• Toutencourt

     

    Toutencourt

     

    http://armorialdefrance.fr/

      

    Écartelé: au 1er fascé d'azur et d'argent, les fasces d'argent chargées de six fleurs de lis de gueules, 3, 2 et 1, aux 2e et 3e d'or à trois maillets de sinople au 4e fascé d'argent et d'azur, les fasces d'argent chargées de six fleurs de lis de gueules, 3, 2 et 1.

    Devise: « unguibus et rostro » (A bec et à griffes)

     

     

     

     On retrouve ce blason par deux fois, en couleurs dans des écus ovales, sur les pilastres des grilles qui ferment le choeur de l'église de Toutencourt. Ces blasons sont timbrés d'une couronne de marquis.

    Côté nef, les écus portent: écartelé, aux 1 et 4 fascé d'argent et d'azur, de six pièces, les fasces d'argent chargées de six fleurs de lis de gueules posées 3, 2 et 1, qui est De France d'Ezecques, aux 2 et 3, d'or à trois maillets de sinople, qui est De Mailly.

    Côté choeur, les écus portent: d'or à cinq cotices de gueules, qui est Mouton de Harchies.

    Toutencourt

    Guislain de France, chevalier, comte d'Hézecques, marquis de Noyelles-Vion et de Mailly, héritier de la baronnie de Mailly en 1774, convoqué aux Etats d'Artois en 1788, avait épousé en 1772 Berthine Mouton de Harchies. C'est ce Guislain de France, dont la famille était originaire d'Artois, qui fit exécuter cette grille.

    La seigneurie de Toutencourt lui était échue, avec d'autres, en tant que neveu, dans la succession du marquis Louis Henri Victor Antoine de Mailly.

     La commune de Toutencourt a repris les armes du comte d'Hézecques antérieurement à 2006.

                                                           Sur la mairie

    Toutencourt

    Il a existé dès le XIIe siècle une famille de Toutencourt, qui portait d'argent à trois fleurs de lis au pied nourri de gueules; famille qui était seigneur du lieu au Moyen-Age et dont la motte du château est toujours existante.

    (Jacques Dulphy)

    Toutencourt

                                                                    ***

    L’origine de Toutencourt remonte au XIIème siècle, à l’époque où apparaît là une lignée aristocratique. En ces temps féodaux, une motte castrale est fortifiée sur le site qui domine le village, au sud-ouest. Sur le rebord du plateau, une colline d’une centaine de mètres d’altitude, un château est alors élevé par la volonté des seigneurs de Toutencourt. Ceux-ci dépendent de la châtellenie d’Authie, l’essentiel de leurs revenus provenant du bois voisin, de ses coupes et de ses carrières d’extractions de grès. Ces lieux possèdent une défense naturelle, un fossé orienté nord-ouest sud-est, qui entraîne les eaux de pluie s’écoulant de la butte vers l’Hallue, une rivière affluent de la Somme. Ses abords, le pied de l’édifice, sont ainsi fréquemment inondés.

    Toutencourt

    Toutencourt

    Le premier seigneur cité en 1226 fut Adam de Toutencourt puis messire Robert de Toutencourt, chevalier, Henri en 1287.

    Toutencourt

    sceau de Henri de Toutencourt 1297

    Un sieur de Toutencourt, chevalier, mourut en 1340 à la bataille de Saint-Omer avec ses deux écuyers.

    Jean de Toutencourt au 14ème siècle.

    Un autre Jean de Toutencourt au 15ème siècle prit la cause du duc de Bourgogne Charles le Téméraire, celui-ci campa à Toutencourt le 18 février 1470 avant d'aller brûler Picquigny, une fois la guerre terminée, le roi Louis XI fit brûler et raser le château, arrêter et condamner Jean , il fut écartelé sur la place d'Amiens en 1474.

    La croix de pierre de 4 m de haut fut érigée en souvenir sur la place.

    Toutencourt

    Le château n'ayant pas été reconstruit, aucun seigneur ne résida alors à Toutencourt.

    La seigneurie passa à la famille Blondel de Joigny.

    Toutencourt

    Péronne Blondel de Joigny épousa Antoine de Bournonville, il laissa ses biens à son fils aîné Louis qui épousa une demoiselle de la plus grande noblesse picarde, Claire de Beauvoir, Louis de Bournonville (1450-1497) était gentilhomme de la Chambre du duc de Bourgogne.

    Toutencourt

    de Bournonville : de sable, au lion d'argent armé, lampassé er couronné d'or, la queue fourchée passée en sautoir.

    La richesse des Bournonville était si importante qu'ils décidèrent par acte passé en 1496 de partager leurs biens de leur vivant entre leur trois fils: Adrien,Jehan et Charles.

    Adrien de Bournonville, l'aîné, reçoit Toutencourt.

    A son décès en 1510, sa fille Charlotte hérite et épouse Antoine d'Ailly, seigneur de Varennes.

    Antoine d'Ailly meurt en 1567, son fils Hue d'Ailly, mineur, prend la succession, son tuteur est Philippe du Moulin, écuyer et marquis de Baizieux.

    En 1610, la seigneurie passa à Jean de Monchy de Montcavrel qui s'en rend adjudicataire sur Adrienne d'Ailly, fille de Hue.

    Toutencourt

    de gueules à trois maillets d'or

    Il était chevalier des Ordres du Roi et gouverneur d'Ardres, il avait épousé Marguerite de Bourbon-Rubempré.

    Il s'occupait en 1623 de faire bâtir et rétablir les ruines du château.

    La seigneurie passa à René III de Mailly par son mariage en 1630 avec Marguerite de Monchy;

    Toutencourt

    de Mailly: d'or à trois maillets de sinople

    En 1636 les Espagnols avaient envahi la Picardie et mis le siège devant Corbie dont René de Mailly en était gouverneur, la capitulation eut lieu le 15 août 1636, le 26 août il fut condamné à mort par le roi de France, il prit la fuite, il reparut en 1640 à la bataille de Sedan et au siège d'Arras en 1641, il mourut en 1695 âgé de 85 ans.

    Après la mort du dernier marquis de Mailly, Louis de Mailly, en 1774, l'héritage passa à son neveu Charles-Isabel-Désiré-Guilain de France, comte d'Hézecques.

    Toutencourt

    De France d'Hézecques : fascé d'argent et d'azur de six pièces, les fasces d'argent chargées de six fleurs de lis de gueules, posées 3,2 et 1

    Le nouveau propriétaire se laissa guider par ses goûts princiers et dilapida son immense fortune, une saisie fut prononcée sur tous ses biens.

    La terre de Toutencourt fut vendue en 1780 à un de ses parents, le marquis de Louverval.

    Toutencourt

     

    gouache de Marcel Stiennon

    d'argent à cinq fusées de gueules posées en barre et accolées en bande

    Il épousa en 1784, Marie-Josèphe Du Bois, il mourut en 1852 à l'âge de 95 ans, la terre passa à sa fille Maximilienne de Louverval, veuve de messire Charles du Hays.

    A sa mort, son fils Maurice du Hays et sa soeur Louise du Hays, épouse de Abel Tournois de Bonvallet, se partagèrent par moitié le terre de Toutencourt.

    ***

    Eglise Saint-Léger

    XVIéme,XVIIème,XVIIIéme

    Toutencourt

     

    Toutencourt

    Armoiries complètement effacées avec la date de 1721


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :