• Caours

    Caours

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80 

    Échiqueté d'argent et de sable; au chef d'or chargé d'un lion léopardé de gueules.

    *

    Caours s'appelait indifféremment, jusqu'au XIXe siècle, Caours ou Caux.

    Le premier seigneur connu est Robert de Canaples, écuyer, vivant en 1300. La famille qui fut le plus longtemps en possession de la seigneurie fut la famille Le Ver, seigneurs de 1400 à 1771, durant 11 générations. Pourtant, il existait très anciennement une famille De Caux, ou De Caours, qui avait ses racines au village.
    Le chevalier Hugues de Caours (Hugo de Cathordo) est cité dans un testament de 1129.
    Anselme de Caux est cité en 1285. Jean Froissart, dans sa chronique, parle de "Monseigneur Raoul de Caours et plusieurs autres chevaliers et escuiers" qui, "dedans Auray" (Bretagne), en août 1350 avec 120 hommes d'armes, se battirent victorieusement contre autant d'Anglais commandés par Thomas d'Agorne. Ce Caours-là est parfois, par les historiens, décrit comme un aventurier "archétype des transfuges de son temps".
    On retrouve d'autres De Caux (ou De Caours) à Abbeville jusqu'au 16e siècle: Jean de Caux est échevin d'Abbeville en 1503 et Nicolas de Caux est garde du scel à Abbeville en 1519. Ces De Caux (ou De Caours) devenus bourgeois d'Abbeville, issus des anciens chevaliers, portaient: échiqueté d'argent et de sable (et non d'or et de sable, comme on le lit dans Le grand Armorial de Jougla et Warrenau chef d'or chargé d'un lion léopardé (et non: d'un lion) de gueules.
    C'est ce blason qu'a relevé la commune de Caours en 2006, ainsi qu'il est apparu lors des rencontres intercommunales de Bellancourt.
    (Jacques Dulphy)

    Caours

    ***

    Possession de Mathieu de Gaude, bailli d'Abbeville en 1316, la seigneurie de Caux échut à la fin du siècle à Pierre Lenganeur, huissier d'armes du Roi et lieutenant du capitaine de la ville.

    En 1391, Agnès Lenganeur apporta en mariage la terre à Thomas Le Ver, il donna en 1416 aveu pour son manoir.

    Onze générations se succédèrent dont Pierre Le Ver, maître de l'artillerie et lieutenant du château d'Abbeville en 1444.

    Caours

    Le Ver : d'argent à trois sangliers (verrats) de sable accompagnés de neuf trèfles du même.

    François Le Ver qui épousa Antoinette des Groiseliers est inhumé à Caux en 1585, Flour qui reçut 1000 livres d'Henri IV pour avoir participé à la soumission d'Abbeville et devint capitaine de Saint-Riquier comme le furent ses successeurs, Jean-Hubert Le Ver, marquis de Caux, capitaine d'infanterie mort en 1739, et Jean-Louis, brigadier d'infanterie qui épousa Marie-Antoinette Trudaine, dame d'Oissy.

    Caours

    Il accumula les dettes au point de se voir en 1759 frappé d'interdit.

    Dernier marquis, Emmanuel Le Ver, mousquetaire du Roi, mourut en 1771 laissant ses biens à sa tante Marie-Emmanuelle Heuzé de Hurtevent.

    Délaissé au profit de celui d'Oissy et de l'hôtel d'Abbeville, le château disparut vers le milieu du 18ème siècle.

    Caours

    Caours

    Vers 1845, le baron de Freitag, maire d'Abbeville de 1853 à 1856, fit bâtir dans la vallée du Scardon, une petite demeure originale et pittoresque encadrée de tourelles.

    Caours

    Il se maria en 1796 avec Marie-Françoise Tillette de Buigny.

    Caours

    *

    église Saint-Martin

     

    Caours

    ***

    L'Heure

    Hameau de Caours depuis 1790

    Vit longtemps défiler des pélerins qui à l'instar de Louis XI en 1463, venaient prier devant la vierge à l'enfant abritée dans l'église.

    Vers 1375 Marie Le Carbonnier, dame de l'Heure, avait épousé Jacques de Flexicourt, bourgeois d'Abbeville.

    Un siècle plus tard, Pierre de Monchy-Montcavrel, grand-maître des Eaux et Forêts de Ponthieu, en était le seigneur.

    Caours

    de Monchy: de gueules à trois maillets d'or.

    Vinrent ensuite Jean de Monchy, seigneur de Sénarpont, puis Louis, seigneur d'Ercourt qui mourut sans postérité, et Jean II qui épousa en 1531 Claude de Longueval.

    L'église a gardé parmi les blochets sculptés de sa charpente, les armes des de Monchy. 

    Caours

     

    Caours

    Le manoir est antérieur aux dernières invasions espagnoles, ce serait les de Monchy qui auraient fait bâtir ce logis au lendemain du saccage commis en 1553 par les troupes impériales.

    Caours

     

    Caours

    Le cartouche sculpté au-dessus de la porte d'entrée portait les armes de Charles de Warluzel et Marie de Milleville avec la date de 1621.

    Caours

     

    de Warluzel : de sinople à la fasce d'argent, à la bande losangée de sept fusées accolées de gueules brochant.

    Caours

    de Milleville : de gueules au sautoir d'argent cantonné de quatre glands d'or.

     

     Marie de Warluzel épousa en 1648 Antoine de Saint-Souplis, vicomte de Béhencourt qui habitait Abbeville.

    Sa fille Gabrielle épousa Jean Truffier, de Villers s/Authie.

    En 1698, Gabrielle Truffier apporta en mariage le domaine à François Le Fournier de Wargemont, seigneur de Ribeaucourt.

    Mis en vente en 1772 lors de la déroute financière du marquis de Wargemont, qui revient finalement à la marquise de Persan, née Wargemont.

    Vendu une première fois en 1795, le manoir fut acheté en 1805 par la famille Brocquevielle qui le conserva jusqu'en 1961.

    Le docteur et Mme Jean Lévêque l'ont acquis en fort mauvais état et en ont fait une charmante habitation.

    *

    chapelle 

    Ancienne église paroissiale

    Portail roman et choeur du 17ème

    Caours

    en 1840


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :