• Villers-aux-Erables

    La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    Projet de blasonnement proposé par Jacques Dulphy, reprenant les armes des de Cambray en y ajoutant une molette pour l'équilibre et une feuille d'érable venant remplacer le trèfle en pointe, allusion au nom du village.

    Villers-aux-Erables

     

    Le premier seigneur connu est Guillaume de Villers en 1207.

    A partir du 14ème siècle, la seigneurie est la propriété de la famille de Fontaines.

    François de Fontaines en était le seigneur en 1571.

    Claude de Fontaines vendit la seigneurie à la fin du 16ème à Maximilien de Cambray (1639-1719), capitaine d'infanterie.

    Il fit construire le château au nord du village dans les années 1680.

    Mort sans alliance, il laissa ses biens à son neveu Florimond, seigneur de La Neuville, mort en 1763, auquel succéda son fils Maximilien-Eugène de Cambray, comte de Villers, qui mourut en 1787 sans enfants, après avoir recueilli la succession de son frère, le marquis d'Epagny.

    Villers-aux-Erables

    de Cambray : d'azur au chevron d'or, accompagné au canton dextre du chef, d'une molette et en pointe d'un trèfle, le tout d'or.

    Louis-Antoine de Cambray-Digny, son neveu et héritier, né en 1751, officier d'artillerie, avait combattu aux côtés des Insurgents américains et avait obtenu le grade de colonel de cavalerie.

    Villers-aux-Erables

    Il fut inquiété pendant la Révolution, mais en ventôse de l'An II les autorités reconnurent qu'il avait combattu 25 ans pour des républiques, ils firent lever les scellés apposés sur son mobilier.

    Il mourut sans postérité à Villers en 1822.

    Trois ans plus tard son neveu fixé à Florence (Italie) céda le domaine à Edouard Cadeau d'Acy (1795-1860), maire de la commune en 1824, conseiller général et député de la Somme, père de la marquise de Rougé et grand-père du comte Jacques de Rougé, il avait épousé Mlle Pauline Tripier de Sénerville, il meurt en 1860.

    Villers-aux-Erables

    Cadeau d'Acy : d'azur à trois bandes ondées d'argent.

    Sa fille Anne-Marie Cadeau d'Acy épousa en 1860 Théodorite-Bonabes-Félicien, marquis de Rougé (mort en 1864).

    Villers-aux-Erables

    De Rougé : de gueules à la croix pattée d'argent

    Le château était une demeure classique de dimensions modestes, habitué à des demeures plus grandioses, le comte de Rougé et son épouse Antoinette d'Havrincourt, firent dès 1909 transformer et agrandir le bâtiment, deux ans de travaux rendirent presque méconnaissable l'édifice.

    Villers-aux-Erables

    Villers-aux-Erables

    De tout cela la guerre de 1914-1918 n'a laissé subsister que de maigres vestiges, abattus depuis.

    Villers-aux-Erables

    Villers-aux-Erables

     

    ***

    Eglise Saint Sulpice

    L'ancienne église de trouvait dans le parc du château, très petite et couverte de chaumes, un incendie la détruisit quelques années avant la Révolution, elle renfermait une chapelle castrale bénite en 1420.

    L'église fut reconstruite à la fin du 18ème siècle aux frais de M.de Cambray, au centre du village, elle fut détruite lors des combats de 1918.

    Villers-aux-Erables

    EN 1877

    *

    La chapelle sépulcrale

    Construite de 1862 à 1864 par Mme veuve Cadeau d'Acy et ses enfants.

    Elle a échappé aux destructions de 1918.

    Villers-aux-Erables


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :