• Doudelainville

    La commune ne possède pas de blason.

     

    Projet de blasonnement proposé par Jacques Dulphy à partir des armes de de Monthomer et la motte féodale préfigurée.

    Doudelainville

    Seigneurie tenue par la famille du même nom, on trouve Hugues de Dondelinville en 1250 puis Jean, tous deux chevalier.

    La seigneurie disposait d'un château sur une motte près de l'église.

    En 1311 le chevalier Jean de Warcheville en est le seigneur (Warcheville est un hameau).

    En 1350 Jean Tyrel de Poix, puis en 1380 Marguerite Tyrel par mariage apporte la seigneurie à Robert de Crésecque , chevalier, conseiller et chambellan du roi, elle meurt en 1405 et Robert en 1410.

    Doudelainville

    gouache de Marcel Stiennon 

    (aimablement transmis par Jacques Dulphy)

     

    de Crésecque : d'azur à trois tierces d'or, surmonté d'un chef du même

     

    Suit Guillaume de Crésecque, dit le bon, qui épouse Marie d'Harcourt, il meurt en 1440, son fils Jean de Crésecque hérite et épouse Bonne de Fromessent, il meurt en 1465.

    En 1472, les troupes de Charles le Téméraires brûlent le village et le château.

    En 1480 Jeanne de Crésecque épouse Jean de Croy, comte de Roeulx.

    En 1500, Ferry de Croy, comte de Roeulx, chambellan de l'Empereur Maximilien, il épouse Lamberte de Brimeu.

    Doudelainville

    Croy-Roeulx : Écartelé: aux 1 et 4, de Croÿ ; aux 2 et 3, de Renty ; sur le tout écartelé, aux 1 et 4, de Lorraine ; au 2, de Valois-Alençon ; au 3, d'Harcourt

     

    En 1524, Adrien de Croy, premier gentilhomme de la Chambre de Charles-Quint, il épousa Claude de Melun en 1531.

    En 1553, Jean de Croy, il meurt sans postérité en 1582 et laisse pour héritier son frère Gérard de Croy qui vend la seigneurie en 1585 à Oudart de Monthomer, seigneur de Frucourt, il épousa Catherine de Crésecques, dame de Marieux.

    Doudelainville

    de Monthomer : d'azur à la fasce d'or, accompagné de dix besants du même, quatre en chef et six en pointe, posés 3,2 et 1.

     

    En 1584, il ne reste plus que la motte féodale, le château a complètement disparu.

    A sa mort en 1610, son fils Henry de Monthomer succède et se marie en 1612 avec Marie-Abraham de Millencourt, il meurt en 1640.

    Charles-Michel de Monthomer prend la suite et épouse Madeleine de Vassé, il est maintenu dans la noblesse en 1667, il meurt en 1678.

    Doudelainville

    de Vassé : d'or à trois fasces d'azur.

     

    Marie-Anne de Monthomer, sa soeur, épouse Louis de Saint-Simon, marquis de Sandricourt, maréchal de camp.

    Elle meurt en 1727 et Louis de St Simon vend la seigneurie en 1745.

    Jacques de Morgan, seigneur de Frucourt, en est l'acquéreur.

    Doudelainville

    de Morgan : d'argent à trois rencontres de boeufs de sable

     

    Il meurt en 1756 et son fils Jean-Baptiste-Maur de Morgan hérite, il meurt en 1789.

    Doudelainvillecliquer pour agrandir 

    Litre funéraire aux armes des Morgan de Frucourt (photo A.Pitche)

    Doudelainville

     

    Eglise Notre-Dame de l'Assomption

    construite au 14ème siècle

    Doudelainville

    en 1858

    Doudelainville

    en 1864

    Doudelainville

     

    cliquer pour agrandir

     

     

    Doudelainville 

    2 dates sur le clocher

    1605 sur le contrefort gauche

    1713 au-dessus de l'horloge

    Doudelainville

    Doudelainville

    Blason en pierre très abîmé sur le côté de la porte d'entrée

     celui des Monthomer à gauche, on distingue 2 besants, accolé à celui des de Crésecques

    Doudelainville


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :