• Humbercourt

     http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80 

      

    D'argent aux trois aigles de gueules.

     

     

    La commune a relevé les armes de la puissante famille De Brimeu, originaire de Brimeux (avec un x), en pays d'Artois, aujourd'hui commune du Pas-de-Calais (62). Jeanne Fretel de Vismes, fille de Robert Fretel de Vismes, seigneur d'Humbercourt, fit passer la seigneurie d'Humbercourt aux De Brimeu par son mariage avec Jean I de Brimeu en 1371.

     

    Humbercourt 

    Blason des Fretel de Vismes : d'azur fretté d'or.

    Le seigneur de ce nom le plus connu fut Guy de Brimeu, seigneur d'Humbercourt et de Querrieu (80), comte de Mergen, chevalier de la Toison d'or, qui prit part à de nombreuses actions militaires et diplomatiques au service de Charles le Téméraire. Son fils Adrien de Brimeu fut tué à la bataille de Marignan en 1515.

     

    Humbercourt

    Les armes de la famille De Brimeu sont sculptées au-dessus du portail de l'église d'Humbercourt  à côté de la Toison d'or.

    Humbercourt

     

    Humbercourt

    à gauche blason des De Brimeu avec la Toison d'or 

     

     

    à droite blason des De Brimeu 

    Querrieu

     

    Dernier seigneur lieu et du nom, Georges de Brimeu, mort en 1571, chevalier, comte de Mergen, seigneur d'Humbercourt, de Querrieu, Montigny et autres lieux, laissa la seigneurie à sa fille Marie, qui épousa en secondes noces Charles II duc de Croÿ, sans postérité.

     (Jacques Dulphy)


    2 commentaires
  • Gezaincourt

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80 

     

    D'or à trois quintefeuilles mal ordonnées

     

    La commune de Gézaincourt s'est inspirée, pour ses armoiries, de celles de la famille De Fouquesolles, qui fut seigneur du lieu au 18e siècle. Cette famille était originaire de Fouquesolles, aujourd'hui hameau de Audrehem (62). En 1698, Joseph de Fouquesolles achetait le domaine et le château de Gézaincourt à la duchesse de Caderousse, héritière de Charles de Rambures.

    Pierre-Louis Blin de Bourdon, dernier seigneur du lieu, avait épousé en 1748 Marie-Louise de Fouquesolles, fille de Louis de Fouquesolles(1701-1784), chevalier puis vicomte de Doullens et baron de Fouquesolles, seigneur de Gézaincourt et d'Hulleux, ancien mousquetaire du roi, époux de Marie-Louise d'Amerval.

    Au 17e siècle, Les Fouquesolles n'étaient pas fixés sur leurs armoiries. Dans l'armorial d''Hozier, en 1697, selon les déclarants porteurs du nom on trouve : "d'argent à trois quintefeuilles de sable posés 2 et 1" pour Jacques de Fouquesolles,

    Gezaincourt

     

    écuyer, seigneur de Monstrelet, et : "d'argent à trois quintefeuilles de sinople posés 2 et 1" pour Charles de Fouquesolles, écuyer, seigneur des Barres. Rietstap (Armorial général, tome I , 1934)

    Gezaincourt

    et Jougla de Morenas (Grand armorial de France, tome IV, 1939) donnent pour leur part : "d'or à trois quintefeuilles de gueules posés 2 et 1".

    En conséquence de ce manque de rigueur dans l'héraldique familiale, la commune de Gézaincourt ne pouvait pas se priver d'en modifier encore les couleurs, et même la disposition des quintefeuilles. Elle porte donc : d'or à trois quintefeuilles mal ordonnés de gueules. (Jacques Dulphy)

     

    Historique

    Vers 1225, Robert Frestel" feit fortereche à Gisencourt, dedans la banlieue de Dorlens", il fut un turbulent personnage qui encourut l'excommunication.

    En 1372 lui avait succédé Jean de Clair qui rendit aveu pour son manoir de Gesainecourt.

    Acquise en 1463 par Guy de Brimeu, l'un des proches conseillers de Charles le Téméraire, la seigneurie échut à la fin du 16ème siècle à Marie de Brimeu, épouse de Charles de Croÿ, duc d'Arschot, qui demanda en 1605 à son cousin Charles de Rambures, gouverneur de Doullens, de lui bâtir une maison pour sa retraite.

    Quelques temps plus tard elle lui en fit don sous réserve de l'usufruit.

    La duchesse de Caderousse en hérita à la fin du 17ème siècle.

    En 1698, Jacques, baron de Fouquesolles l'acquit moyennant 35500 livres.

    En 1748, sa petite-fille Marie-Louise l'apporta en mariage à Pierre-Louis Blin de Bourdon.

    Le ménage s'installa à Gezaincourt où naquirent leurs enfants dans les années 1750, avant de pouvoir habiter le château qu'il faisait construire à Bourdon.

    Alexandre, vicomte Blin de Bourdon et député de la Somme, laissa Gezaincourt à sa fille Charlotte qui épousa en 1828 le baron Lallart de Lebucquière.

    En 1846, il fit remplacer le vieux château par la demeure actuelle.

    Gezaincourt

    Les frères Duthoit se chargèrent de la sculpture des frontons et des consoles de balcons.

    Gezaincourt

    Gezaincourt

    Lallart de Lebucquière : d'or au chevron de gueules, accompagné de trois étoiles de sable en chef et en pointe d'un croissant montant de même

    Gezaincourt

     

    Blin de Bourdon : d'argent à trois trèfles de sable, les queues en haut et posés 2 et 1, surmontés de trois merlettes aussi de sable, rangées en chef. 

     

    Berthe Lallart de Lebucquière épousa en 1855 le comte Adalbert de Franqueville.

    A la génération suivante en 1897, leurs héritiers vendirent le domaine à René de Vésian.

    Au lendemain de la dernière guerre, le château devient la propriété des mines de Beaumont, il fut converti en colonie de vacances de la CAF de Valenciennes.

    Gezaincourt

    Fronton arrière avec les initiales Lallart de Lebucquière.

     


    votre commentaire
  • Bealcourt

     

     http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80 

    Écartelé: aux 1er et 4e de sable à six billettes d'or ordonnées en orle, trois en chef senestre et trois en pointe dextre, aux 2e et 3e d'azur à deux bandes d'or; à la croix en filet de gueules brochant sur la partition; à la cotice d'or brochant sur le tout.

    Bealcourt

    Bealcourtphoto: J.Dulphy

    Béalcourt a adopté pour blason celui que tient un ange, sur un culot de pierre (XVe siècle) situé au-dessus de la porte de l'église, ancienne église de Mons (village disparu) et Béalcourt. Ce blason est représenté depuis quelques années sur les plaques de rues. A qui est ce blason, à l'origine? On serait tenté de lire, dans l'écartelé 1 et 4, le blason de la famille de Saveuse (de gueules à la bande d'or accompagnée de six billettes du même) et aux 2 et 3 celui de la famille de Beauvoir (d'argent à deux bandes de gueules). Ce blason réunit les deux blasons du couple composé de Jeannet de Saveuse et d'Antoinette de Beauvoir. Ils furent les parents de Ferry de Saveuse, chevalier, seigneur de Béalcourt au moment de la rédaction de la coutume locale, seigneur aussi de Beauvoir (par l'héritage de sa mère), de Sains et de Bailleul.

    Jeannet (ou Jean ) de Saveuse fut fait chevalier en 1452 à la prise de Bayonne. La commune a relevé ce blason, a ajouté un filet en croix sur la partition et a appliqué des émaux de fantaisie. (Jacques Dulphy)

    BealcourtBlason de la famille de Saveuse

    Bealcourt

    Les couleurs du blason figurant sur les plaques de rues et celles qui figurent sur la plaque qui vient d'être apposée sur la nouvelle mairie, en plus d'être purement fantaisistes, sont différentes. Sur cette plaque à la mairie, le bleu "turquoise" est devenu sinople, et le "bleu noir" est devenu azur. Si, historiquement parlant, c'est tout aussi saugrenu, c'est héraldiquement plus convenable! (J. Dulphy)

     

    Bealcourtphoto: J.Dulphy 2013

     

     Blason de Nicolas Le Bel 1580 et de Jean Le bel 1680, seigneurs de Mons et Béalcourt

    D'azur au chevron d'or chargé de trois roses de gueules, accompagné de trois molettes d'éperon d'or.

    Bealcourt

     

    Bealcourt

    Blason de Joseph de Buissy, vicomte du Mesnil-1700, seigneur de Mons et Béalcourt

    D'argent à une fasce de gueules, chargée de trois fermaux d'or.

    Bealcourt

    Voûte de l'église avec la date de 1672

     

    Bealcourt

    Autre blason dans l'église


    votre commentaire
  • Beauquesne

    Parti : au 1er, d'or au chêne de sinople

    Au 2ème, mi-parti d'azur à la fleur de lys d'or

     

     Armes parlantes: chêne se dit en picard "quesne". Le chêne a toujours été présent depuis un sceau de 1260.

    Beauquesne

    La fleur de lis rappelle l'existence de la prévôté royale de Beauquesne durant tout le Moyen-Âge.
    "Ce blason constitue le motif central d'un vitrail (début du 20e siècle) situé au-dessus de la porte latérale nord de la nef de l'église (1900)." (J. Dulphy)

    Beauquesne

     

    Le village est le siège d'une prévôté royale depuis Philippe Auguste.

    Un réseau de souterrains-refuges a été creusé dès la construction du château.

    Le château fort est bâti par Philippe d'Alsace, comte de Flandres vers 1182.

    Il est démantelé puis les ruines sont vendues sous la Révolution française. Le site se trouve à l'angle sud-est de l'actuelle place publique.

    BeauquesnePhilippe d'Alsace

     

    Le 13 janvier 1750, les pavés sont retirés des rues et servent à regarnir celles de la ville voisine de Doullens.

    Beauquesne

    Ancienne église

    Beauquesne

    L'église Saint Jean-Baptiste possède un clocher gothique à quatre étages du XIIIe siècle inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis le 4 mars 1926. L'église actuelle, construite en briques de style néo-roman début XXe siècle, remplace l'édifice précédent du XIII° siècle. La mosaïque qu'elle renferme, Les anges du sacrifice et de la victoire, a été réalisée par Gustave Riquet.


    votre commentaire
  • Beauval

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80  

     

    D'azur à trois gerbes d'avoine d'or.

    Beauval

    Sans aucun doute, Robert, seigneur de Beauval, dont le sceau de 1262 portant trois gerbes d'avoine a été repris par la commune de Beauval, était issu de la famille des comtes de Saint-Pol, surnommés Campdavène (champ d'avoine).

    Les Saint-Pol Campdavène de lignée directe furent seigneur de Beauval jusqu'en 1204. En 1219, Hugues IV de Saint-Pol Campdavène, qui n'apparaît comme sire de Beauval qu'à partir de 1202, octroya une charte communale aux habitants de Beauval. Robert, qui nous intéresse, frère d'Etienne, était sans doute fils de Baudouin, et petits-fils d'Hugues IV.

    Reste que l'on retrouve aujourd'hui les gerbes d'avoine (d'or sur azur, armes parlantes) sur les blasons de Saint-Pol sur-Ternoise (62) (une gerbe dans un parti) et sur celui de Beauval (80), deux seigneuries du domaine des Campadavène.

    Beauval

    Sceau de Bauduin de Candavène 1240, son bouclier porte 5 gerbes en croix

    Beauval adopta les siennes à la fin du XIXe siècle, quand il s'agit de les sculpter dans la pierre, au-dessus de l'entrée principale de la nouvelle mairie, où elles sont encore, surmontées d'une couronne murale et supportées par une branche de laurier et une branche de chêne". (Jacques Dulphy.

    *

    Après les Candavène, la seigneurie fut acquise par Jean Bureau de la Rivière, premier chambellan de Charles V, qui rendit aveu en 1386 pour le château.

    Passée à son gendre Jacques de Châtillon puis dans la famille de Créqui.

    La terre fut acquise en 1714 par Jean-Baptiste Boucquel, dont le petit-fils Jean-Guillain Boucquel fut le dernier seigneur.

    Situé sur la colline près de l'église, le château ruiné, accompagné de granges, cour et jardin, n'a pas laissé de vestiges.

    Beauvalcliquer pour agrandir

    Beauval

     

    Beauval

     

    Beauval- Près de l'église Saint-Nicolas

    Sur incitation du curé de l’époque, Charles Saint, Jules Abel Saint, richissimes industriels, financent entièrement l’église Saint-Nicolas de Beauval, en 1884. En guise de remerciements, un oratoire est construit près de l’église dans lequel on insère la statue de saint Charles Borromée, archevêque de Milan au 16° siècle. Sur le socle de la statue, est mentionnée la signature d’Albert Roze et la date de 1904.

    Source: Revue du Nord, "l'église de Beauval et la famille Saint" par François Lefebvre, p. 337 à 346  

    Beauval

     

    Blason de Charles Borromée

    Chapeau de sinople et cordelière de 10 houppes pour un archevêque.

     

    Beauval

     

    Ancienne église du XIIème siècle

    Beauval


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique