• Fontaine-sur-Somme

    Fontaine-sur-Somme

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80

    D'azur à la fontaine héraldique d'argent à trois fasces ondées d'azur, cerclée d'or, rayonnant de huit têtes d'échevins du même, alternativement posées de face et de profil.

    Variante: Vairé d'or et d'azur.

    Fontaine-sur-Somme

     

    "La commune de Fontaine-sur-Somme n'a pas relevé le blason des sires de Fontaines  (d'or à trois écussons de vair, ou vairé d'or et d'azur, ou vairé d'argent et d'azur : les variantes sont nombreuses et il y en a d'autres), mais s'est fait un blason en s'inspirant du sceau des échevins de Fontaines, dont un exemplaire du 13e siècle est conservé à la Bibliothèque municipale d'Abbeville. Sur le blason de Fontaine, les échevins sont représentés en buste autour d'une fontaine héraldique (armes parlantes) "alternativement posés de face et de profil".

    Fontaine-sur-Somme

    Sur le sceau original du 13e siècle, comme sur le monument aux morts de 1922 où le sceau est également reproduit sur un médaillon de marbre blanc, les échevins sont représentés plein corps, tirant chacun une corde depuis le creux d'un bassin où coule une fontaine commune, comme s'ils y puisaient l'eau. Cette représentation, connue pour d'autres sceaux, est dite "à marmousets".

    Fontaine-sur-Somme

    Une erreur échappe souvent aux observateurs : le sceau original compte sept échevins. Le médaillon du monument aux morts en compte huit, et le blason communal aussi, sans doute pour des raisons de simple symétrie.

    L'ouvrage collectif "l'histoire de Fontaine", publié en 1972, ne dit rien de l'adoption d'un blason par la commune de Fontaine-sur-Somme. Sans doute, le sceau fut-il intégré à un écu lors de l'enquête réalisée en 1970-1971 pour l'élaboration de l'Armorial de la Somme, édité en 1972 par le Conseil général.

    Il faut noter aussi que, sur le rapport de la "Commission communale d'examen du projet d'érection du monument aux morts établi en 1920 (Archives de la Somme), il est stipulé à l'intention de l'artiste : "Sur la face postérieure figureront sculptées en bas-relief les armes de Fontaines". Sceau et blason semblent alors pleinement confondus. 

    La charte d'émancipation communale de Fontaine fut accordée en 1282 par Edouard 1er (et non Edouard III comme il est écrit dans l'Armorial de la Somme), roi d'Angleterre et Comte de Ponthieu, et par Jeanne de Fontaine, dame du lieu. L'échevinage comptait alors sept échevins, et non huit.

    ***

    Issus des comtes d'Abbeville, les seigneurs furent l'une des familles les plus importantes du Ponthieu et du Vimeu.

    Guillaume est cité en 1119, Aléaume seigneur de Long et Longpré, maïeur d'Abbeville en 1185 fut l'un des capitaines de Philippe-Auguste, il mourut en Palestine en 1205.

    Dans les premières années du 14ème siècle, Jeanne de Fontaines épousa Jean de Crésecques, conseiller et chambellan du roi.

    En 1312, Robert d'Ailly en était le seigneur et rendit aveu au roi d'Angleterre pour son manoir, cette modeste demeure, sans défenses, dut disparaîre au début de la guerre de Cent-Ans lorsque les Anglais brûlèrent le village quelques jours avant la bataille de Crécy.

    Catherine d'Ailly épousa Jean de Fosseux, capitaine général de l'Artois.

    Par legs successifs, la terre échut au comte d'Egmont qui la vendit en 1588 à Antoine d'Hallwyn, bailli d'Amiens, il s'agissait essentiellement d'une terre de rapport car lorsqu'en 1698, la duchesse de Croÿ, née d'Hallwyn, la céda au marquis de Mailly, il n'existait qu'une modeste maison seigneuriale en briques et pierre.

    Fontaine-sur-Somme

    d'Argent à trois lions de sable, lampassés de gueules, armés et couronnés d'or

    A la mort de Louis, dernier marquis de Mailly en 1770, la terre échut à son neveu Ghislain de France, comte d'Hézecques qui se montra prodigue au point de s'en défaire six ans plus tard au profit du marquis de Monsures, ancien page de la Grande Ecurie et capitaine au régiment d'Escars.

    Fontaine-sur-Somme

    de sable à la croix d'argent, chargée de cinq fermaux de gueules

    Léonor-Chrétien de Monsures (1724-1809) avait épousé Marie-Renée Chauvelin, fille de l'intendant de Picardie qu'il avait la douleur de perdre à 20 ans,retiré du service, il avait épousé en secondes noces, en 1773, Marie-Jeanne Le Normand de Victot, il avait acquis la terre en 1776.

    Il fit entreprendre la construction d'un château mais revendit le tout dès la fin 1777 pour se fixer à Paris.

    L'acquéreur fut Adrien Gaillard de Boëncourt qui fit vendre aux enchères les matériaux du château inachevé.

    En 1789, la terre appartenait à François Gaillard de Framicourt et Louise-Gabrielle Gaillard de Franval.

    Fontaine-sur-Somme

    ***

    Eglise Saint-Ricquier

    Fontaine-sur-Somme

    En 1851

    Edifiée à la fin du XVème et début XVIème

    Gravement touchée par les combats de 1940, il ne restait que les murs.

    La restauration débuta après la Seconde Guerre et fut très longue, ne s'acheva que dans années 1970.

    Fontaine-sur-Somme

    Fontaine-sur-Somme

    Portail latéral

    Fontaine-sur-Somme

    On y trouve le Porc-épic de Louis XII et la salamandre de François 1er dans des médaillons.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :