• Moyenneville

    Moyenneville

    http://armorialdefrance.fr/  

     

    D'argent à deux lions affrontés de sable, armés et lampassés de gueules; le tout dans un double trescheur fleuronné de gueules.

     

    La commune de Moyenneville a adopté ces armes par délibération du 9 février 1970.
    Mais ce ne sont pas, comme l'affirme l'Armorial de la Somme (1972), "les armes de Jean de Bailleul, roi d'Ecosse au début du 14e siècle". Aucun De Bailleul n'a été seigneur de Moyenneville, les De Bailleul portaient d'hermine à l'écusson de gueules, et Jean de Bailleul fut, non roi, mais vice-roi d'Ecosse. Seule une ressemblance avec les armes d'Ecosse (le trescheur fleuronné de gueules) a pu être à l'origine de la confusion.
    Le choix de la commune de Moyenneville, établi sur la proposition de François Danzel d'Aumont (1917-1994), maire d'Aigneville et membre titulaire de la Société d'Emulation d'Abbeville, s'est porté sur le blason de la famille De Moyenneville, originaire du lieu, et aujourd'hui disparue. Si les De Moyenneville furent sans doute parmi les premiers seigneurs du lieu, leurs noms ne sont pas connus. Belleval écrit dans son Nobiliaire du Ponthieu (tome 1, 1862) "cette ancienne famille du Vimeu (...) s'allia presque toujours aux meilleures familles du pays. Elle était connue à Abbeville depuis Hugues de Moyenneville, maïeur d'Abbeville en 1232 et 1237 et Enguerrand, doyen (des chanoines) de Saint-Wulfran en 1260". Belleval décrit les armes de la famille De Moyenneville: "d'argent à deux lions affrontés de sables, armés et lampassés de gueules, au trescheur fleuronné de gueules". L'abbé de Vallemont (Les Eléments de l'Histoire, tome 1, 1714) les blasonne plus simplement "d'argent à deux lions affrontés de sable au trescheur fleuré de gueules" et les grave.

    (Jacques Dulphy)

    Moyenneville

    Blason de Hugues de Moyenneville, maïeur d'Abbeville en 1232 et 1237.
    Blason tiré de l'Armorial des maïeurs d'Abbeville, manuscrit de la fin du 16e siècle ou du début du 17e siècle dessiné et illustré par Pierre Waignart,dont il existe trois exemplaires, dont l'un est conservé à la Bibliothèque municipale d'Abbeville (80).
    (Aimablement transmis par Jacques Dulphy)

    ***

    Antoine Le Quieu en était le seigneur à la fin du XVème siècle

    Moyenneville

    Le Quieu : d'azur à un chevron d'or, accompagné de trois gerbes de blé de même, deux en chef et une en pointe.

    Moyenneville

    Antoine Le Fèvre de Caumartin, trésorier de France, en 1560, marié à Anne des Essarts.

    Moyenneville

    Le Fèvre de Caumartin : d'azur à cinq trangles d'argent.

     

    Son fils Antoine II, conseiller et maître d'hôtel du Roy.

    Marguerite du Monchel, dame de Moyenneville, avait épousé Jean Le Roy au début du XVIème siècle.

     

    En 1587, François Le Roy, héritier de la seigneurie de Moyenneville et écuyer du duc d'Aumale, épousa Antoinette de Rivery et acheta la seigneurie de Valanglart.

    Moyenneville

    Le Roy de Valanglart : coupé d'or et d'hermine à la fasce de sinople brochant, l'or chargé d'un lion léopardé de gueules. 

    Moyenneville

    C'est à son fils René Le Roy de Valanglart que l'on attribue généralement la construction du château, entre 1621, date de son mariage avec Renée des Landes, et 1635, date de sa mort.

    Moyenneville

    Clef de voûte avec les armes du marquis de Valanglart et celles des du Quesnoy(une bande d'azur).

    Moyenneville

    Son petit-fils François épousa en 1668 Antoinette Le Fort et s'installa au Quesnoy-sur-Airaines qui devint la résidence habituelle de ses successeurs jusqu'à la fin de l'Ancien Régime.

    A la Révolution, le marquis de Valanglart abandonna ses châteaux et partit pour l'émigration où il mourut en 1794.

    Ses biens furent mis en vente, mais ses soeurs qui habitaient Moyenneville, évitèrent la saisie du domaine, Hélène, chanoinesse à Bellechasse y mourut en 1796 et Marie-Anne en 1800.

    Héritier de ses tantes, Raoul, troisième marquis de Valanglart (1771-1848) épousa en 1806 Angélique de Machault d'Arnouville et fit restaurer le château.

    Moyenneville

    Au début du Second Empire, son fils Henri résolut de donner au domaine une tout autre dimension, il fit remplacer les bâtiments d'exploitation qui encombraient les abords de l'ancien château et fit construire une grandiose ferme modèle entre 1852 et 1857.

    Moyenneville

     

    Moyenneville

    Après sa mort, ses successeurs délaissèrent le domaine.

    Au cours de la Première Guerre mondiale, le château fut occupé par des contingents indiens de l'armée anglaise, un début d'incendie occasionna d'importants dégâts.

    A nouveau endommagé au cours des combats de mai 1940, l'édifice n'était plus qu'une ruine à la Libération.

    Après la mort de Guy, dernier marquis de Valanglart, en 1956, le général de Germiny en fit abattre les restes et construire à proximité une demeure plus modeste.

    Moyenneville

     

    Eglise Saint Samson

    Sa construction date du XVIème siècle pour le choeur, sa massive tour-clocher a perdu sa flèche en pierre pendant les destructions de 1940.

    Moyenneville

    Moyenneville

    Moyenneville

    Moyenneville

    Blason très altéré au-dessus de la porte du clocher qui doit être celui des de Valanglart.

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :