• Ayencourt

    Egalement nommée localement Ayencourt-le-Monchel.

     

    La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    Projet de blason empruntant aux armes du chapitre Notre-Dame de la Cathédrale de Paris, deux fleurs de lis plus un lis blanc monté en sceptre marial.

    Ayencourt

     

    La seigneurie relevait de la salle du Roi à Montdidier.

    Mathieu de Séchelles (apparenté aux Soyecourt) était seigneur en 1367.

    Ayencourt

    de Séchelles : d'argent, fretté de gueules, au chef d'azur chargé de trois étoiles d'argent.

    Il y avait une tour carrée pour la demeure du seigneur et un château-fort avec fossés sur 12 journaux de terre, servant à la défense de Montdidier, il ne rendait plus service quand la ville de Montdidier fut rattachées au royaume de France, il fut probablement démantelé Par Louis XI ou Richelieu....aucun document ne mentionne l'endroit où il était situé !

    Ayencourt

    de Hangest : d'argent à la croix de gueules, chargée de cinq coquilles d'or.

    Jean de Hangest, seigneur de Heuqueville, vendit la terre et seigneurie au commencement du 15ème siècle au chapitre de la cathédrale Notre-Dame de Paris qui en obtint des lettres d'amortissement du Roi Charles VI en 1406.

    Ayencourt

    armes du chapitre N-D de Paris

    Au 18ème siècle, le chapitre fit édifier un manoir près de la rivière des Trois Doms, c'était une petite construction en briques fort élégante, il était habité par un "fermier" qui régissait les terres, percevait les impôts et rendait la justice.

    Le chapitre conserva la seigneurie jusqu'à la Révolution.

    Appréhendé comme bien national et mis aux enchères, il échut à Jean Dupuy, écuyer, demeurant à Domfront.

    Il légua à sa fille Denise, veuve de Louis-François Luglien Aubert de Montoviller, sous-préfet de Montdidier, par testament en 1828.

    En 1861, Mme de Montoviller et Mme Marie-Françoise-Clémentine Ermance de Montoviller, douairière veuve de Louis-Jean-Estève Comte Puget, vendirent moyennant le prix de 30.000 fr or à Charles-Louis-Ulric, comte de Rune, propriétaire du château de Warsy, et Marie-Antoinette du Bourg de Bozas, son épouse.

    Ayencourt

    de Rune : d'argent, au sautoir d'azur cantonné de quatre aiglettes au vol abaissé, de gueules.

    Ils firent restaurer le château, agrandir les bâtiments et aménagèrent un beau parc.

    Ayencourt

    Le comte de Rune étant décédé en 1874, sa veuve vendit le château et les terres à Alfred-Etienne Deflers, entrepreneur à Paris, au prix de 50.000 fr or.

    Mis en vente, il fit acquis en 1898 par Mme Gabrielle Schwartz, épouse de Louis-Lucien Klotz, conseiller général du canton de Rosières en Santerre.

    Le château connut alors des heures fastes, M.Klotz étant un personnage très en vue de la IIIème République, il y recevait de nombreuses personnalités de la politique jusqu'à la guerre de 1914.

    Il fut député de l'arrondissement de Montdidier, maire de la commune, président du Conseil Général de la Somme, il entra dans de nombreux ministères, comme ministre des finances du cabinet Briand depuis 1910, du cabinet Poincaré, ministre de l'intérieur du cabinet Barthou en 1913, ministre des finances du cabinet Clémenceau en 1917 jusqu'en 1919.

    Son épouse était d'une bonté proverbiale envers les malheureux et déshérités.

    Le 11 août 1918, M.Klotz ayant déjeuné aves Georges Clémenceau dans les ruines de Montdidier libéré la veille, reçu le président à son château, en partie démoli par le bombardement d'artillerie.

    Ayencourt

    Ayencourt

    M.Klotz et Clémenceau

    Il entreprit la restauration du château après la guerre, malheureusement un architecte fou ou inconscient, allait mutiler l'ordonnance de la belle façade donnant sur la cour d'honneur.

    La restauration fut interrompue par le décès de M.Klotz qui après des déboires  mis fin à ses jours en 1930.

    Mme Klotz fera don à la commune de terrains pour édifier la Mairie-Ecole et pour installer le nouveau cimetière.

                                                          *

    Le Monchel était le chef-lieu de la seigneurie des Petites Tournelles, qui était tenue du fief des Grandes Tournelles à Montdidier.

    René de La Tournelle en était le seigneur en 1383.

    Thibault de Mailly, par donation de Marie de Hangard en 1581.

    La famille de Mailly-Nesle jusqu'au milieu du 17ème siècle.

                                                           *

                                               Eglise Saint-Martin

    L'ancienne église était située dans le cimetière jouxtant le château, construite en pierres et pouvait être du début du 16ème siècle.

    Ayencourt

    en 1875

    Le bénitier portait la date de 1652.

    Ayencourt

    Bombardée pendant la Première Guerre, elle fut démolie.

    Ayencourt

    Dès que le village se fut relevé de ses ruines, on reconstruisit l'église au pied de la colline du Monchel.

    Ayencourt

    Photo : APictche


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :