• Lihons

    Lihons

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80 

     Parti de gueules et d'azur à la croix partie d'argent et d'or cantonnée de quatre têtes de lion affrontées d'or à dextre et d'argent à senestre.

     

    Adopté le 12 juin 1970.
    Armes parlantes de la communauté des religieux du prieuré bénédictin de Saint Pierre et Paul de Lihons relevées par la commune de Lihons, en inversant les émaux de lions de dextre et de senestre.

    Lihons

    Le village de Lihons a constitué une commune par une charte de 1123 obtenue de l'abbé de Cluny, mais les sceaux de cette commune ont disparu et les armes qui y étaient sans doute inscrites ne sont plus connues. Ce sont donc des armes de son ancien et illustre prieuré que s'est inspirée la commune actuelle, quand elle y fut invitée par le Conseil général de la Somme qui préparait la publication de son Armorial des communes, paru en 1972. Ces armes du prieuré, qui sont aussi des armes parlantes, ne sont peut-être pas différentes de celles de la commune médiévale.
    La commune actuelle les a adoptées par délibération du 12 juin 1970.

    Lihonscliquer pour agrandir


    Le prieuré de Lihons, de l'ordre de Saint-Benoît de Cluny, sous le vocable de Saints-Pierre-et-Paul, était considéré comme l'un des plus anciens de France. Plusieurs fois incendié, il relevait directement de l'abbaye de Cluny. Il eut en 1781 pour dernier prieur commendataire un personnage peu ordinaire, en la personne de l’abbé Maury , membre de l'Académie française en 1785, député ultraconservateur aux États généraux de 1789 (pour la circonscription de Péronne où était son prieuré) comte d'Empire et archevêque de Paris en 1810.
    (Jacques Dulphy)

    ***

    Possession de la famille de Mailly au XIIIème siècle, la terre échut au début su XVème à Marguerite de Mailly qui apporte en mariage à Gilles III de Soyecourt "La terre du Grand Manoir de Lihons".

    Il s'agissait d'un domaine de plus de 350 journaux avec un puissant château, dit-on cantonné de tours carrées et protégé par de larges fossés en eau.

    Lihonscliquer pour agrandir

     

    En 1439, les Anglais prirent le village et mirent le feu à l'église, les habitants (plus de 300) qui y s'étaient réfugiés périrent.

    La garnison du château voyant cela négocia et acheta sa reddition.

    A l'époque des guerres de religion en 1589, M.d'Estourmel, gouverneur de Péronne, fit garder le château.

    Lihons

    Belleforière-Soyecourt : écartelé

    aux 1 et 4 : d'argent, fretté de gueules (Soyecourt)

    aux 2 et 3 : de sable, semé de fleurs de lis d'or (Belleforière) 

    Eléonore de Belleforière-Soyecourt, la fille du marquis de Soyecourt, épousa le 16 février 1779 le comte Emmanuel-Dieudonné de La Tour-en-Voivre (Woëvre ), chambellan de l'Empereur d'Autriche et colonel de ses armées, il meurt en 1824.

    Lihons

     

     

    De La Tour En Voivre : écartelé : aux 1 et 4 : de gueules aux trois lions d'argent

    aux 2 et 3 : de sable à la fasce d'argent accompagnée de trois pattes de lion du même, deux en chef contre-onglées, une en pointe contre-onglée et mouvante de la pointe.

     

    Son fils, collectionneur solitaire, vécut au Grand Manoir jusqu'à sa mort en 1862.

    Lihons

    La vente qui s'en suivit porta sur un vieux bâtiment et un domaine réduit à une vingtaine d'hectares.

    Tout disparu lors des bombardements de la Première Guerre Mondiale.

    Lihons

    Le Grand Manoir après les bombardements

     

    ***

    Eglise Saint Médard

    édifice de belles proportions du XIIIème et XVème siècle

    Lihons

    En 1867

    Lihons

    Lihons

    Lithographie de Engelmann et Cie

    Lihons

    Lihons

    Lihons

     

    Lihons


  • Commentaires

    1
    Jacques Dulphy
    Samedi 2 Décembre 2017 à 14:51

    Attention, Rémus. Il s'agit là des armes de la commune de Latour-en-Woëvre, créées officiellement le 28 août 2015 par Dominique Larcher, éminent héraldiste lorrain. Ce ne sont pas les armes de la famille du même nom (qui portait des lions sans doute), que je recherche. Détail : les Dulphy viennent de la Woëvre !
    Amitiés d'un lecteur fidèle
    Jacques

    2
    Jacques Dulphy
    Samedi 2 Décembre 2017 à 15:13

    Voilà, j'ai trouvé. Selon Jougla (Grand armorial de France,  tome 6, 1948), pour la famille De La Tour-en-Voivre (ainsi qu'il écrit), "maison d'ancienne chevalerie remontant sa filiation prouvée à Jean, sire de La Tour en 1262..." et lui donne pour blason : "écartelé aux I et IV de gueules aux trois lions d'argent ; aux II et III de sable à la fasce d'argent accompagnée de trois pattes de lion du même, 2 en chef contre-onglées, une en pointe contre-onglée et mouvante de la pointe.
    Amitiés
    Jacq

    3
    Samedi 2 Décembre 2017 à 17:16

    Grand merci Jacques, j'ai rectifié et remis le bon....

    Amitiés

    Rémy

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :