• Nibas

    Nibas

     http://armorialdefrance.fr/

     

    De gueules à la hache franque d'argent, couronnée d'or et accostée de deux épées hautes d'argent garnies d'or.

     

    Ce blason a été adopté en conseil municipal, sur proposition de Thierry Sellier et Jacques Dulphy, en 1980.
    Il s'inspire pour partie du blason de la famille de Nibas (de gueules à trois épées hautes d'argent garnies d'or, rangées en fasce), seigneurs du village du XIIIe au XVe siècles; la hache franque couronnée centrale est une allégorie de la bataille de Saucourt-en-Vimeu (hameau de Nibas), que remporta le roi Louis III sur les Normands en 881.
    (Jacques Dulphy)

    Nibas

     de gueules à trois épées hautes d'argent garnies d'or, rangées en fasce.

    *

    Du 13ème au 15ème siècle la famille de Nibas en était les seigneurs.

    On trouve en 1240 Jean de Nibas 

    Antoine de Nibas en 1403 avec son épouse Antoinette de Moyenneville

    En 1475, un autre Antoine de Nibas, écuyer, vend la seigneurie en 1480 à l'abbaye de Saint-Valery qui l'aliénera au profit de Jean de Belle Perche de 1490 à 1518, puis à Nicole de Belleperche de 1518 à 1535, elle épousera Jean de Fontaines.

    Les de Fontaines se succéderont jusqu'en 1752 où la seigneurie fut achetée par Louis-François-Antoine de Ponthieu de Popincourt, originaire de Tours en Vimeu.

    Lui succède en 1775 Anicet-Joseph de Ponthieu, puis en 1789 Pierre-François.

    La seigneurie fut ensuite partagée entre les familles de Ponthieu et Roussel.

    Nibas

    château en 1866

    *

    L'église Saint-Valery

    Le choeur et le sanctuaire datent du 16ème siècle, le clocher fut reconstruit en 1868.

    Nibas

    1864

    A l'entrée du sanctuaire existait jadis une grande pierre tombale ornée de deux écus ovales accolés, supportés par deux lions, martelés à la Révolution, c'était celle de dame Jeanne-Marie Le Fuzelier, veuve de Louis-François-Antoine de Ponthieu, décédée le 17/9/1788.

    Cette pierre fut transportée dans le château de Nibas lors du repavement de l'église.

    De l'autre côté, une autre épitaphe existe toujours, celle de Jean Le Sergeant, seigneur de Saucourt, ancien maïeur d'Abbeville, mort le 4 may.......

    Nibas

    ***

    Hameau de Saucourt 

    Possession d'un certain Gilles de Saucourt au 12ème siècle et de Jean de Poilly au 15ème, la terre entra dans la famille de Bus, représentée en 1595 par Geneviève de Bus qui l'apporta en mariage à François de Créquy, vicomte de Langles.

    François du Quesnoy était seigneur en 1619, lui succédèrent son fils André, puis sa belle-fille Marie de Paschal qui au début du 18ème céda le domaine à Jacques Le Sergeant.

    Son fils Jean Le Sergeant , maïeur d'Abbeville,fit construire le petit château, il fut inhumé en 1745 dans le choeur de l'église de Nibas.

    Nibas

    Marie-Elisabeth Le Sergeant épousa Charles-Nicolas de Dompierre, procureur à Abbeville et maïeur à son tour.

    Leur fille Marie-Elisabeth de Dompierre épousa en 1781 Abraham Blancart, lieutenant de grenadiers, mort en 1839.

    Gravement endommagé par un incendie en 1846, le château dut être complètement restauré par Louis-Frédéric Blancart (mort en 1873), il légua le domaine à son neveu Jean-Marie Levesque de Neuvillette.

    Mathilde d'Avout qui en hérita par la suite l'apporta en mariage à Etienne de Colnet.

    La chapelle Saint-Louis qui lui fait face abrite les sépultures de la famille Blancart, plusieurs fois rebâtie, la dernière en 1862 au frais d'Henri de Neuvillette.

    Nibas

    1880

    ***

    Hameau de Rembehem

    Siège d'une seigneurie distincte de celle principale de Nibas.

    Nibas

    Nibas

    de.....à la croix ancrée de......, à une bande de....brochante sur le tout.

    Le château est cité dès 1236, date à laquelle Pierre de Raimbehan, chevalier, y fonda une chapelle.

    Passé par alliance à André de Ponches, pair de Ponthieu.

    Il appartient au 14ème siècle à Robert du Quesnoy.

    En 1415, l'armée anglaise d'Henri V brûla le village et assiégea le château dont la résistance opiniâtre valut à Baudouin de La Rocque, son défenseur, de recevoir la maison seigneuriale de Nibas.

    François de Fontaines épousa en 1563 Jeanne de Tronville et mourut fort âgé en 1605.

    Barbes de Fontaines se maria trois fois, en 1603 avec Louis de Moreuil, seigneur de Fresnoy en Chaussée; en 1619 avec Louis de Gaillard; en 1629 avec Charles de Bacouel, seigneur de Lanchères.

    C'est à elle que l'on doit attribuer la construction de la gentilhommière actuelle dont une pièce de charpente porte la date de 1632.

    Nibas

    Né de son second mariage, Charles de Gaillard, seigneur de Ramburelles et de Nibas, épousa Jeanne Le Bon et vivait encore en 1670.

    Pierre Pioger (1655-1710), receveur général des finances d'Amiens, posséda quelques temps le domaine dont ses héritiers se défirent en 1716.

    L'acquéreur fut Gabriel Le Fuzelier et ne dut pas manquer de faire restaurer et moderniser le corps de logis.

    A sa mort survenue en 1750, lui succéda son gendre Louis-François de Ponthieu, mousquetaire du roi, seigneur de Nibas et de Popincourt.

    Anicet de Ponthieu de La Hestroye, chevau-léger de la Garde du Roi, fut en 1789 convoqué aux assemblées de la noblesse.

    Par alliances successives le domaine échut en 1842 à Marie-Aimé de Biville de Rocquigny et en 1867 à Marie-Gabriel de Milleville, ancêtre de M. Guy de Milleville qui en 1989 céda le manoir au baron Francis Amyot du Mesnil-Gaillard.

    Hameau de Wailly

    Après 1680, la seigneurie tenue des Truffier fut partagée entre les Coulon, les Carette de Bussus, les Lefebvre de Saint-Valery et les Pieffort.

    Nibas

    Carette de Bussus (bason représentant une charette, carette en oicard)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :