• Roye

    Roye

    De gueules à la bande d'argent; au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys d'or.

     

    La commune de Roye a relevé les armes de la famille de Roye, qu'elles a surmonté de trois fleurs de lys. La famille de Roye, qui tirait son nom de son premier fief, et qui posséda le château de la ville jusqu'au XVe siècle, était issue d'Evrard de Roye, cité en 1095.
    Parmi les membres les plus illustres de cette famille, éteinte au XVe siècle, on note notamment Guy de Roye, archevêque de Reims de 1390 à 1406, Jean de Roye, chambellan du roi Louis XI et Eléonore de Roye (1535-1564), épouse de Louis 1er de Bourbon-Condé, dont il eut huit enfants. Une tradition, qui prétend que la bande d''argent sur champ de gueules symboliserait l'ancienne chaussée romaine (dite chaussée Brunehaut) allant d'Amiens à Roye, ne semble pas devoir être retenue. Le plus ancien sceau connu concernant la famille de Roye est conservé aux Archives de la Somme.
    C'est le contre-sceau de Matthieu de Roye, seigneur de La Freste (?), marqué d'un écu à une bande, brisé d'un lambel, appendu à un document de 1282. Un chef de France a été ajouté au blason communal moderne, sans doute du propre chef de la ville, et pour rappeler peut-être le séjour qu'y firent de nombreux rois: Louis XI, Henri IV, Louis XIII, Louis XIV, Louis XV, Louis XVIII, et d'autres.

    (Jacques Dulphy)

     

    Famille éteinte au XVIème siècle.

    Roye

    Roye

     

    On retrouve le blason sur le beffroi de l'hôtel de ville

    Roye

     

    Roye

    Sur le vitrail de l'escalier d'honneur

    Roye

    Roye

     

     

    Dans le cimetière

    Roye

     

     

    Armoiries sur la tombe du vice-amiral De Suin Marie-Jean-Baptiste (1796-1865)

    D'azur à une grue d'argent tenant sa vigilance d'or, accompagné en chef de deux étoiles du même.

    *

    Eglise Saint-Pierre

    Elle conserve son chœur, son chevet et des vitraux du xvie siècle. Du chœur détruit pendant la Première Guerre mondiale, il ne restait que des pans de murs. Le choix fut fait dans l'entre-deux-guerres de le reconstruire à l'identique et de remonter une verrière avec des éléments épars de vitraux anciens

    Roye


  • Commentaires

    1
    Jacques Dulphy
    Vendredi 15 Avril 2016 à 03:28

    Bravo pour ce site. Vos références se précisent : pêché de jeunesse ? Les photos "justificatives" enrichissent le site, qui va devenir une référence pour les repères héraldiques

    municipaux dans la statuaire. J'y vais voir avec plaisir, et sans "grou", comme on dit en picard.

    Amiteusmint

      • Vendredi 15 Avril 2016 à 10:41

        Merci Jacques

        Merci pour ces encouragements, venant de vous, ils me touchent particulièrement...

        J'aimerai vous poser quelques questions, comment vous contacter ?

        Merci encore

        Vive la Picardie

        Amiteusmint

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :