• Lanchères

    Lanchères

     http://armorialdefrance.fr/

     

     De sable au lion d'argent, armé et lampassé de gueules; au chef cousu de sinople chargé de deux roses en bouton d'or.

    *

    Adopté en juin 1989.

    Le champ du blason est occupé par le lion tiré des armes de Jean de Biencourt de Poutrincourt, seigneur de Poutrincourt (hameau de Lanchères, où sont encore visibles ruines de son château), qui s'embarqua avec Des monts et Champlain pour explorer la cote est du Canada (1606), fondateur de Port-Royal et vice-roi du Canada, tué en 1615 à la bataille de Méry-sur-Seine.

    Lanchères

    De Biencourt : De sable au lion d'argent, armé et lampassé de gueules, couronné d'or.


    Le blason, adopté en 1989, porte "en brisure" un chef à deux boutons de roses (pour le différencier de celui de Biencourt, qui tirait aussi ses armes du lion de Jean de Poutrincourt), rappelant que le seigneur du lieu avait, parmi ses privilèges, celui de recevoir notamment chaque année au jour du saint-Sacrement, "deux boutons de rose et quatre pots de vin".
    (Jacques Dulphy)

    *

    En 1481, Charles de Haudecoustre, époux de Marie de Tours, acquiert de Robert du Quesnoy la seigneurie de Lanchères, relevant de celle de Cayeux.

    Son fils Louis, prévôt du Vimeu, achète à son tour la seigneurie de Boismont.

    Vers 1550, Catherine de Haudecoustre épouse Antoine des Essarts, qui en 1638 sera inhumé dans l'église paroissiale.

    Lanchères

    Haudecoustre : d'argent à trois fasces d'azur

    A la suite de Marie des Essarts et Louis de Bains, se succèdent plusieurs propriétaires qui s'intéressent surtout aux revenus du domaine agricole : Florimond de Flavigny, lieutenant de la Garde du Roi en 1715 ; Claude-Louis Vacquette du Cardonnoy, conseiller au Grand Conseil en 1736 ; le marquis de Saint-Blimond, capitaine de cavalerie en 1743.

    Le 20 décembre 1772, les affiches de Picardie annoncent la vente de la terre de Lanchères.

    L'adjudication définitive eut lieue en 1774, l'acquéreur devait être Pierre Fanneau de La Touche.

    C'est à cet intéressant personnage, ingénieur en chef des Ponts et Chaussées de Picardie, qu'il est tentant d'attribuer la construction de la gentilhommière néoclassique actuelle.

    Lanchères

     

    Lanchères

    photo: APictche

    Marié à Marie-Jeanne-Françoise Véron du Verger, il meurt en 1812 et sera inhumé dans la chapelle seigneuriale dont la pierre tombale rappelait la mémoire.

    On y trouve également les sépultures de sa fille Marie-Charlotte-Perrine Fanneau de La Touche , c'est elle qui héritera de la gentilhommière au décès de son père.

    Elle épousera sur le tard en 1816 (en seconde noces, à 50 ans) son cousin germain Emmanuel-Pierre Fanneau de La Horie (1777-1826), elle n'a pas d'enfant et pour se trouver un héritier, elle adoptera en 1844, son neveu Adolphe-Théodore-Antoine Desrotours, il héritera donc du château au décès de sa bienfaitrice en 1846.

    Il prendra le nom de Desrotours Fanneau de La Touche.

    C'est l'une de ses trois filles, épouse Audresset, qui en héritera à son décès en 1859.

    Lanchères

    Fanneau : parti au 1, d'argent à la croix alésée d'azur.

    Au 2, d'azur à la fleur de lis d'or, senestrée de trois larmes du même, versées en pal.

    Lanchères

    Chapelle du château en 1859

    ***

    Eglise de la Nativité de la Sainte Vierge

    la nef est du 16ème siècle

    Lanchères

    en 1884

     

    Lanchères


  • Commentaires

    1
    gdelahorie
    Samedi 12 Septembre à 11:45

    Je voudrais juste apporter quelques petites corrections sur la fin de votre exposé :

    On y trouve également les sépultures de Charlotte Fautereau de La Touche épouse d'Emmanuel Fanneau de La Horie, mort en 1846.

    En fait il s'agit de Marie Charlotte Perrine Fanneau de La Touche (1766-1846), fille unique de Pierre Fanneau de La Touche.

    C'est elle qui héritera de la gentilhommière au décès de son père en 1812. Elle épousera sur le tard en 1816 (en 2nde noce, à l'age de 50 ans) son cousin germain Emmanuel Pierre Fanneau de La Horie (1777-1826).

    C'est donc elle qui est morte en 1846, pas Emmanuel Pierre.

    Elle n'a pas d'enfant et pour se trouver un héritier, elle adopte en 1844 son neveu Adolphe Théodore Antoine Desrotours (il a 41 ans).

    C'est lui qui héritera de la gentilhommière (appelée aussi château de Lanchères). Il prendra le nom de Desrotours Fanneau de la Touche en l'honneur de sa bienfaitrice.

    C'est l'une de ses 3 filles, Marthe (épouse Audresset) qui en héritera à son décès en 1859.

     

      • Dimanche 13 Septembre à 19:55

        Bonjour

        Merci pour ces précisions complémentaires, j'ai donc revu le texte en conséquence.

        Cordialement.

         

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :