• Occoches

    Occoches

     http://armorialdefrance.fr/

    D'argent à la fasce de gueules, surmontée de trois coqs de sable, membrés, crêtés, becqués et couronnés de gueules.

     

     Le blason de la famille D'Occoches a directement inspiré les armes de la commune d'Occoches.

    Cette famille n'était déjà plus seigneur du lieu quand, en 1402, Yvain de Beauval rendit hommage "pour la seigneurie d'Aucoch". Sans doute, le dernier seigneur d'Occoches en Picardie fut Hugues d'Occoches, chevalier vivant en 1323, seigneur d'Occoches (80) et de Mézerolles (80), village immédiatement voisin -ce qui ôte tout doute sur le lieu d'origine- époux de Jacqueline de Framecourt, père de Jacqueline d'Occoches (1336-1390) et de Porrus d'Occoches (1340-1412), seigneur de Manchicourt et d'Autheux.
    On retrouve les armes de la famille D'Occoches sur la plate-tombe gravée du seigneur de Lambercourt Guillaume de Bours (16e) dans l'église de Miannay, où elles a été remisée dans la cave de la nouvelle église après avoir échappé vers 1980, brisée de toutes parts, au remblaiement d'un chemin. Les trois coqs y sont nettement apparents, allusion parlante à la forme ancienne et picarde du lieu, qui se prononçait originellement: Ococ.
    Une autre famille au nom approchant: les D'Ocoche, était seigneur du hameau du même nom, aujourd'hui commune de Maisnil, en Artois (62) qui utilise le même blason. Il ne faut pas confondre -mais beaucoup l'ont fait- ces deux familles.
    Un fief d'Occoches est connu en Vimeu, sur l'actuelle commune de Maisnières (80); il avait pour seigneur, en 1488, Pierre d'Occoches, écuyer.
    Henri Jougla de Morena (Grand Armorial de France, tome 5, 1948) évoque sans dates une famille D'Ocoche de Manchicourt, sur la foi de Rietstap (Armorial Général, 1934) "Flandres. Seigneur du Fay, de Courcelles", avec les mêmes armoiries.
    (Jacques Dulphy)

                                                           **************

    Firmin Campdavène de Beauval est seigneur en 1201

    En 1402 Yvain de Beauval rendit hommage pour la seigneurie d'Aucoch

    Fille de Philippe, seigneur  d'Occoich, Isabeau de Beauval épousa vers 1480 Guyon Le Roy, écuyer d'écurie de Louis XI, qui fit une brillante carrière : vice-amiral de Charles VIII en 1485, il participa sous Louis XII à la prise de Gênes, il devint général des armées navales en 1513 puis vice-amiral du roi en Normandie en 1524.

    En 1551, Jean d'Ostrel est le seigneur.

    Sa fille Jehanne épouse Louis de Festart, seigneur de Hangard.

    Ensuite leur fille Françoise épouse François de Quérecques, seigneur de Forceville, et vend le domaine à Jean Larcher.

    Vers 1687 Pierre Sanson-Monck en est le seigneur.

    En 1745 sa petite-fille épouse Charles-Constant Malet de Coupigny, seigneur de Fouquières.

    Occoches

    Malet de Coupigny : d'azur à un écusson d'or, augmenté d'un chef de gueules à trois fermeaux d'or.

    Occoches

    Occoches

    Le château qu'ils font bâtir est saisi en l'an II sur l'émigré Malet, mais revient à ses fils Philippe et Charles de Coupigny qui s'en défont finalement en 1802.

    Occoches

     

    Chapelle funéraire des comtes Malet de Coupigny dans le cimetière.

     

    Occoches

    Les acquéreurs Louis Mélin et Marguerite Beaudron pour les 2/3 et à Justine Canchy, son épouse séparée pour l'autre tiers, le louent quelques années à M. de La Houssoye qui chasse le loup avec le marquis de Fercourt.

    Pierre-Louis Mélin s'y installe en 1834 après son mariage avec Eugénie Le Fèvre de Wadicourt, le domaine reste plus d'un siècle dans sa descendance.

    Il appartient aujourd'hui à la comtesse Arnould de Looz-Corswarem

    Occoches

    écartelé : aux 1 et 4, burelé d'or et de gueules

    aux 2 et 3, d'or à deux fasces de sable

    sur le tout , d'hermine à deux fasces de gueules

     

    Occoches

    Sépulture de Louis Melin, mort en 1819 et de son épouse née Marguerite Beaudron

     


  • Commentaires

    1
    Tef
    Vendredi 8 Juin 2018 à 15:37

    Pour ce qui est de la chapelle des Coupigny, je reviens ce jour du cimetière où j'ai eu la chance de croiser la comtesse et châtelaine ; la chapelle n'est pas à l'abandon mais au contraire toujours "entretenue" par les descendants (dont j'ai oublié le nom, il me semble qu'elle avait mentionné les d'halluin) ; et rectificatif, "monsieur de la Houssoye qui chasse le loup avec le marquis de Fercourt" (et non Frecourt).

      • Vendredi 8 Juin 2018 à 16:26

        Merci Tef, j'ai rectifié de suite vos infos, avez-vous pu entrer dans la chapelle ? 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :