• Villers sur Authie

    Villers sur Authie

    De gueules à trois molettes d'or.

      "Ces armes ont été reprises de la famille Truffier, seigneurs de Villers, maintenue noble en 1699, dont la filiation est établie depuis la fin du 15e siècle.
      (Jacques Dulphy)
        Historique
      En 1399 Colaye de Moreuil rendit hommage au roi pour la seigneurie de Villers, u nom de son époux Jean de Friacourt, dont elle espérait le retour des Croisades.
      En 1405, la mort de son époux fut confirmée au désastre de Nicopolis.
      Au début du 16ème siècle, Aubert Le Fèvre, écuyer,  est le seigneur de Villers en Ponthieu, puis son fils Jean, seigneur de Caumartin, Villers et Machy.
      La terre échut ensuite à Antoine du Bos qui mourut en son château en 1567, Pierre du Bos aurait laissé la terre à son épouse Philiberte de Nibas.
      Mis en vente en 1650, la seigneurie fut acquise par François Truffier, capitaine d'une compagnie de 1000 hommes à pied, héritier de la seigneurie d'Allenay que possédait sa famille, et seigneur d'Houdant par son mariage avec Jeanne Maillard.
      Son fils Jean Truffier obtient en 1679 l'érection en comté mais mourut quelques années plus tard, c'est son épouse Gabrielle de Saint-Souplis qui dut mener à bien la construction du château en 1687.
         

    Villers sur Authie

    Villers sur Authie

    Date : 1679. Armoiries d'alliance de Jean Truffier (de gueules à trois molettes d'éperon d'or posées 2 et 1) et de Gabrielle de Saint-Souplis (d'or à trois fasces de gueules surmontées en chef d'une coquille d'azur). Les deux écus accolés sont timbrés d'une couronne comtale stylisée et flanqués de licornes en guise de supports. 

    L’œuvre est une copie du 19e siècle d'une plaque de cheminée, non localisée aujourd'hui, portant la date de 1679 et les armes d'alliance de Jean Truffier, chevalier, seigneur d'Allenay, d'Houdent et de Villers [sur Authie] et de son épouse Gabrielle de Saint-Souplis, dame de Dreuil, Wanel et Sorel. Après leur mariage à Abbeville en 1675, Jean Truffier obtient en 1679 l'érection en comté de sa terre de Villers, où il commence la reconstruction du château, menée à bien par sa veuve après sa mort en 1684. La plaque de cheminée originale est donc contemporaine de l'ascension nobiliaire de Jean Truffier, et a probablement été réalisée par un artisan local pour l'hôtel de Saint-Souplis, 6 rue du Pont-de-Boulogne à Abbeville, où résidait le couple. Les mêmes armoiries se retrouvent au château de Villers-sur-Authie. Comme l'indique l'article d'Edouard Dieppe, cette plaque se trouvait encore en 1915 dans la même demeure, habitée alors par le docteur Viger. 

      Lechâteau porte encore sur son fronton les armes des Truffier et des Saint-Souplis.
      A son décès la terre revint à François Truffier , le frère de Jean, capitaine au régiment de la Reine, qui meurt sans postérité vers 1710.
      Il laissa ses biens à son neveu Claude de Cacheleu qui contracta en 1714 une brillante alliance avec Bonne-Françoise de Manneville, fille du gouverneur de Dieppe, il meurt lui aussi sans enfant en 1750.

    Villers sur Authie

    de Cacheleu : d'azur, à trois pattes de loup d'or.

      Jean-Baptiste de Cacheleu, son frère, devint comte de Houdent et de Villers.
      Son fils Conrad-Victor (1722-1802), lieutenant des maréchaux de France à Abbeville et chevalier de Saint-Louis, épousa Isabelle de Jacquier de Rosée, qui lui apporta les belles terres de Colline-Beaumont, jouxtant celles de Villers.
      Sa fille Henriette épousa en 1805 le comte de Guilbert de Fontilloy, ancien page de Louis XVI, qui mourut fort âgé en 1861.
      Mathilde de Guilbert, sa fille, épousa en 1854 Ernest Thouret dont le fils Edmond fit agrandir et totalement transformer le château en 1878.
      La génération suivante vit la dispersion d'une bonne partie des terres.
      Vendu en 1930 à M.Durand puis à nouveau amputé, le domaine était réduit en 1969 au château et au parc, lors de son acquisition par le Dr de La Coussaye qui l'a revendu il y a quelques années.

    Villers sur Authie

    Château en 1917.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :