• Le Translay

    La commune ne possède pas de blason officiel

     

    Un projet de blasonnement a été proposé par Jacques Dulphy, resté sans suite .

    Le chef évoque l'abbaye royale de Sery, en abîme (au centre) la famille d'Hallencourt, en pointe la motte féodale pour le château incendié en 1472, le lion évoque les Danzel et la licorne les de Malicorne( qui ont possédé Busménard). 

    Le Translay

     

    La commune absorbe celle de Busménard entre 1790 et 1794.

     

    En 1230, on trouve comme seigneur Jean de Rouvroy, puis Alphonse de Rouvroy en 1270.

    En 1273, il vend aux de Gueldre la seigneurie, siège d'une châtellenie relevant du roi.

    Le Translay

     

    de Gueldre : d'azur au lion couronné d'or, armé et lampassé de gueules.

    Le 9 avril 1305, Renaud comte de Gueldre qui avait cédé au comte de Saint-Pol le château moyennant 8000 livres Parisis, le remit au roi d'Angleterre, substitué à l'acquéreur en vertu du droit de retrait féodal.

    Le 12 mars 1386, Jean de Melun, comte de Tancarville, connétable et chambellan de Normandie, rendit aveu au roi pour sa seigneurie du Translay et son château avec fossés, murailles et tourelles.

    Vendu en 1397 par Raoul de Fesquin à l'abbaye d'Auchy-les-Aumale, le château a été totalement détruit en 1472 par les Bourguignons, la motte féodale est toujours visible.

    Le Translay

     

    photo: Markus Roussel

    En 1574, un aveu le décrit comme " Forte place présentement démolie".

    La famille d'Hallencourt posséda la seigneurie de la fin du 16ème à la fin du 18ème siècle.

    Le Translay

    D'Hallencourt : d'argent à la bande de sable cotoyée de deux cotices de même.

    En 1772, la marquise de Noailles, née d'Hallencourt, le céda à Joseph-François Danzel de Granval, seigneur de Busménard, elle fit préciser dans l'acte qu'il existait encore une maison seigneuriale.

    Le Translay

    Danzel : de gueules au lion d'or

    ***

    Busménard

    Possession des Rouault de Gamaches au 15ème siècle.

    La terre a ensuite été confisquée en 1476 par Louis XI au profit de Hugues Malicorne, son panetier, maïeur d'Abbeville à quatre reprises.

    Le Translay

    Malicorne : d'azur à la bande d'or accompagnée de deux licornes de même, à l'orle de gueules chargée de huit besants d'or.

    Marie Malicorne, sa soeur, l'a ensuite apportée en mariage à Jean Le Ver, seigneur de Caux.

    Le Translay

    Le Ver : d'argent à trois sangliers de sable accompagnés de neuf trèfles du même

    En 1660, Nicolas Danzel, seigneur d'Ancourt, acquit la terre de Louis Le Ver.

    Son unique petite fille Marie-Antoinette, dame de Busménard et d'Ancourt, épousa en 1724 Claude Tillette d'Offinicourt dont elle n'eut pas d'enfant.

    Après une période d'abandon le château serait revenu à François Danzel, seigneur de Grandval et neveu de Nicolas, brigadier des chevau-légers de la Garde du Roi, c'est lui qui aurait donné sa configuration définitive au château vers 1755.

    Son fils Joseph-François, capitaine de dragons au régiment du Dauphin et lieutenant des maréchaux de France, épousa vers 1770 sa cousine Marie-Jeanne Danzel d'Ancourt, il meurt en 1795.

    Le domaine passa par alliance à César-Antoine de Louvel, garde du corps du Roi, à Louis-Edouard d'Ault du Mesnil, puis au comte Adrien de Louvencourt dont le fils s'en défit vers 1920.

    Revendu, converti en exploitation agricole, avec porcherie dans l'ancienne salle à manger et silo dans la cuisine puis abandonné, vandalisé, le château a été racheté par M. et Mme de Beaufort qui en ont entrepris la restauration.

    Le Translay

    Démolie en 1988, la chapelle était dédiée à la Vierge et avait été reconstruite en 1851.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :