• Moreuil

    Moreuil

    Ce sont les armes de la famille De Moreuil, et plus précisément celles de Bernard III, sire de Moreuil en 1243, qu'a relevées la commune, et qu'elle utilise sur ses documents officiels. Ces armes sont connues par plusieurs sceaux ou contre-sceaux de 1243, 1259 et 1265 conservés aux Archives départementales de la Somme.

    Moreuil

    Les premiers seigneurs de Moreuil connus étaient issu des comtes de Soissons. Premier du nom, Bernard 1er de Moreuil, fils de Guillaume de Soissons, fonde en 1109 le prieuré de Saint-Vaast, érigé en abbaye en 1148, où les seigneurs de Moreuil eurent leur sépulture. La seigneurie de Moreuil resta dans cette famille jusqu'à Jean II de Soissons-Moreuil, bailli du Vermandois, vivant en 1509; il eut deux filles, mais le domaine resta dans sa descendance jusqu'à la Révolution.
    Une intéressante légende héraldique s'attache au blason des De Moreuil, et de la ville de Moreuil par voix de conséquence. Bernard II de Moreuil, seigneur de Moreuil et de Brienne, maréchal de France en 1137, avait rendu de grands services au roi Louis VII, à qui il aurait sauvé la vie au cours de la 2e croisade, en 1147. Répondant au roi qui lui demandait ce qu'il voulait en remerciement de son acte, il répondit qu'une seule fleur de lis sur son écu suffirait à son honneur. Le roi, selon son expression, lui en concéda "par millions", ce que les hérauts d'armes traduisirent par un rébus picard: des fleurs de lis posées par mi-lion.
    (Jacques Dulphy)

    Moreuil

    D'azur semé de fleurs de lis d’or, au lion naissant d'argent brochant sur le tout.

    Moreuil

    Blason au fronton de l'hôtel de ville. L'hôtel de ville a été reconstruit en 1931 après les destructions de la Grande Guerre. Le lion n'y est pas naissant, mais représenté par sa tête seule, et coupée. De même, le champ n'y est pas semé de fleur de lys, mais de besants. On ne connaît pas l'origine de ces erreurs manifestes. Les besants (pas plus que la tête coupée) ne se justifient, sinon, pour les seconds, par un refus des lys.
    (Photo Jacques Dulphy, 2013)

    Moreuil

    Médaille-jeton portant la date de 1214, restitution de l'époque Louis XV à la gloire des Soissons-Moreuil.

    Moreuil

     

    La seigneurie appartenait au Moyen-Âge à une branche cadette des comtes de Soissons.

    En 1109 Bernard de Soissons-Moreuil y fonda un prieuré dédié à Saint-Vaast, érigé en abbaye en 1140 qui devint le lieu de sépulture de sa famille.

    Moreuil

    En 1170 Bernard II fonda une chapelle dans le château.

    Saccagé en 1353 par la Jacquerie, puis relevé, le château appartint au début du XVème siècle à de puissants personnages partisans des Bourguignons.

    Thibaut de Soissons-Moreuil est en 1415 gouverneur de Boulogne et de Picardie, son fils Waleran est chambellan de Philippe Le Bon et bailli d'Amiens, il meurt en 1464.

    En 1434, la place tombe aux mains des partisans du roi de France Charles VII et l'armée bourguignonne vint aussitôt l'assiéger, elle s'en empare au terme de 8 jours de siège et la fait démolir.

    Dès 1473, Jean de Soissons-Moreuil se tourne vers le parti royal et livre à Louis XI la place de Roye, devenu prince de Poix, bailli du Vermandois puis capitaine d'Abbeville, il est à la fin du XVème siècle l'un des plus puissants personnages de Picardie.

    En 1497, sa petite fille Jossine épouse Jean VII de Créqui dit "Le riche", gouverneur de Montreuil.  

    Moreuil

    De Créqui : D'or au créquier de gueules

    Devise : Qui s'y frotte, s'y pique

    Moreuil

     

    Leur fils Jean VIII de Créqui, prince de Poix, meurt en 1555.

    Vraissemblablement rebâti à la fin du XVème siècle par Jean de Soissons-Moreuil, le château garde en 1588 assez d'importance pour que la ville d'Amiens y fasse tenir garnison au nom de la Ligue.

    Charles de Blanchefort-Créqui (mort en 1638), prince de Poix et duc de Lesdiguières, maréchal de France, ne s'intéresse pas aux vieux château qu'il a hérité en Picardie.

    En 1636 les Impériaux s'emparent du château.

    Au début du XVIIIème siècle, après la mort de François de Créqui et de Catherine Rougé du Plessis-Bellière son épouse, Moreuil échoit à leur neveu Louis de Rougé.

    Moreuil

    de Rougé : de gueules à la croix pattée d'argent

    Devise : Rougé rugit mais ne rougit

     

    Déclaré bien national et mis en adjudication en l'an IV.

    Sous l'Empire, Bonabes-Alexis marquis de Rougé (1778-1839) fait élever un grand corps de logis mais il ne réside que très peu en Picardie.

    Moreuil

    Il laisse le château au second de ses fils, le marquis de Plessis-Bellière, sous-lieutenant de hussards de la Garde Royale (1809-1888).

    Fille unique du marquis de Pastoret, la marquise de Plessis-Bellière décède sans postérité en 1890, instituant le pape Léon XIII légataire universel.

    La famille conteste le testament et obtient gain de cause, le château est alors vendu en 1897 à M. de Liégeard.

    Il est pratiquement détruit en 1918 et ses ruines rasées.

    Moreuil

    Moreuil

    Les ruines des deux tours qui subsistent encore constituent le seul vestige de l'un des plus importants châteaux de Picardie.

    MoreuilMoreuilPhotos by Chris

     

    Moreuil

    Ancienne église avec porche du XVème siècle

     

     

     

     

    Moreuil

    Catherine de Rougé du Plessis-Bellière, duchesse D'Elbeuf par son mariage.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :