• Belloy-Saint-Léonard

     http://armorialdefrance.fr/

     

    D'argent à trois fasces de gueules

     

    "C'est la reprise à l'identique des armes de la famille de Belloy, anciennement connue, seigneurs de Belloy-Saint-Léonard.
    Il existe plusieurs familles de ce nom. Ces Belloy-là ont toujours porté "d'argent à trois fasces de gueules", avec deux sauvages en tenants et un cerf naissant en cimier.

    Le plus ancien seigneur connu est Hugues de Belloy qui vivait vers 1140, la filiation est suivie  avec Enguerran de Belloy, seigneur de Belloy-Saint-Léonard qui épousa Jeanne de Saint-Liénard  vers 1375, cette terre réunie à Saint-Liénard ne forma plus qu'une seigneurie qui devint Belloy-Saint-Léonard.

    La seigneurie de Belloy-Saint-Léonard resta dans la famille du nom jusqu'à la fin du XVIIe siècle. On trouve les De Belloy seigneurs aussi de Vieulaines, commune de Fontaine-sur-Somme (du XIIIe siècle au XVIIe siècle), du Titre (XVIe, XVIIe), d'Yvrench (du XIVe au XVIe), de Rogeant (commune de Toeuffles) (de 1505 à la Révolution), et d'autres lieux. Dite aussi "de Belloy de Saint Liénard", la famille est encore représentée." (Jacques Dulphy)

    Château du XVIIIème siècle 

    Belloy-Saint-Léonard

     

    Belloy-Saint-Léonard

     

    Portail d'entrée

     

    Belloy-Saint-Léonard

     

    Belloy-Saint-Léonard

     

    Roussel de Belloy : d'azur au chevron d'or, accompagné de trois demi-vol de même.

    Belloy-Saint-Léonard

    De Morgan : d'argent à trois rencontres de boeuf de sable.

    Belloy-Saint-Léonard

    Ancienne pierre tombale dans l'église

    Belloy-Saint-Léonardcliquer pour agrandir

     

    A la fin du XVIIème siècle François de Belloy vendit le domaine à Gabriel Roussel.

    Son petit-fils Jacques-Gabriel François de Paule Roussel de Belloy fut au XVIIIème siècle le dernier seigneur.

    Sa fille Marie-Pauline épousera Adrien de Morgan, maire d'Amiens en 1808, baron d'Empire.

    Son petit-fils Thomas fait remanier le château et meurt sans postérité en 1888 laissant le domaine à sa nièce Marie-Antoinette, comtesse Gustave de Hauteclocque.

    Puis son fils Adrien de Hauteclocque marié à Marie-Thérèse van der Cruisse de Waziers.

    Le château a vu naître en 1902 Jacques-Philippe de Hauteclocque, futur maréchal Leclerc.

    Belloy-Saint-Léonard

    De Hauteclocque : d'argent à la croix de gueules, chargée de cinq coquilles d'or.

    Belloy-Saint-Léonard

     

    Belloy-Saint-Léonardcliquer pour agrandir

    On retrouve ces blasons au-dessus du porche de l'église Saint-Léonard avec la statue de Jeanne d'Arc sur son destrier, oeuvre du sculpteur Valentin Mollien.

    *

    Chapelle sépulcrale au cimetière

    Belloy-Saint-Léonard

    Belloy-Saint-Léonard

     


    votre commentaire
  • Courcelles sous Moyencourt

     

    Tiercé en pairle renversé: au 1er d'azur à trois fleurs de lis d'or, au 2e de gueules à l'agneau passant contourné d'argent, au 3e d'argent à trois merlettes de gueules mal ordonnées.

    ***

    Création Jean-François Binon.

    Les merlettes sont empruntées aux De Gomer (qui en portaient sept).
    Les fleurs de lis viennent des armes de la Picardie.

     

    La commune possède un superbe château qui n'a connu malgré les siècles d'histoire que dix propriétaires.

    Courcelles sous Moyencourtcliquer pour agrandir

    seigneurie dont il est fait mention dès le XIIème siècle

    Elle entra dans la famille de Sarcus en 1490 par le mariage de Jeanne Carpentier (fille de Jean) avec Artus de Sarcus, qui la conserva jusqu'en 1718.

    Elle fut vendue à Pierre Langlois de Septenville, c'est à lui que l'on doit la reconstruction du château actuel vers 1750.

    En 1826, la propriété fut acquise par le comte Alexandre de Gomer pour son fils Maxime, à l'occasion de son mariage avec Agathe du Sauzay.

    Après la mort du comte, Agathe du Sauzay la légua en 1881 à son neveu le baron de Ranst.

    Le domaine échut ensuite au comte et à la comtesse Antoine Ruffi de Pontevès, la comtesse était l'arrière petite-nièce du baron de Ranst.

    Suite au décès de la comtesse de Pontevès, c'est la famille Villoutreys de Brignac qui hérite du château.

    Courcelles sous Moyencourtcliquer pour agrandir

    Le fronton est composé des armes du comte de Gomer et de son épouse Agathe du Sauzay

    Timbré d'une couronne de marquis, flanqué d'une licorne et d'une lionne en guise de support.

    Courcelles sous Moyencourt

    De Gomer :D'or à sept merlettes de gueules posées 4, 2 et 1

    Sur un vitrail de l'église de Quevauvillers

    Courcelles sous Moyencourt

    du Sauzay

    D'argent à la tour maçonnée de sable crénelée de cinq pièces, porte béante et hersée, élevée sur une terrasse de sinople, deux étoiles de sinople en chef.

    Courcelles sous Moyencourt

     

     


    votre commentaire
  • Moyencourt-Les-Poix

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80

    De gueules à la bande d'argent, chargée en chef d'une croisette fichée de sable, au chef d'or chargé de trois croisettes potencées de sable.

    La famille De Moyencourt, dont la commune de Moyencourt-lès-Poix (à ne pas confondre à un autre Moyencourt "tout court" dans le même département) a adopté les armes.

    L'origine de la famille de Moyencourt remonte aux premiers sires de Poix, qui devinrent princes de Poix, notés dès l'an 1030 avec Gautier Tyrel, premier sire de Poix et seigneur de Moyencourt. Toutefois, ce n'est qu'au milieu du 12e siècle qu'un cadet de cette maison se détache de la tige pour en former une branche dite De Moyencourt. Cette branche, devenue l'aînée de la "nouvelle" famille", est formée par Adam Tyrel, chevalier, sire de Poix, lequel par un testament de 1138, donne à Adam de Moyencourt son fils "les terre, seigneurie et château de Moyencourt pour les tenir en fief et en pairie des sires de Poix". Adam de Moyencourt mourut en 1218 ; lui succédèrent le chevalier Firmin de Moyencourt, son fils, puis Gauthier, Raoul et ainsi de suite jusqu'à Antoinette de Moyencourt, dernière de la branche aînée des De Moyencourt, qui fit passer la seigneurie en 1533 à Charles du Chastelet, son époux. La terre resta dans ces deux familles durant plus de cinq siècles, jusqu'en 1728 avec la mort de Nicolas du Chastelet, sans postérité de son mariage avec la fille du marquis de Gribeauval.   (Jacques Dulphy)

    Moyencourt-Les-Poixchâteau daté de 1612

    Le domaine revient à son neveu Charles-François de Sarcus qui en 1739 le revend à Louis, comte de Gomer, 3 ans plus tard ce dernier l'échange avec le comte de Creny contre l'un des principaux fiefs de Quevauvillers.

    Jean-Louis de Creny et Marie-Elizabeth Vaquette de Fréchencourt font alors restaurer et moderniser le château.

    En 1771, mariage de Jacqueline de Creny avec Antoine-Michel de Tourtier, aïeul de l'actuel propriétaire.

    Moyencourt-Les-PoixPavillon d'entrée avec ancienne porte charretière

    Moyencourt-Les-Poix

    Fronton avec les armes des De Creny et des De Tourtier

    Moyencourt-Les-Poixcliquer pour agrandir

    Blason des De Tourtier: d'azur au chevron d'argent chargé de trois merlettes de sable accompagné de trois besants d'argent.

    Moyencourt-Les-Poix

     

    Blason des De Creny : d'azur à la bande d'argent, la bordure engrelée de gueules.

    Moyencourt-Les-Poix

     

    Moyencourt-Les-Poix

    Moyencourt-Les-Poix

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique