• Brailly-Cornehotte

    Brailly-Cornehotte

    http://armorialdefrance.fr/

    De gueules à la licorne saillante, ailée d'argent, accornée et onglée d'or, accompagnée en pointe d'un écusson d'argent à la croix pattée et alésée de gueules.

    ***

    Création Jacques Dulphy, Daniel Juric sur une suggestion du maire, Joël Debacker.
    Adopté le 14 avril 2011.
    Armes parlantes: Cornehotte - corne haute; les ailes donnant plus de hauteur encore.
    Depuis plusieurs années, la licorne ailée, mais la tête contournée, était utilisée comme logo par la commune. L'écusson en pointe rappelle la présence au Moyen âge, au hameau du Grand Bellinval, d'une commanderie templière, devenue après la dissolution de l'ordre une commanderie hospitalière.

    ***

    Brailly-Cornehotte

    Antoine de Buigny, lieutenant-sénéchal de Ponthieu en 1542, est l'ancêtre de Jean-François, comte de Buigny, mousquetaire du roi puis capitaine de cavalerie, qui mourut en 1773 en son château de Brailly.

    Brailly-Cornehotte

    de Buigny : d'or à la bande de gueules, chargée de trois lions d'argent, accompagnée de deux buis de sinople.

    Trois ans plus tôt, sa fille Alexandrine, avait épousé Antoine-Joseph du Maisniel de Saint-Léger, capitaine de cavalerie et gouverneur de Crécy, ils résidaient ordinairement à Abbeville, en leur hôtel de la rue des Minimes.

    Brailly-Cornehotte

    du Maisniel : d'argent à deux fasces de gueules, chargée chacune de trois besants d'or.

    Ils entreprirent la reconstruction du château en 1775, en y consacrant des sommes importantes.

    Brailly-Cornehotte

     

    Merci à Jean-Noël Marchiset-Héraut pour les photos du château

    Parti pour l'émigration en 1792, Antoine-Joseph du Maisniel retrouva l'essentiel de ses biens sous le Directoire et fut maire de la commune de 1807 jusqu'à sa mort en 1822.

    Son petit-fils, François-Charles Drillet de Lanigou lui succèda jusqu'en 1891 date de son décès.

    Brailly-Cornehotte

    Brailly-Cornehotte

    Mis en vente, le domaine fut acquis par le comte Le Bas du Plessis et son épouse Josèphe-Paule de Forceville qui firent profondément remanier le château.

    Brailly-CornehotteBrailly-Cornehotte

     

    Le Bas du Plessis : d'or au lion de gueules accompagné de trois arbres arrachés de sinople.

    de Forceville : de gueules au sautoir d'argent, cantonné de quatre merlettes du même.

    Leur fille Isabelle épouse du comte Maxime de Ganay en hérita en 1917 et le revendit en 1926 à un marchand de moutons...puis racheté en 1929 par le comte de Montmorot.

    Le château fut pillé en 1940 puis en 1944.

    Finalement acquis en 1947 et restauré par le vicomte Raymond de Chabot-Tramecourt.

    Le château est toujours dans la descendance.

    Brailly-Cornehotte

    écartelé : aux 1 et 4 : d'or à trois chabots de gueules (Chabot)

    aux 2 et 3 : d'argent à la croix ancrée de sable (Tramecourt)

    Les boiseries de la chambre dite de Florian portent les initiales J.D.A.B correspondant à Joseph Du Maisniel et Alexandrine de Buigny

    Brailly-Cornehotte

     

    Brailly-Cornehotte

     ***

    Eglise Saint Martin

    reconstruite en 1882, la cloche est datée de 1624.

    Brailly-Cornehotte

    Nouvelle église 1882

    Brailly-Cornehotte

    Brailly-Cornehotte


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :