• Frohen-Sur-Authie

     

    Frohen-Sur-Authie

     

    Tiercé en pairle renversé: au 1er d'or au créquier de gueules, au 2e de sinople à la foi d'argent accompagnée en pointe d'un trèfle d'or, 3e d’'azur à trois fasces ondées d'argent et à deux clefs de sable passées en sautoir et brochantes.

    ***

    Création Jean-François Binon.
    Adopté le 15 mars 2019.
    Le créquier provient du blason de la famille De Créquy. La foi symbolise la fusion de Frohen le Grand et de Frohen le Petit, le 1er janvier 2007. Le trèfle est l'attribut de saint Furcy qui était né en Irlande. Les ondes représentent l’Authie qui arrose la commune et les clefs sont les attributs de saint Pierre.

    Il semblerait que Frohen le Grand avait déjà un blason reprenant les armes des Perrot de Fercourt-CréquyD'azur à deux croissants d'argent adossés et accolés en pal; au chef d'or chargé de trois aigles de sable, qui était utilisé à l'initiative de M.Moulès, alors instituteur dans le secteur.

     

    ***

    Possession de la famille de Candas au 12ème siècle, puis de Robert de Frétel au début du 14ème, la terre fut acquise par Aubert de La Lacque auquel succéda en 1380 Henri d'Antoing.

    Passé par alliance à Jean de Flavy, puis à Jean d'Auxy, elle fut incluse dans les domaines de la puissante famille de Luxembourg.

    Vers 1600, Hector de Créqui acquit de Lamoral d'Egmont les " Quatre quints de Frohen", ancien écuyer du duc d'Alençon, gentilhomme de la Chambre du Roi, il avait épousé la fille unique de Jacques de Licques, grand maître de l'artillerie du roi d'Espagne aux Pays-Bas.

    Frohen-Sur-Authie

    Créqui (Créquy) : d'or au créquier de gueules.

    Son fils Adrien se ruina malheureusement par mauvaise conduite et ne laissa pratiquement que la baronnie de Frohen à son fils François et à son petit-fils Léonor.

    Situé sur la frontière franco-espagnole, le château dut être saccagé et ruiné par les troupes.

    Léonore de Créqui avait épousé en 1721 François Perrot, marquis de Fercourt, capitaine de cavalerie, mort en 1753, elle hérita de la terre de Frohen à la mort de son frère Jean-Antoine.

    Frohen-Sur-AuthieClic pour visualiser

    Blason de Perrot de Fercourt sur une pierre tombale sur l'église.

    Frohen-Sur-Authie

    merci à JN.Marchiset

    d'azur à deux croissants adossés et accolés d'argent, au chef d'or chargé de trois aiglettes de sable.

    Frohen-Sur-Authie

    Dessin de Jacques Dulphy, paru dans 'Les loups dans la Somme) 1987.

     

    Elle mourut âgée en 1771, laissant le domaine à son fils Hector qui fit élever le château actuel sur un site neuf à Frohen le Grand, il mourut en 1777 en son château, laissant une veuve Marguerite Blondel qui fut incarcérée quelques temps pendant la Terreur.

    Frohen-Sur-Authie

     

    Frohen-Sur-Authie

    Photo: JN Marchiset

    En l'an VIII, son fils Jules (1775-1845), comte de Fercourt-Créqui jugea prudent de disparaître dans les bois du voisinage et d'y vivre caché pendant plus d'un an.

    Il épousa ensuite Charlotte de Cacheleu et fut l'un des lieutenants de louveterie les plus actifs de la région.

    Sa fille Guilaine-Sidonie épousa en 1835 Edouard, comte du Passage (fils aîné de Louis-Gabriel du Passage de Sainte-Segrée), qui selon la tradition orale aurait donné au château une tout autre échelle.

    Frohen-Sur-Authie

    A la fin du 19ème siècle, Arthur du Passage (1838-1909) fut un sculpteur animalier de grand talent, il fit accoler à l'extrémité est, un vaste atelier en structure de fer qui disparut après la dernière guerre.

    Occupé par un régiment autrichien puis par un Etat-Major allemand, le château fit l'objet d'un violent bombardement aérien anglais le 24 juin 1944, qui anéantit près de la moitié ouest.

    La comtesse Hubert du Passage s'attacha à faire rebâtir les bâtiments d'exploitation voisins, mais dut se limiter pour le château.

    Frohen-Sur-Authie

    Armoiries sur la sépulture au cimetière de Frohen-le-Grand.

    ***

    Eglise Saint-Pierre de Frohen-le-Petit

    Frohen-Sur-Authie

    Aquarelle O.Macqueron (bibliothèque municipale d'Abbeville)

    Frohen-Sur-Authie

    Choeur surélevé du XVIème siècle, classé MH, la nef et la façade sont du XVIIIème.

    Elle contient les pierres tombales des famille Perrot de Fercourt et Créquy-Canaples

    Frohen-Sur-Authie

    Frohen-Sur-Authie

    Frohen-Sur-Authie

     

    Frohen-Sur-Authie

     

    *

     

    Eglise Saint Fursy de Frohen le Grand

    Détruite en 1944 et reconstruite en briques

     

    Frohen-Sur-Authie 

    Ancienne église

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :