules, à trois bandes alésées de vair brochant sur le tout.

     

    Armes de la famille De Conty, seigneurs du lieu depuis le 11ème siècle.

    ContyPlaque de rue

     

    Le blason figure sur le sceau de Jean de Conty vivant en 1255(décrit par Demay,sceaux de Picardie)

    Conty

    Pierre tombale en marbre noir de Jean de Conty, datant de 1120, dans l'église.

     

      Oger de Conty vivait en 1044, sa descendance directe conserva la seigneurie de Conty jusqu'à la fin du 12e siècle, quand Agnès de Conty, fille du dernier direct du nom épousa Vautier 1er du Hamel vers 1270.

    Conty

    Maison du Hamel : d'argent à la bande de sable chargés de trois franchis d'or, support et cimier trois cigognes.

     

    Puis dans la maison de Mailly en 1426 par le mariage d'Isabelle du Hamel avec Colard de Mailly

    Conty

    Puis quelque temps à la famille de Roye

    En 1551, la seigneurie échut à Louis de Bourbon, premier prince de Condé par son mariage avec Eléonore de Roye, il en fit une principauté.

    Conty

    Bourbon-Conti : d'azur, à trois fleurs de lys d'or, au bâton de gueules brochant, à la bordure de gueules.

    Son petit-fils, Henri II de Bourbon, l'échangea en 1622 avec la famille de Sully, dont un des descendants la vendit au 18ème siècle au duc d'Havré et de Croy jusqu'à la Révolution. 

    Conty 

     

    Château de Conty

    Conty

                                                           cliquer pour agrandir

    Le château initial, construit après le passage dévastateur d'Attila et des Huns vers 450, fut rasé par les Normands venus piller la région. Colart de Mailly reconstruisit un château vers 1430 qui fut pris le 23 octobre 1589 par les Ligueurs de la ville d'Amiens qui décidèrent de le détruire. Les habitants de Conty refusant de participer à la démolition, Jehan de Morlencourt, échevin, et le capitaine Saint-Jean se virent chargés de cette mission par délibération de l'échevinage d'Amiens en date du 31 octobre 1589. Cette démolition exigea huit jours d'un travail harassant.

    De nos jours, il ne reste donc plus que l'éminence sur laquelle étaient dressées la « motte féodale » puis la superbe forteresse. On peut accéder à cette butte (la place du Château) par un chemin à gauche de l'église qui mène également au « Bois de Conty » (plus de 50 hectares).

    D'après la chronique de l'époque, ce château aurait possédé quatre pont-levis mais, d'après la topographie des alentours, il est probable qu'il ne devait y en avoir qu'un seul qui conduisait à l'extérieur, les trois autres devaient se trouver à l'intérieur de l'enceinte des fortifications. Les murs avaient 180 pieds (environ 58 mètres) de longueur sur chacune des faces, ce qui donne une longueur d'environ 58,30 mètres. Il paraît que leur hauteur était également de 180 pieds ! Les murailles étaient épaisses de 2,60 mètres, bordées de fossés presque sur tout le pourtour.

    Le château possédait en outre de nombreuses caves et souterrains dont on peut retrouver les entrées ou les sorties dans les bois des environs. Le puits, qui se trouvait sur la crête du donjon, était maçonné jusqu'à 16 mètres de profondeur, ce qui est tout à fait remarquable pour l'époque. De plus il était creusé plus bas dans le roc, jusqu'à une profondeur de 30 mètres. 

    Eglise Saint-Antoine

    Conty

    Datant des xve et xvie siècles, c'est un vaste et bel édifice en pierre, de style gothique flamboyant classé « Monument Historique ». Il s'agit d'un des monuments les plus remarquables de Picardie. La statue du patron de l'église orne son clocher du xive siècle, magnifique tour carrée de 33 mètres de haut, appuyée à droite du chœur. L’église est bâtie en forme de croix, elle a environ 30 m de longueur sur 21 m de largeur.

    Les clefs de voûte portent des pendentifs sculptés et les gargouilles du clocher sont dignes d'intérêt. Sur l'une d'elles (transept gauche), on peut voir les armes des princes de Bourbon-Conti qui possédèrent la seigneurie de « Conti » de 1551 à 1622.

    Quatre belles statues du xviiie siècle, en bois, décorent le sanctuaire.

    Conty

    Hameau de WAILLY (absorbé par Conty en 1972)

    église reconstruite au milieu du XVIIIème siècle, financée par la duchesse de Croÿ-Havré, née Lanti Della Rovère, l'architecte pourrait être Christophle.

    L'édifice abrite les pierres tombales d'Antoine (mort en 1608) et de Charles-Maximilien d'Hallwyn (mort en 1630).

     

     

    Conty

    Au-dessus du porche, on trouve les armes des Croÿ-Havré, accompagnées de la couronne et du manteau du Saint Empire, de drapeaux et de trophées militaires. 

    Contycliquer pour agrandir

    Conty

     

    Le premier seigneur de Wailly fut Jacques Mauchevalier

    Puis en 1506, Jeanne Mauchevalier épousa Jean d'Hallwyn, seigneur d'Esquelbecq en Flandre

    En 1668, Marie-Josèphe d'Hallwyn épousa Ferdinand-Joseph, duc de Croÿ et d'Havré, prince du Saint-Empire, chevalier de la Toison d'or et Grand d'Espagne.

    En 1919, le domaine fut racheté par Alexis de l'Epine.

    Conty

    Armoiries sur la cheminée du château


    votre commentaire
  • Ailly sur Noye

    D'argent au lion de gueules, la queue nouée, fourchée et passée en sautoir, armé et couronné d'or.

    La commune a repris les armes de la maison de Luxembourg, qui tenait la seigneurie d'Ailly-sur-Noye aux 14e et 15e siècles.

    Jean de Luxembourg dit Hennequin, bâtard du comte de Saint-Pol, chambellan de Philippe Le Bon, duc de Bourgogne, seigneur d'Ailly-sur-Noye et de Hautbourdin en Flandre, gouverneur de Meaux, grand maître d'hôtel des rois de France et d'Angleterre, capitaine de Lille et du Quesnoy, chevalier de la Toison d'or, est mort en 1466. Le monument funéraire du bâtard de Saint-Pol et de son épouse Jacqueline de la Trémoille, en pierre de Tournai, se trouve dans l'église Saint-Martin d'Ailly-sur-Noye.
    (Jacques Dulphy)

    Ailly sur Noye

    Ailly sur Noye

    Ailly sur Noye

    Ailly sur Noyecliquer pour agrandir

    Ailly sur Noye

    Monument funéraire de Jean de Luxembourg et de Jacqueline de La Trémoille

    Ailly sur Noye

    Ailly sur NoyeBlason De La Trémoille : d'or, au chevron de gueules, accompagné de trois aiglettes d'azur becquées et membrées de gueules.

     

    Ailly sur NoyeCliquer pour agrandir

    Christ aux liens (Ecce Homo) en pierre calcaire polychrome de la fin du XVème siècle dans l'église avec armoiries des donateurs dont je n'ai pas encore déterminé leur famille !

     


    1 commentaire
  • Ancienne armes de la famille des sires de Poix

    Poix de Picardie

    De sable à trois aiglettes d'or ayant leurs ailes étendues, posées deux et un .

    Poix de Picardie

    Bien que la commune ai choisi en 1971 de relever le blason de l'illustre Famille des Tyrel de Poix dont elle est le berceau, il semble que depuis les années 90, elle se soit accomodée d'un nouvel écu : d'azur à la tour d'or, accostée de deux croisettes recroisettées au pied fiché d'or.

    Poix de Picardie

    Variante avec épées basses d'argent garnies d'or

    Poix de Picardie

    Le blason des Tyrel de Poix (de gueules à la bande d'argent accompagnée de six croisettes recroisettées et fichées d'or) est, pour autant, toujours visible sur les panneaux de l'Office de tourisme local; mais les enveloppes de mairie ont porté, des années 1990 au début des années 2000: "d'azur à la tour d'or maçonnée et ouverte de sable, accostée de deux croisettes recroisettées au pied fiché d'or", surmonté de la devise latine: "Et Semper Manet" (Elle reste toujours).

    Poix de Picardie

    Ces croisettes, inspirées des armes des Tyrel, d'abord peintes de sable (à enquerre) puis d'argent, sont elles-mêmes devenues au fil des années... deux épées basses d'or, qu'on trouve aussi parfois garnies d'argent ! Ce "nouveau" blason a accompagné la mode des pin's; pin's commerciaux sur lesquels il s'est reproduit, alors, à peu près tout et n'importe quoi en France en matière d'héraldique municipale.

    Depuis lors, à Poix, la rigueur héraldique ne s'est, semble-t-il, jamais rétablie. Dommage pour un bourg aussi chargé d'Histoire que l'est le vieux Poix, dont les seigneurs portaient au Moyen âge le titre de princes .
    (Jacques Dulphy)

    Poix de Picardie

    Blason des Tyrel de Poix : de gueules à la bande d'argent, accompagnée de six croisettes recroisettées et fichées d'or, posées trois et trois.

    Devise : SINE TIMORE (Sans Crainte)

    Poix de Picardie

    On retrouve ce blason sur le bâtiment de la Justice de Paix depuis le Second Empire, avec une couronne murale de quatre tours.

    Poix de Picardie

    L'église paroissiale Saint-Denis de Poix-de-Picardie est assise pittoresquement sur Montcille (Ainsi nommé parait-il, parce qu'il était situé à l'emplacement d'un temple dédié à Mercure) dominant la ville qu'elle semble protéger. On y accède par la rue Porte-Boiteux, par une rampe et des marches aboutissant à l'ancien château, dont la chapelle est devenue l'église du prieuré Saint-Denis, fondé par Gauthier Tyrel III vers 1118.

    En 1346, trois jours avant la Bataille de CrécyEdouard III d'Angleterre brûla la ville et l'église.

    En 1358, les Jacques occupèrent une partie du château et l'incendièrent.

    Reconstruites, la ville et l'église sont à nouveau brûlées en 1472 par Charles le Téméraire.

    Poix de Picardie

    L'église actuelle fut reconstruite, dans la "baille" du château des princes de Poix, selon les plans de Jean Valon, architecte, à la demande de Jean VIII de Créqui, et embellie par le Cardinal Antoine de CréquyÉvêque d'Amiens. Seule la base du clocher du XIIe siècle et le pan de mur servant de contrefort qui lui fait suite paraissent avoir subsisté de l'ancien état des choses.

    Poix de Picardie

    Commencés en 1538, le chœur et le transept du nouvel édifice sont terminés en 1540.

    En 1698, la tempête arracha la porte du clocher, puis ce fut l'inondation de 1702 par suite d'un orage et en 1707 l'incendie.

    Le 14 septembre 1792, l'église fut fermée. Pendant la Terreur, elle fut transformée en entrepôt, puis en étable à bœufs.

    Le 7 thermidor de l'an X, l'église fut rendue au culte sous le vocable de la Sainte-Vierge.

    Elle fut restaurée au XIXe siècle.

    L'édifice fut classé au titre des monuments historiques en 1910.

    Bombardée en 1940, sa restauration ne fut terminée qu'en 1956 pour le chœur et le transept et en 1962 pour la nef. (Wikipedia)

    Poix de Picardie

    Clé pendante avec les armoiries des De Créquy.

    Poix de Picardie

    D'or au créquier de gueules.

     


    votre commentaire
  • Le blason de Folleville réunit les armes des deux familles qui ont possédé successivement la seigneurie : les De Folleville et les De Lannoy

    D'or à dix losanges de gueules accolés et aboutés, 3,3,3 et 1 (De Folleville), au chef échiqueté d'or et d'azur de trois tires (De Lannoy).

    FOLLEVILLE

    FOLLEVILLEDe FollevilleFOLLEVILLEDe Lannoy

     

    Jeanne de Folleville, fille de Jean de Folleville,épousa Antoine de Poix.

    Leur fille Jeanne de Poix épousa Raoul de Lannoy en 1490 qui deviendra de fait seigneur de Folleville, il n'était pas issu de la famille des de Lannoy de noblesse flamande, mais d'une famille du Ponthieu qui portait : échiquté d'or et d'azur.

    Devise de de Lannoy : Craindons Lannoy, Mieux en aurons

     

    On retrouve le blason des de Folleville sur un bâtiment communal

    FOLLEVILLE

    Sur le portail d'entrée du château

    FOLLEVILLE

    Tombeau de Raoul de Lannoy et de Jeanne de Poix

    Le blason de gauche écartelé en 1 et 4 de Lannoy-Damereaucourt et en 2 et 3 de Neuville-Martinghen

    Le blason de droite écartelé en 1 de Lannoy, en 2 de Poix, en 3 Neuville-Martinghen et en 4 de Folleville.

    FOLLEVILLE

    FOLLEVILLE

    On retrouve plusieurs blasons sur le tombeau de François de Lannoy et de Marie d'Hangest

    FOLLEVILLE

    Les différentes familles représentées sur les blasons 

    De Folleville : d'or à dix losanges de gueules accolés et aboutés 3,3,3 et 1

    FOLLEVILLE

    De Lannoy-Damereaucourt : échiqueté d'or et d'azur

    FOLLEVILLE

    Jeanne de Poix (épouse de Raoul de Lannoy) : de gueules à la bande d'argent de six croix recroisetées et fichées d'or 3 et 3

    FOLLEVILLE

     

    Marie-Marguerite de Neuville-Martinghen ( épouse de Thomas Flameng de Lannoy) : d'or fretté de gueules

    FOLLEVILLE

    Marie d'Hangest (épouse de François de Lannoy) : d'argent à la croix de gueules, chargée de cinq coquilles d'or

    FOLLEVILLE

    Marie d'Amboise (Mère de Marie d'Hangest) : palé d'or et de gueules de six pièces

    FOLLEVILLE

     Sur l'enfeu : en 1 de Lannoy, en 2 d'Amboise, en 3 de Nueuville-Martinghen, en 4 d'Hangest.

    FOLLEVILLE

    Sur les fonts baptismaux

    FOLLEVILLE


    votre commentaire
  • Le blason de la commune de Tilloloy

    De sable fretté d'argent entre-semé de fleurs de lis or.

     

    Tilloloy

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80 

     

    Le blason combine les armes de deux maisons:

    Belleforière (de sable semé de fleurs de lis d'or)

    Tilloloy

    et Soyécourt (d'argent fretté de gueules).

    Tilloloy

     

    Le blason de la commune de Tilloloy, qui était déjà en usage lors de la publication l'Armorial des communes de la Somme en 1972, combine les armes de la famille De Soyécourt et celles de la famille De Belleforière, qui furent toutes deux seigneurs, comtes et châtelains du lieu. En 1293, Hue de Soyécourt, seigneur de Soyécourt et de Franvillers, transmet les deux seigneuries à son fils, Huon de Soyécourt. Dernière parmi les seigneurs du nom, Anne-Françoise de Soyécourt, épouse de Pontus de Belleforière, est seigneur en 1580.

    Les De Soyécourt portaient: "d'argent fretté de gueules", les De Belleforière portaient: "de sable semé de fleurs de lis d'or" ( Au fronton des grandes écuries du château de Tilloloy, figuraient les armes de Charles-Maxilimien de Belleforière, marquis de Soyécourt et de Roye, comte de Tilloloy, maître de la garde-robe du roi, grand veneur de France en 1669, mort en 1679. Le blason était supporté par deux loups et timbré d'une couronne de marquis. Pour la commune, le fretté est devenu de métal, d'argent en l'occurence, pour ne pas constituer une enquerre.
    (Jacques Dulphy).

     

    Le château du 17ème siècle fut bombardé et incendié lors de la Première Guerre Mondiale, il ne restait en 1918 que des pans de murs.

    Il fut reconstruit à l'identique au début des années 1930 à l'initiative de la comtesse d'Hinnisdal.

    Tilloloy

    Armoiries des de Belleforière sur le fronton de la façade principal

    Tilloloy

    Tilloloy

    Sur le fronton de la façade sur le parc, armoiries des D'Hinnisdal

    Tilloloy

    De sable au chef d'argent chargé de trois canettes de sable becquées et membrées de gueules.

    Tilloloy

    Fronton des Grandes Ecuries avec les armes des Belleforière entourées de chevaux, de chiens, de cerfs et de deux cors de chasse, attributs distinctifs du grand veneur Charles-Alexandre-Maximilien-Antoine de Belleforière.

    Restauré par Edmond Duthoit.

    Tilloloy


    Blason des Soyecourt sur une borne.

    Tilloloy

     

     

     

     

     

     

     

     


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique