• Beaucamps-le-Vieux

     http://armorialdefrance.fr/

     

    D'argent à la bande de sable frettée d'or.

    ***

    La commune a relevé le blason des sires de Beaucamps, porteurs du nom, seigneurs du lieu jusqu'au XIVe siècle.

    Beaucamps-le-Vieux


    Jehan de Beaucamp, écuyer, vivant en 1423, dernier seigneur du nom, vendit la seigneurie cette année-là à Firmin Belliard, bourgeois d'Abbeville.
    Certains historiens disent les sires de Beaucamps originaires du pays de Caux, en Normandie.
    Le choix du blason des sires de Beaucamps par la commune s'est trouvé renforcé par deux faits: le village a toujours été un lieu réputé pour la qualité de son artisanat de la thibaude (toile épaisse qui servait de support à la moquette, activité aujourd'hui disparue) et par celui de la chaise et de son paillage de seigle, introduit au début du XIXe siècle par un ancien grognard de Napoléon au retour de la campagne de Russie, et toujours très présent.
    Ces deux activités de tissage de crin et d'entre-croisement de paille ont pleinement justifié la bande frettée, et le blason de Beaucamps-le-Vieux figure aujourd'hui avec une reconnaissance totale sur les documents administratifs communaux, sur les véhicules de secours, et sur tous les documents qui font la promotion du salon annuel du Meuble et de la chaise picards.
    (Jacques Dulphy)

    ***

    Jehan de Beaucamps vendit la seigneurie en 1423 à Firmin Belliard, bourgeois d'Abbeville.

    Une forteresse fut assiégée en 1427 par les Anglais, puis détruite quelques années plus tard ainsi que l'église et une partie du village.

    En 1440 on trouve Antoine Belliard, échevin d'Abbeville.

    En 1464, sa fille Anne épousa Henri Cornu, maïeur d'Abbeville.

    En 1500 Antoine Cornu, écuyer, puis Oudart Cornu, chevalier, appelé le marquis de Beaucamps.

    La terre fut vendue ensuite à Georges de Monchy, capitaine des gardes du duc d'Elbeuf.

    Beaucamps-le-Vieux

    Son fils Armand-Georges, comte de Monchy, meurt en 1763 sans postérité masculine, il sera inhumé dans le coeur de l'église.

    Il ne laissa que 3 filles, l'aîné Charlotte-Marguerite épousa en 1765 Henri Werbier de Chartres qui possédait encore la terre en 1786.

       *     

    Eglise Martin

    Beaucamps-le-Vieux

    En 1876, aquarelle d'O.Macqueron, bibliothèque d'Abbeville

    L'ancienne église du 16ème avec son clocher du 17ème fut détruite par le cyclone du 10 août 1895. Parmi les décombres, on a trouvé une pierre armoriée qui a été conservée, sur laquelle était sculpté au pied d'une croix, un chevalier et sa femme avec une inscription paraissant se rapporter à Bricart Cornu !

    Beaucamps-le-Vieux

    Beaucamps-le-Vieux

    église actuelle construite en 1899-1900.


    votre commentaire
  • Fourcigny

    http://armorialdefrance.fr/ 

     

                                                   D'azur à trois tours d'or

     

    Ces armes sont reprises de la famille De Fourcigny, dont la dernière du nom, Péronnelle de Fourcigny, dame de Fourcigny, mourut avant 1393.
    Péronnelle de Fourcigny avait épousé ver 1366 Jean de Moyencourt, écuyer, qui devint donc seigneur du Fourcigny "du chef de sa femme".

    Fourcigny

    de Moyencourt : de gueules, à la bande d'argent chargée en chef d'une croisette fichée de sable, au chef d'or chargé de trois croix potencées de sable.

    Robert de Moyencourt, écuyer, succéda à son père comme seigneur du lieu.

    Les de Fourcigny était connus comme seigneurs de Fourcigny depuis le XIIIe siècle.
    Après les de Moyencourt, la seigneurie passa aux chevaliers de Saint-Jean-de-Jérusalem, qui possédaient une commanderie et une maladrerie à Fourcigny dès le début du XIIIe siècle.

     

    Fourcigny

    St Jean de Jérusalem : de gueules à la croix latine d'argent

    Les chevaliers de Saint-Jean, dont il est dit dans un manuscrit du XVe siècle "qu'ils tiennent en leurs mains et lez gouvernent eux meimez la paroisse de Foursegnies et Fretencourt" conservèrent la seigneurie jusqu'à la Révolution.
    (Jacques Dulphy)

                                                                  ***

                                                      Eglise Saint Jean-Baptiste

    Fin 17ème, restaurée aux 18 et 19ème siècle.

    Les fonts baptismaux datent du 13ème siècle

    Fourcigny

    Fourcigny

    église en 1876

    Fourcigny

    En 1907

    Fourcigny

     

    Fourcigny

    Louise Marie Julie Elise Jullien, épouse de M.Dusanter Robert. Mon parrain a été Lambert César Jullien, maire de la commune; ma marraine Louise Marie Julie Elise Jullien, épouse de M.Robert Dusanter, à Saint-Quentin (Aisne).

     

     

     


    votre commentaire
  • La commune ne possède pas de blason officiel

                                           * 

    Il y a quelque temps, un projet de blason a été proposé à la commune par Jacques Dulphy, associant en écartelé les armes des Du Hamel et celles de De Riencourt avec une fleur de lin évoquant l'origine du village.

    Lignières-en-Vimeu

     

    Conception Jacques Dulphy, dessin d'Arcady Voronzov, héraldiste russe. 

     

    Anciennement Lignières-Foucaucourt puis Lignières-hors-Foucaucourt

                                                       *

    A sa mort en 1364 la seigneurie appartenait à Simon du Hamel dit Tournelle, chevalier.

    Lignières-en-Vimeu

    du Hamel : d'argent, à la bande de sable chargée de trois flanchis d'or

    En 1470, Louis-Pierre d'Acheux  épouse Antoinette Becquet, dame du Plouy.

    En 1518, Paul d'Acheux, écuyer, épouse Claude de Wavrans

    En 1560 Louis d'Acheux, écuyer.

    En 1600 Charles d'Acheux, écuyer, marié à Marie du Wault

    En 1659 Henri de Riencourt, chevalier.

    En 1700 Louis de Riencourt marié à Catherine Gaillard

    En 1757 Louis-Claude de Riencourt

    En 1789 Louis-Henri de Riencourt.

    Le château est édifié en 1805 par les de Riencourt.

    Lignières-en-Vimeu

    Claudine-Eulalie de Riencourt (1816-1891) épouse Casimir-Louis du Passage (1807-1889)

    Léontine-Marie-Stéphanie du Passage (1841-1913) épouse Arnould-Joseph-Marie, comte Van Der Cruisse de Waziers (1820-1907), qui fut maire de la commune.

    Lignières-en-Vimeu

    Van Der Cruisse de Waziers: d'azur à la croix pattée et alésée d'argent, surmontée de deux étoiles du même. 

    Pierre-Michel-Joseph Van Der Cruisse de Waziers (1868-1933), marié  avec Françoise de Sesmaisons, maire également.

    Lignières-en-Vimeu

    Reliure armoriée (Numelyo, bibliothèque numérique de Lyon)

    Le château appartient toujours à cette famille, en l'occurence Isabelle de Waziers, maire de la commune et conseillère départementale du canton de Poix.

     

    Le château de Lignières, construit au XIXe siècle, a été occupé par le Général Gerhard Garf von Schwerin, commandant la 116ème Panzer division, de la fin mai 1944 au 19 Juillet 1944. En mai 1944, la 116ème division est envoyée dans la Somme et le Général von Schwerin s’installe dans le château en prévision d’un débarquement des armées alliées dans le Pas de Calais. Le 29 Juin 1944 a lieu le bombardement allié qui a pour but de détruire la piste de V-1 de Bernapré, ce jour là, 746 impacts de bombes seront recensés à Lignières. De nombreuses maisons dont le château seront endommagées. Le château a été rebâti vers 1946 sur le même plan mais selon une architecture plus sobre et moins lourde.

    Lignières-en-Vimeu

    ***

    Eglise Saint Valery

    S'est effondrée en 1872, la famille de Waziers l'a faite reconstruire à ses frais sur un terrain lui appartenant.

    Lignières-en-Vimeu

    Lignières-en-Vimeu

    Blason du Passage et de Riencourt au plafond de l'église.

    Du Passage : de sable à trois fasces ondées d'or.

    De Riencourt : d'argent aux trois fasces de gueules frettées d'or.

    Lignières-en-Vimeu

    pierre tombale dans l'église

    Lignières-en-Vimeu

     

     


    votre commentaire
  • Fresnoy-Andainville

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80

    D'or au chevron d'azur.

    *

    Ce blason est donné, pour la commune, par Roger de Figuères (Armorial du département de la Somme, in Cabinet historique de l'Artois et de la Picardie, tome 7, 1892, p 194); la commune l'a seulement oublié.

    Figuères précise que ce blason reprend celui de Jean de May, seigneur du lieu. Cependant, Belleval (Fiefs et seigneuries du Vimeu, 1870) ne le donne pas comme seigneur de Fresnoy-Andainville, mais sa liste comprend des lacunes. Les seuls "De May" qui puissent correspondre à celui-là sont les seigneurs de Seigneurville et Popincourt, villages disparus près des Monts de Caubert (près d'Abbeville).

    Jean de May, écuyer, fut maïeur d'Abbeville en 1546 et 1575.

    Pour aller dans le sens de Figuères, La Revue nobiliaire (tome 2, p 35, 1863-1864) donne "Jean de Mai, écuyer, seigneur de Fresnoi..." et précise à son tour les armes "d'or au chevron d'azur". Mais Jougla se trompe en donnant à cette famille "d'azur au chevron d'or"; c'est l'inverse.
    (Jacques Dulphy)

    **

    Possession de Guillaume Haterel à la fin du 14ème siècle, de Jeanne de Caumont qui l'apporta à Pierre de Haucourt au milieu du 15ème, puis Guillaume de Bellengreville, lieutenant du Roi à Amiens en 1530.

    Fresnoy-Andainville

    de Bellengreville : d'azur à la croix d'or, cantonnée de quatre molettes d'éperon du même.

     

    Elle appartenait au marquis de Bellengreville lorsque en 1650, elle fut mise en adjudication et acquise par Simon de Ternisien, dont la famille la conserva près de deux siècles.

    Fresnoy-Andainville

    de Ternisien : d'argent aux trois fleurs de lis au pied nourri de gueules, accompagnées de trois étoiles du même, mal ordonnées. 

    Nicolas de Ternisien, son fils aîné, mourut sans postérité en 1691 au château, de même que son neveu Henri en 1753.

    Le domaine revint 15 ans plus tard à sa nièce Agnès de Ternisien de Valencourt qui avait épousé son cousin François de Ternisien d'Ouville.

    Né de ce mariage Henri de Ternisien épouse en 1767 Marie-Françoise d'Arandel et fut inhumé à Fresnoy en 1778.

    Son fils Henri-Grégoire, page du duc d'Orléans puis officier au régiment d'Austrasie, fut arrêté pendant la Terreur, mais libéré après 1 mois de détention.

    C'est à Henri-Charles de Ternisien que l'on doit attribuer la construction du château actuel après 1822, date de son mariage avec Charlotte de Cacheleu.

    Fresnoy-Andainville

    Sépulture au cimetière, photo Jean-Noël Marchiset

    A sa mort en 1841, le château revint à Claudine, la dernière de ses filles, épouse de Prosper de Rambures qui meurt en 1890.

    Fresnoy-Andainville

    Fresnoy-Andainville

    merci à Jean-Noël Marchiset pour cette photo.

    Le château demeura inhabité jusqu'en 1920 date à laquelle il échut au vicomte de Badts de Cugnac, aïeul de l'actuel propriétaire.

     

    Fresnoy-Andainville

    Badts de Cugnac : écartelé; aux 1 et 4, d'azur à un chevron d'or accompagné de Trois quintefeuilles tigées du même, deux en chef et une en pointe (Badts).

    En 2 et 3, gironné d'argent et de gueules de huit pièces (Cugnac).

    Fresnoy-Andainville

    *

    Eglise Saint Rémi

    reconstruite en 1860

    Fresnoy-Andainville

    En 1870, aquarelle Macqueron, bibliothèque municipale d'Abbeville

    Fresnoy-Andainville

     

     


    votre commentaire
  • La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    La seigneurie mouvante de celle de Poix, s'est transmise à la famille de Monsures  depuis le milieu du XVème siècle.

    Sainte Segrée

    de Monsures : de sable à la croix d'argent chargée de cinq fermaux de gueules.

    La maison seigneuriale d'origine était située derrière l'église paroissiale, elle fut ruinée au cours de la guerre de Cent-Ans.

    Sous Louis XIII, Charles de Monsures, gentilhomme de la fauconnerie du Roi et guidon d'une compagnie de 50 hommes d'armes, fait élever à proximité du bois une nouvelle demeure.

    En 1653, François de Monsures qui habitait Graval, vendit la maison seigneuriale à son neveu François d'Hébert, ancien capitaine au régiment de Rambures et gouverneur de Ham, qui en fit sa résidence jusqu'à sa mort en 1674 lors de la bataille de Seneffe.

    Sainte Segrée 

    Merci à André Guerville

    d'Hébert : d'azur à deux chevrons d'argent, accompagnés de deux étoiles d'or.

     

    Sainte Segréephoto : JN Marchiset

    Pierre tombale de Louis-Bernard d'Hébert, mort en 1760

    Son petit-fils Louis-Bernard d'Hébert mourut sans postérité en 1760, laissant ses biens à sa nièce Catherine qui venait d'épouser son cousin Jean-Baptiste du Passage, ancien capitaine d'infanterie, veuf et sans enfants, il se remarie en 1764 avec Geneviève de Lamiré.

    Sainte Segrée

    Quelques années plus tard, il fit moderniser et agrandir le manoir proche de l'église.

    Sainte Segrée

    En 1805, lorsque son fils Louis-Gabriel, comte du Passage, épouse Charlotte de Valanglart, il lui fait don du château, négligé pendant la période révolutionnaire, tandis qu'il fait reconstruire l'ancien manoir proche de l'église, à l'intention de sa fille Marie-Louise qui y mourra célibataire en 1853.

    Des quatre fils de Louis-Gabriel du Passage, c'est Eugène qui lui succédera à Ste Segrée en 1847, après son mariage avec Elisabeth de Gillès.

    En 1876 après la mort de sa première épouse, le baron Maurice du Passage fait élever une chapelle.

    En 1899, sa seconde épouse Berthe de Bonnault, veuve à son tour, décide de faire construire un château en dur. 

    Les propriétaires actuels sont les enfants de René du Passage.

    Sainte Segrée

     

    photo: JN Marchiset

    Sainte Segrée

     

    Armoiries dans l'église : à gauche blason de la famille du Passage .

    A droite le blason de la famille de Gillès : d'azur au chevron d'or accompagné de trois glands d'or, tigés et feuillés du même.

    Sainte Segrée

     

    Eglise Sainte Sigrade

    début 16ème siècle

    Sainte Segrée

    Aquarelle d'après nature 1877 (Bibliothèque municipale d'Abbeville)

    Sainte Segrée

    Sainte Segrée

     

    Sainte Segrée

    Pierre tombale de dame Louise de Pastour de Servais, décédée en 1772, épouse de Claude du Passage.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique