• Dominois

    Dominois

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80 

    De sable à la croix ancrée d'or.

    ***

    La commune de Dominois utilise: de sable à la croix ancrée d'or, c'est une version colorée du blason qui figure sur le sceau de Gauthier de Dominois, chevalier, seigneur de Dominois, vivant en 1231. Il est le fils d'Adam et le petit-fils d'Antoine, 1er seigneur de Dominois connu, vivant en 1158.

    Cette famille, "qui prenait place parmi les plus anciennes du Ponthieu" (René de Belleval, Nobliliaire du Ponthieu, tome II, 1864) s'est éteinte au 15e siècle. On ne connaît pas les émaux originaux du blason familial.

    Une autre famille, après les "De Dominois", parmi les seigneurs de Dominois, a porté une croix ancrée: c'est celle des De Caïeu, qui entrèrent en possession de la seigneurie de Dominois par mariage de Jean de Caïeu avec Isabelle d'Ailly, seigneur du lieu de 1377 à 1409.

    Dominois

    de Caïeu (Cayeu) : parti de gueules et d'argent à la croix ancrée de l'un en l'autre.

    Le petit-fils de Jean, Matthieu, vend à Guillaume Blondel en 1425.

    (J. Dulphy)

    *

    La seigneurie échut ensuite à la fin du 15ème siècle à François de Créqui marié à Marguerite Blondel, qui la vendirent à Paul Benserade, grand maître de l'artillerie,possesseur de la seigneurie voisine d'Argoules.

    Elle passa ensuite à Nicolas de Frémont puis à Jacques Godart de Beaulieu.

    L'existence d'un château est attesté dans un acte de 1653 faisant apparaître qu'il faille le faire fortifier et curer les fossés, il avait du être construit par les de Caïeu, au milieu des marais.

    Les saccages commis l'année suivante par le régiment de Picardie durent entraîner sa disparition.

    En 1740 François Godart de Beaulieu rendit aveu pour la maison seigneuriale dont le modeste logis subsiste dans la cour de l'exploitation agricole.

    Son neveu Pierre épousa en 1780 Marie-Anne Lodin des Loges et mourut en 1815 après avoir fait entreprendre la construction d'une nouvelle demeure.

    Le domaine échut à Louise Godart de Beaulieu, épouse de François-Victor de Rougeat qui fit achever le corps d'habitation, comme le rappelle la date de 1822 dessinée par les ancres, et qui y mourut en 1831.

    Après la mort de Marie-Athénaïs de Rougeat en 1876, le domaine échut à la famille Wignier d'Avesnes qui résidait près de Vron.

    Dominois

    Wignier d'Avesnes : d'azur à trois molettes d'argent

    Le château ne reprit vie que dans les années 1960 lorsque vinrent s'y installer M.Henri des Minières et son épouse, petite-fille de Charles-Adrien Wignier d'Avesnes.

    Dominois

     

    Dominois

    Photo: APictche

    ***

    Eglise Saint Antoine et Saint Denis

    En grande partie du 16ème siècle, fortement endommagée en 1635, remise en état à la fin du 17ème, la nef a été considérablement modifiée entre 1862 et 1865.

    Clocher à bulbe sur une tour carrée, sans doute tour de guet 

    Dominois

    En 1852

    Dominois

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :