• Liancourt-Fosse

    Liancourt-Fosse

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80  

     

    D'argent à trois tourteaux de gueules

     

     La commune relève les armes pleines de la famille D'Amerval, originaire du hameau d'Amerval, près de Solesmes, dans le Hainaut (59), connue dès le XIVe siècle.

    Liancourt-Fosse

    Le premier du nom à être seigneur de Liancourt fut Philippe, seigneur d'Amerval, de Liancourt et de Cerfontaine (02), fils de Jean d'Amerval, écuyer, seigneur de Cerfontaine et de Mézières-sur-Oise (02), vivant en 1512.
    Le plus célèbre de cette branche fut, bien malgré lui, Nicolas d'Amerval dit "le Bossu", petit-fils de Philippe d'Amerval et de Gabrielle de Mousquet, seigneur châtelain résidant d'Happlaincourt et de de Liancourt, baron de Benay (02) et d'Amerval, chevalier des ordres du roi puis capitaine de ses ordonnances et gentilhomme de sa chambre, gouverneur et bailli de Chauny, l'un des promoteur de la Ligue, à qui Henri IV maria (pour la soustraire à sa famille) sa maîtresse Gabrielle d'Estrées en 1592, avant de l'inviter à faire annuler ce mariage en 1594. On montrait encore le lit de la belle, dans le château de Liancourt, avant 1914. D'un mariage précédent, Nicolas d'Amerval avait eu deux filles.
    La seigneurie de Liancourt passa à sa première fille Charlotte, épouse en seconde noces d'Olivier de Longueval. La seigneurie et le château passèrent ensuite aux De Gouffier, aux Collin puis aux L'Escaloppier.
    Le dernier du nom de D'Amerval fut le baron Anne-Joseph-Louis d'Amerval, né au château d'Happlaincourt (commune de Villers-Carbonnel, 02), mort à Saint-Quentin (02) en 1859 à l'âge de 83 ans, sans enfants.
    (Jacques Dulphy)

    Liancourt-Fosse

     

    Philippe d'Amerval, seigneur de Liancourt et Cerfontaines sous Louis XII et François 1er, fit vraisemblablement construire le château et la tour dite "de la belle Gabrielle". 

    Liancourt-Fosse

     

    Antoine d'Amerval mort en 1566 dont la pierre tombale a été fixée à l'extérieur de l'église lors de sa reconstruction , se dégrade fortement et devient presque illisible ! On y remarque sur le pourpoint du défunt les trois tourteaux répétés plusieurs fois...

    Liancourt-Fosse

    Liancourt-Fosse

    Nicolas d'Amerval son fils, veuf d'Anne Gouffier, épousa en 1592 à Noyon Gabrielle d'Estrées, avec la bénédiction d'Henri IV qui venait d'en faire sa maîtresse.

    Liancourt-Fosse

    L'annulation du mariage eut lieu le 24/12/1594.

    Charlotte d'Amerval, l'une des soeurs de Nicolas, épousa en 1617 Olivier de Longueval, elle laissa Liancourt à son neveu Charles-François de Gouffier, marquis de Crèvecoeur, dont hérita en 1651, son frère Nicolas-Alexandre.

    Ce dernier couvert de dettes dut se défaire de tous ses biens.

    César Collier l'acquéreur de Liancourt était d'origine bourbonnaise, entré au service de Mazarin puis de Colbert, il fait une brillante carrière dans la finance.

    Fermier de l'abbaye de Corbie de 1655 à 1661, puis receveur général des finances à Amiens en 1663.

    A ses fils Charles-André, grand-maître des Eaux et Forêts de Picardie, mort en 1725, et César-Emmanuel lieutenant-général des armées du roi, succéda son petit-fils César-Charles L'Escalopier issu d'une famille parisienne anoblie au 16ème siècle.

    Il meurt en 1753 et laisse ses biens à son fils Gaspard-Charles, veuf d'Anne Leclerc de Lesseville, il jugea prudent de quitter Paris au début de la Révolution et de retirer sur ses terres picardes où il mourut en 1792.

    Son fils Armand, marquis de L'Escalopier, l'y rejoignit avec son épouse Caroline de Bailly et y mourut à son tour en 1833.

    Liancourt-Fossecliquer pour agrandir

     

    Sépulture d'Armand de L'Escalopier et de son épouse Caroline de Bailly

    ainsi que Marie-Joseph-Charles, comte de L'Escalopier

    Liancourt-FosseO.Macqueron

    Né à Liancourt son petit-fils Charles se fit connaitre par ses voyages en Terre Sainte, par ses publications sur le Moyen-Age et surtout pour sa passion pour les livres rares et les Incunables.

    Après sa mort en 1861 à Liancourt, Louise de Bailly son épouse fit don de sa collection à la Bibliothèque d'Amiens et continua à habiter le château jusqu'à sa mort en 1905.

    Elle laissa le domaine à sa nièce, la comtesse Le Gonidec de Traissan, née Vaujuas.

    Son fils le comte Olivier Le Gonidec de Traissan en était propriétaire en 1914, il se défit en 1920 du château très gravement endommagé par la guerre, au profit d'un marchand de bestiaux breton qui fit aussitôt abattre la plupart des bâtiments encore debout. 

    Liancourt-Fosse

     

    Tombeau des Familles L'Escalopier et de Bailly située derrière le chevet de l'église

    Liancourt-Fosse

     

    Liancourt-Fosse

    De Gueules, à la croix d'or cantonnée de quatre croissants du même.

    Liancourt-Fosse

    De Bailly

    D'or à une fasce d'azur chargée d'une croix ancrée, la fasce accompagnée en chef de deux glands de sinople appointée et d'un arbre de sinople planté sur une terrasse du même, mouvante de la pointe de l'écu. (Furmeyer)


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :