• Le Mazis

    La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    Projet de blasonnement proposé par Jacques Dulphy en associant la croix frettée des d'Equennes, les têtes de léopards des de Frémont et les croisettes recroisettées des de Poix.

    Le Mazis

     

    En 1370 la seigneurie appartient à Robert d'Equennes, chevalier,  châtelain et vicomte de Poix.

    Le Mazis

    d'Equennes : d'azur, à la croix d'or frettée de gueules.

    En 1377 Jeanne d'Equennes épouse de Sohier de la Viefville.

    En 1490 Guillaume de Heuchin qui vend en 1496 à Guérard de la Trenquie.

    En 1510 Jeanne de Lannoy qui épouse Jean de Poix en 1548.

    Le Mazis

    De Poix : de gueules à la bande d'argent, accostée de six croisettes recroisetées au pied fiché d'or.

    1620 Marie de Poix épouse de Daniel Cauchet, dit de Beaumont, seigneur de St Estienne-à-Arnes.

    Le Mazis

    Cauchet de Beaumont : d'azur à l'écusson d'argent, à la bande de gueules brochant sur le tout.

    En 1635 Marie-Elisabeth Cauchet de Beaumont épouse Louis Barjot, maître d'hôtel du Roi, ils virent mourir sans postérité leur fils François, premier écuyer de Mademoiselle.

    Ils mirent en vente la terre avec celles d'Auneuil et d'Andainville.

    Nicolas de Frémont 1622-1696) acheta l'aisensemble en 1670, l'un des plus importants financiers du clan Colbert, issu d'une famille de juristes rouennais, conseiller d'Etat et obtiendra en 1689 la charge de garde du Trésor Royal.

    Le dernier de ses petit-fils Pierre de Frémont d'Auneuil, hérita du Mazis, il fut surnommé " Le président du Mazis".

    Le Mazis

    De Frémont d'Auneuil : d'azur, à trois têtes de léopards d'or, lampassés de gueules.

    C'est vraisemblablement lui qui fit élever le château après 1837, date de son mariage avec Marie-Agathe Desvieux.

    Leur fils Nicolas de Frémont de Chartrettes, substitut du procureur général au Parlement, mourut à 28 ans, en 1767 en son château du Mazis et sera inhumé le lendemain dans le choeur de l'église.

    Deux ans plus tard, sa soeur Elisabeth Guillaume de Chavaudon faisait baptiser un fils qui mourut peu après.

    Le fils de la comtesse de La Rochefoucauld-Bayers, née Frémont, hérita du domaine en 1779, son départ pour l'émigration entraina la confiscation, déclaré "Bien National", le château fit l'objet de quelques réparations conservatoires, avant d'être vendu et démoli, il n'a pas laissé de vestiges. 

    Le Mazis

    de La Rochefoucauld : burelé d'argent et d'azur, à trois chevrons de gueules brochant sur le tout, le premier écimé.

    *

    Eglise Notre-Dame de l'Assomption

    Le Mazis

    En 1872

    Le Mazis

    Le Mazis


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :