• Bray-les-Mareuil

    Bray-les-Mareuil

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80

     De sinople au héron d'argent, becqué en membré d'or, accosté de deux coquilles d'or ; au chef d'argent chargé de trois fleurs de lis au pied nourri de gueules.

    Création Jacques Dulphy.
    Adopté le 2 juin 2006.

     

    Les fleurs de lis au pied nourri sont tirées du blason des Carpentin (seigneurs de Bray de 1480 à 1660) ; les coquilles sont tirées du blason des de Marcillac (voir explications ci-dessous).

    Fondus en relief sur la cloche, les "marcs à anse" des de Marcillac, pièces héraldiques rares, ont pu être confondu avec des coquilles.

    de Marcillac : d'azur à trois marcs à anse d'or.

    Bray-les-Mareuil

    Le héron symbolise les marais du val de Somme, dont le nom du village, par son étymologie, évoque par deux fois la présence." (J. Dulphy)

    ***

    Possession des de Carpentin jusqu'en 1660, puis de Louis de Caullières.

    Bray-les-Mareuil

    De Carpentin : d'argent à trois fleurs de lis au pied coupé de gueules

    La seigneurie passa par alliance en 1690 à Guillaume de Marcillac qui, en 1725, en obtint l'érection en comté, il épousa Louise-Marie de Caullière.

    En 1773, Marie-Françoise de Marcillac l'apporta en mariage à Louis-Michel Le Canu, vicomte de La Jonquière.

    Bray-les-Mareuil

    Le Canu de la Jonquière de Bray : d'argent au chevron d'azur accompagné de trois roses de gueules

    Dix ans plus tard, dit-on, Vincent Le Canu fit abattre les derniers vestiges du château-fort qui s'élevait dans la vallée de la Somme, on peut encore en identifier le site dans un herbage.

    Il fait alors bâtir une nouvelle demeure sur l'emplacement actuel, sur la hauteur.

    Bray-les-Mareuil

    En 1862, ses successeurs vendirent le domaine à Ferdinand Mallet, avoué à Abbeville et adjoint au maire de la ville en 1870.

    Il fit entièrement rénover la demeure où il mourut en 1914.

    Son fils Georges, avocat à Paris et président de la Société d'émulation d'Abbeville, lui succède.

    Puis son petit-fils Robert Mallet, homme de lettres et recteur de l'académie d'Amiens puis de Paris.

    ***

    Eglise N-D de la Nativité

    Bray-les-Mareuil

    En 1850

    Bray-les-Mareuil

    1864

    Bray-les-Mareuil


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :