• Saisseval

    Saisseval

      http://armorialdefrance.fr/

     

    D'azur à deux bars adossés d'argent en chef à dextre et à trois trèfles du même rangés en barre en pointe à senestre.

     

    Les bars viennent des armes de la famille de Saisseval auxquels la commune a ajouté les trois trèfles.

    La commune a relevé le blason de la famille de Saisseval, et l'a accommodé d'une brisure qui s'inspire des trèfles que portait en brisure une branche latérale.

    Les De Saisseval directs portaient seulement: d'azur à deux bars adossés d'argent.

    Saisseval

     

    Les De Saisseval de Blérancourt et d'Anville y ajoutaient quatre trèfles d'or, posés un en chef, deux en flancs et un en pointe.

    Saisseval

     

    La famille De Saisseval apparaît pour la première fois au 11e siècle avec Enguerrand de Saisseval, seigneur de Saisseval, et la généalogie suivie remonte avec certitude à Gilles de Saisseval, seigneur de Pissy (80) en 1362.

    En 1499, Marie, dame de Saisseval, épouse Raoul de Senicourt et fait passer la seigneurie de Saisseval dans cette famille qui la conservera jusqu'au XVIIIe siècle. Deux sceaux anciens, entre autres, sont connus pour la famille De Saisseval et référencés par Demay (Sceaux de la Picardie, 1875). Il s'agit du sceau du chevalier Jacques de Saisseval (sceau de 1381, semé de croisettes à deux bars adossés, Archives de la somme) et de celui d'Augustin de Saisseval, homme d'armes de la châtellenie de Boves (sceau de 1522, à deux bars adossés accompagnés de trois quintefeuilles, sur une lettre de relief pour un fief à Sains, conservé aux Archives de la Somme). Cette famille s'est éteinte au 19e siècle, sans doute en la personne du comte Joseph-César de Saisseval, né à Bonneleau (60) en 1804, président du Tribunal civil de Reims et mort en 1874 sans postérité.
    (Jacques Dulphy)

    Saisseval

     En 1692, Jean de Senicourt, maréchal de camps des armées du Roi, a été inhumé dans le choeur de l'église. 

    Au début du règne de Louis XVI, Jean-Baptiste Nicolas Durieux, négociant et manufacturier en drap à Amiens, achète la terre aux Lameth, héritiers de la dernière des Senicourt.

    Avec son épouse Marie-Anne Galand, il se partage entre son hôtel et son peti-château de Creuse.

    A sa mort en 1783 il est inhumé dans le choeur de l'église.

    Son fils J-B-Fidèle se marie en 1816 avec Alexandrine de Bray , il meurt sans postérité. 

    Le château était situé près de l'église, il n'en reste aucun vestige.

    Saisseval

    église et porte du château vers 1870.

    Saisseval

    Porte du château à la fin du 19ème siècle.

    Saisseval

     

    Ce qui reste actuellement.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :