• Friville-Escarbotin

    Friville-Escarbotin

     

    D'azur au chevron d'or accompagné de trois coeurs de même.

    La commune de Friville-Escarbotin, aujourd'hui capitale du Vimeu industriel, conserve un manoir construit du XVe et au XVIIe siècles. Ce manoir, toujours existant, avait été bâti pour les D'Ailly, seigneurs du lieu. Joseph de Roussé, petit-fils de Françoise d'Ailly et d'Etienne de Roussé, le vendit en 1670 à Michel de Montmignon, magistrat amiénois. En 1702, Claude de Montmignon, conseiller au présidial d'Amiens, père de Michel, avait fait enregistrer ses armes sur l'armorial d'Hozier: d'azur au chevron d'or accompagné de trois cœurs du même. Jean-Baptiste de Montmignon, dernier seigneur du lieu, mourut en 1788. Ses armes sont toujours visibles sur sa dalle mortuaire de marbre blanc, dans le chœur de l'église d'Escarbotin.
    En 1958, à la suggestion du maire Eugène Désenclos, la municipalité s'employa à rechercher un blason susceptible de convenir à la commune. On chercha parmi les familles ayant marqué l'histoire de Friville, d'Escarbotin ou de Belloy. Les armes des comtes d'Hardivillers, châtelains de Friville, d'abord pressenties, ne furent pas retenues. On leur préféra celles des Montmignon. Ce choix fut établi sur la proposition de François Danzel d'Aumont, membre titulaire de la Société d'émulation historique et littéraire d'Abbeville. Ces armes présentaient l'avantage de symboliser, par leurs trois cœurs et leur chevron, les trois villages primitivement séparés, et réunis après la Révolution au sein d'une même commune.
    (Jacques Dulphy)

     

    Friville-Escarbotin

     

    Friville-Escarbotin

    Château en 1853, dessin de L.Gillard.

     

    Familles ayant possédées la seigneurie

     1. La vieille famille « de Coppequesne » que l’on prétend d’origine Anglaise, malgré son nom bien Picard, qui posséda terre et Seigneurie de 1419 à 1789.

    2. La famille « d’Hardivilliers », originaire du Beauvaisis, héritière du domaine de Friville par le mariage de Marie-Henriette de Coppequesne, dernière du nom, avec Eléonor Jean d’Hardivilliers, dont les descendants ont vendu le château de Friville, il y a quelques années.

    D'HardivilliersFriville-Escarbotin Friville-Escarbotindessin de Alain Berdé

     

    3. La famille « de Roussé », alliée aux « d’Ailly », et qui posséda la Seigneurie d’Escarbotin durant plus d’un siècle (environ 1550 à 1670). C’est un membre de cette famille : Etienne de Roussé qui fonda la chapelle Saint Hubert d’Escarbotin en 1637. Emplacement qui est aujourd’hui occupé par l’église d’Escarbotin.

    4. La famille des « Montmignon », famille de magistrats Amiénois qui acquit terre et Seigneurie d’Escarbotin vers 1670.

    5. La famille « Cornu » qui a possédé la Seigneurie de Belloy-sur-Mer pendant plus de deux siècles.

    Friville-Escarbotin

     

    Friville-Escarbotincliquer pour agrandir

    Friville-EscarbotinPhoto : Histoire du Vimeu

     

    Friville-Escarbotin

    Eglise de Friville, armoiries au-dessus de la porte du caveau de la famille d'Hardivilliers .dessin de L.Gillard

    Friville-Escarbotin

    Tombeau de marbre noir de Henri-Eleonore de Coppequesne et de son épouse Marie-Louise de Morant

    et de Eléonor-Jean d'Hardivilliers et son épouse Marie-Henriette-Victoire de Coppequesne. dessin de L.Gillard

     

    Friville-Escarbotin

    Carte postale avec blason du Ponthieu, d'or à trois bandes d'azur.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :