• Beauval

    Beauval

     

    http://armorialdefrance.fr/liste_dept.php?dept=80  

     

    D'azur à trois gerbes d'avoine d'or.

    Beauval

    Sans aucun doute, Robert, seigneur de Beauval, dont le sceau de 1262 portant trois gerbes d'avoine a été repris par la commune de Beauval, était issu de la famille des comtes de Saint-Pol, surnommés Campdavène (champ d'avoine).

    Les Saint-Pol Campdavène de lignée directe furent seigneur de Beauval jusqu'en 1204. En 1219, Hugues IV de Saint-Pol Campdavène, qui n'apparaît comme sire de Beauval qu'à partir de 1202, octroya une charte communale aux habitants de Beauval. Robert, qui nous intéresse, frère d'Etienne, était sans doute fils de Baudouin, et petits-fils d'Hugues IV.

    Reste que l'on retrouve aujourd'hui les gerbes d'avoine (d'or sur azur, armes parlantes) sur les blasons de Saint-Pol sur-Ternoise (62) (une gerbe dans un parti) et sur celui de Beauval (80), deux seigneuries du domaine des Campadavène.

    Beauval

    Sceau de Bauduin de Candavène 1240, son bouclier porte 5 gerbes en croix

    Beauval adopta les siennes à la fin du XIXe siècle, quand il s'agit de les sculpter dans la pierre, au-dessus de l'entrée principale de la nouvelle mairie, où elles sont encore, surmontées d'une couronne murale et supportées par une branche de laurier et une branche de chêne". (Jacques Dulphy.

    *

    Après les Candavène, la seigneurie fut acquise par Jean Bureau de la Rivière, premier chambellan de Charles V, qui rendit aveu en 1386 pour le château.

    Passée à son gendre Jacques de Châtillon puis dans la famille de Créqui.

    La terre fut acquise en 1714 par Jean-Baptiste Boucquel, dont le petit-fils Jean-Guillain Boucquel fut le dernier seigneur.

    Situé sur la colline près de l'église, le château ruiné, accompagné de granges, cour et jardin, n'a pas laissé de vestiges.

    Beauvalcliquer pour agrandir

    Beauval

     

    Beauval

     

    Beauval- Près de l'église Saint-Nicolas

    Sur incitation du curé de l’époque, Charles Saint, Jules Abel Saint, richissimes industriels, financent entièrement l’église Saint-Nicolas de Beauval, en 1884. En guise de remerciements, un oratoire est construit près de l’église dans lequel on insère la statue de saint Charles Borromée, archevêque de Milan au 16° siècle. Sur le socle de la statue, est mentionnée la signature d’Albert Roze et la date de 1904.

    Source: Revue du Nord, "l'église de Beauval et la famille Saint" par François Lefebvre, p. 337 à 346  

    Beauval

     

    Blason de Charles Borromée

    Chapeau de sinople et cordelière de 10 houppes pour un archevêque.

     

    Beauval

     

    Ancienne église du XIIème siècle

    Beauval


  • Commentaires

    1
    Jacques Dulphy
    Samedi 7 Mai 2016 à 23:04

    Clin d'œil sans rancune : votre site "sent" la passion , et j'y trouve mon plaisir !

     

    Cordialement et encouragements

     

    JD

      • Dimanche 8 Mai 2016 à 12:27

        Merci beaucoup

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :