• Voyennes

    La commune ne possède pas de blason officiel

     

    Projet de blasonnement proposé par Jacques Dulphy associant les armes des de Mauchevalier et celles des de Blottefière avec une croix de Malte symbolisant la commanderie de Courtemanche.

     

    Voyennes

     

    En 985, Lothaire confia la défense du passage de la Somme à Voyennes aux templiers. Les seigneurs responsables du fort sont Renaut de Courtemanche et Luc de Vienna.

    Plusieurs sources confirment la présence d’un fort templier sur le territoire de Voyennes : « En 1182, le chapitre de Noyon avait acensé à Nivelon de Montdidier, maître du Temple dans le diocèse de Noyon (il n'y avait pas encore de baillie de Vermandois), ses moulin, chaussée et pêcheries de Voyennes, moyennant dix muids de froment et 40 sols de monnaie de Vermandois. Les frères du Temple s'engageaient à payer le cens convenu, à Noyon, le transport du grain étant à leur charge, et à souffrir le libre passage sur la chaussée des chevaux, des voitures à deux et quatre chevaux et autres véhicules du chapitre. Quant aux chanoines, ils devaient veiller à ce que leurs hommes allassent au moulin des Templiers et non à un autre3 ».

    Aujourd'hui, les templiers laissent leur nom à une impasse, à un chemin pédestre et une association dans la commune fait découvrir leur mode de vie.

    Rien ne subsiste du premier château fortifié.

    En 1500 on trouve Jean de Mauchevalier qui avait épousé Jacqueline de Warluzel.

    Voyennes

    Mauchevalier : d'argent, à la bande d'azur chargée de trois fleurs de lys d'or, accostée de six merlettes de sable.

    Leur fille Marie de Mauchevalier épousa Raoulquin de Folleville.

    Leur fils François de Folleville épouse en 1514 Françoise de Wadencourt.

    Voyennes

    de Folleville : d'or à dix losanges de gueules, accolés et aboutés 3,3,3 et 1

    Puis leur fils Charles de Folleville en était le seigneur en 1569.

    Les ligueurs y placèrent une garnison en 1589

    La petite fille de Charles de Folleville, Jeanne de Warluzel épousa en 1595 Jean de Blottefière, gentilhomme de la Chambre du Roi et gouverneur de Doullens.

    Voyennes

    de Blottefière : d'or à trois chevrons de sable.

    Leur fils Gabriel, marquis de Villencourt, fut gouverneur de Montdidier et Nicolas, l'aîné de leur Petit-fils, capitaine de chevau-légers.

    Puis François de Blottefière, lieutenant du Roi en Picardie, à la fin du XVIIème siècle, il fut inhumé à Voyennes en 1710.

    Vinrent ensuite Pierre de Blottefière, lieutenant-colonel de cavalerie qui meurt en 1746 et François-Joseph, capitaine de vaisseau du roi.

    Pierre-Théophile, comte de Blottefière fut promu maréchal de camp en 1770 et mourut quatre ans plus tard, célibataire, au château de Voyennes qu'il avait fait reconstruire en 1767.

    Voyennes

    Mis en vente en 1774, Louis de Blottefière, son frère, le conserva finalement .

    Son fils Pierre-Louis, comte Blottefière de Voyennes, fit une belle carrière militaire, né en 1746, il fut maréchal de camp en 1792, participa à la bataille de Jemmapes et au siège de Maastricht, devenu sourd à la bataille de Neerwinden, il se retira à Voyennes où l'on vint le trouver en 1805 pour lui demander d'organiser les cohortes du département de la Somme.

    Un an avant sa mort en 1818, il céda le domaine à sa fille Anne-Marie, épouse de Quentin Gobinet de Villecholle.

    Passé sous Louis-Philippe à la famille de Crémery puis vendu en 1912 à M.Gruet.

    Le château a disparu au cours de la Grande Guerre, il se trouvait à proximité du canal de la Somme, une motte se voyait encore à son emplacement.

                                                                     ***

                                                       Eglise Saint-Etienne

    Voyennes

    église romane en 1876

    L’église Saint-Étienne était un précieux monument d’époque Romane, riche de moulures dentelées autour des fenêtres et d’un magnifique bas-relief en pierre bleue sur le pignon du portail. D’abord endommagée pendant la guerre de 1870, elle servit d’infirmerie aux troupes allemandes dès 1914, avant d’être détruite lors des épisodes de la bataille de la Somme. Elle fut reconstruite en 1928, dans un style assez proche, avant d’être à nouveau détruite en 1940 par un bombardement aérien.

    Voyennes

    ancienne église en 1906

    Voyennes

    Voyennes

    L’église actuelle a été rebâtie sur le même emplacement, à côté du monument aux morts.

     

    Voyennes


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :