• Sailly-le-Sec

    Sailly-le-Sec

    D'or à la bande de sable chargée de trois ancres d'or posées à plomb, accompagnée de deux saules arrachés de sinople.

    *

    NOTES, COMMENTAIRES, BIBLIOGRAPHIE


    Les armes de la commune de Sailly-le-Sec (80) ont été adoptées par le conseil municipal lors de sa réunion du 11 février 2021.
    Après une demande exprimée par la commune auprès de Jacques Dulphy, plusieurs projets ont été élaborés avec la participation de Rémy Godbert, Daniel Juric et Arcady Voronzov.
    La bande de sable et le champ d’or sont empruntés aux armes de Pierre Dragon de Gomiecourt, capitaine aux grenadiers de France, dernier seigneur châtelain de Sailly-le-Sec à sa mort en 1788.
    Les trois ancres sont tirée des armes de la famille De Lancry, qui donna les seigneurs du lieu au XVIIe siècle.
    Les deux saules rappellent l’étymologie de Sailly: lieu planté de saules.

    Ornements extérieurs: deux banches de saule, couronne murale et croix de Guerre 1914-1918. 

    Sailly-le-Sec

     

    Dessin d'Arcady Voronzov (Russie)
    (Avec son aimable autorisation)

    En 1294, Guy de Chastillon, comte de Saint-Pol, donne à l'abbaye de Corbie l'avouerie et toute la justice haute et basse de la seigneurie de Sailly-le-Sec.

    En 1340, Mathieu d'Heilly donna à l'abbaye de Corbie tout le bien qu'il possédait dans la commune.

    En 1347, Jean Boitoire, citoyen d'Amiens et sire de Contay et Marie le Mondière, son épouse, seigneurs de Sailly le Sec échangent la seigneurie avec l'abbaye de Corbie contre celle d'Omecourt.

    En 1533, Charles de Raincheval, écuyer, est seigneur du Petit Sailly et du fief d'Etouvy, il épousa Marie de Soissons et en eut quatre enfants, dont Jeanne qui épousa en 1559 Nicolas Judas, conseiller au présidial d'Amiens, le nom de Judas était affecté aux aînés de la famille du Souich.

    Sailly-le-Sec

    Judas : coupé, au 1er, d'azur à deux merlettes d'argent surmontées d'un croissant de même, poé au milieu du chef ; au 2, de gueules à deux trèfles d'or en chef et d'une merlettes de même en pointe.

    Leur fils Louis Judas, avocat, épousa Magdeleine de Morlancourt.

    Leur fille Françoise Judas, dame de Sailly le Sec vendit la seigneurie à Christophe Laignel, moyennant 600 écus.

    Il en fit le dénombrement en 1614.

    En 1623, Charles de Sarcus est qualifié seigneur de Sailly le Sec et Libermont lors de son mariage avec Marie de Gard.

    En 1631, il acquiert à nouveau deux fiefs.

    Sailly-le-Sec

    de Sarcus : de gueules, au sautoir d'argent cantonné de quatre merlettes du même.

    Une de ses filles, Françoise de Sarcus transmet la seigneurie dans la maison de Lancry en épousant en 1646 René de Lancry, seigneur de Carouge.

    En 1639, nous trouvons un autre seigneur, Louis Arthus, receveur de la seigneurie de Plessier-Rozainvillers, qualifié bourgeois d'Amiens.

    Jean de Lancry, fils de René, lieutenant au regiment de Limoges, épousa entre 1667 et 1673 Jeanne Clément du Vault.

    Sailly-le-Sec

    de Lancry :d'or à trois ancres de sable

    Leur fille Eléonore transmit le domaine à François Rémond Pavée de Villevieille, seigneur de Vaux sur Somme, qu'elle épousa en 1709.

    Sailly-le-Sec

     Puis en 1732 son fils Louis-Bernard de Pavée qui meurt en 1759.

    Ensuite Pierre Dragon de Gomiecourt, capitaine aux grenadiers de France, chevalier de Saint-Louis.

    Sailly-le-Sec

    Dragon de Gomiecourt : d'or à la bande de sable

     

    Il épousa en 1782 à Sailly Marie-Sophie-Caroline Cannet dont l'amie, l'illustre Madame Roland fut témoin de leur mariage, il meurt le 13 décembre 1788.

    En 1789, Marie-Sophie Cannet prit part aux assemblées de la noblesse tenues à Amiens comme tutrice de ses enfants mineurs.

    Cette année là, assignation est donné à Firmin-Paul-François de Bosquillon de Frescheville, écuyer, seigneur du fief de Sailly.

    En 1844, le château appartenait au comte de Valenglart.

    Il n'en reste rien aujourd'hui si ce n'est l'enclos et le dessus du portail.

    Sailly-le-SecSailly-le-Sec

     

     

    Le fief d'Etouvy 

    Il appartenait en 1663 à Claude Bourgeon, écuyer, premier capitaine au régiment de Speltz, anobli en 1659, il meurt en 1673.

    Sailly-le-SecSailly-le-Sec

     

    Bourgeon : d'azur, à deux épées d'argent posées en sautoir, garnies d'or, accompagnées en chef d'un croissant montant d'argent et de trois étoiles d'or, 2 et 1.

     

    Son épouse Dame Claude Eudel meurt en 1709 à l'âge de 87 ans.

    Marie-Antoinette Bourgeon, dame d'Etouvy et de Sailly le Sec en partie en fit donation à la cure et à la fabrique en 1718, c'est ainsi que les curés de Sailly devinrent successivement seigneurs de ce fief.

                                 Pierres tombales dans l'église Saint Martin

    Sailly-le-Sec

    pierre tombale de Claude Bourgeon, de son épouse Claue Eudel et de leur fille Alix morte à 18 ans.

    Sailly-le-Sec

    Pierre tombale de Marie-Antoinette Bourgeon, décédée le 28 avril 1733

    ***

    Eglise Saint Martin

    Elle fut reconstruite au commencement du 18ème siècle, l'évêque d'Amiens en fit la consécration le 14 juillet 1714.

    Sailly-le-Sec

    acquarelle en 1877

    Sailly-le-Sec

     

     

    Elle fut totalement détruite lors de La Première Guerre

    Sailly-le-Sec

    Sailly-le-Sec

    reconstruction de l'église actuelle

    Sailly-le-Sec

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :