• Béhen

    Behen

    http://armorialdefrance.fr/  

     

     

    D'argent au sautoir de gueules, cantonné de quatre hures de sanglier de sable.

    ***

    Il s'agit des armes de la famille Carue, dont la généalogie suivie commence en 1363 à Martainneville, et s'achève aux premières années du XVIe siècle.
    Jean Carue, écuyer de cuisine du roi, est seigneur de Béhen de 1442 à 1448. Il est le premier du nom parmi les seigneurs du lieu. Après lui, la seigneurie passa à son fils Jean (seigneur de 1480 à 1519) puis à Jeanne, fille du précédent, seigneur de 1519 à 1540, dernière du nom, épouse de Charles Cornu, seigneur de Beaucamps.
    Ce blason est sculpté dans le bois, timbré d'un heaume, et orne la salle du conseil et des mariages à la mairie de Béhen.
    (Jacques Dulphy)

    Behen

     

    Blason de la famille Carue, qui a inspiré le blason de Béhen.
    "Chronologie des maïeurs d'Abbeville" par le père Ignace, 1657.
    Bibliothèque municipale d'Abbeville.

    (Aimablement transmis par Jacques Dulphy) 

    ****

    Château des Alleux

    Béhen

     

    Hutin de Friaucourt en était le seigneur en 1456.

    Melchior de Bellengreville de 1525 à 1550.

    Vers 1550 Isabeau Gaillard, dame des Alleus (sic), épousa Jean du Bus, seigneur de Saucourt.

    En 1573 le mariage de leur fille Geneviève avec François de Créquy, vicomte de Langle, mort en 1630.

    Son fils Charles lui succéda, à sa mort en 1653, succédèrent ses fils Adrien et Antoine-Léonor(mort en 1721) qui moururent sans postérité.

    Le domaine revint à un de leurs cousins Créqui dont l'épouse Marie-Jeanne Liault de Séronville y habita jusqu'à sa mort en 1761, au contraire de son fils Charles-Augustin qui mena une carrière militaire comme maréchal de camp.

    En 1790, il légua ses biens à son cousin Charles-Antoine Le Blond, seigneur du Plouy, qui partit pour l'émigration.

    Déclaré bien national, le domaine fut adjugé en 1793 à Pierre Sagnier puis revendu en 1826 à Bonaventure Eloy de Vicq, bon musicien qui avait trouvé refuge à Abbeville pendant la Révolution.

    Béhen

    Eloy de Vicq : de sable à six besants d'or

    Léon Eloy de Vicq, son fils, acquit un certain renom dans le domaine de la botanique.

    Vraissemblablement élevé avant la Révolution mais rehaussé d'un étage au début du XIX éme siècle, le corps d'habitation a malheureusement été ravagé par un incendie en 2001.

    Béhen

    Béhen

    Au-dessus de la porte de la tourelle, un encadrement de briques saillantes entoure un tableau de pierre crayeuse assez dégradé où l'on reconnait, entre deux sauvages appuyés sur des massues, un écu accompagné du collier de l'ordre de Saint-Michel, d'une couronne de marquis et de la date de 1673.

    Béhen

     

    Béhen

    De Créquy : d'or au créquier de gueules

    Béhen

    Héritière de son père en 1886, Léontine de Vicq, mourut en 1899 laissant le domaine à sa cousine Agnès de Fontanges, née Vincent d'Hantecourt, aïeule de l'actuel Propriétaire le marquis de Fontanges.

    Béhen

    De Fontanges : de gueules au chef d'or chargé de trois fleurs de lys d'azur.

     

    ****

    Château de Béhen

    Béhen

     

    Béhen

    de Bellengreville : d'azur à la croix d'or cantonnée de quatre molettes d'éperon de même.

    Longtemps possession de la famille de Bellengreville, l'imposante demeure brique et pierre du XIXème siècle a remplacé la modeste gentilhommière dessinée en 1866 par Gillard.

     

    Behen


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :