• Avelesges

    La commune ne possède pas de blason officiel.

     

    Projet soumis par Jacques Dulphy en reprenant les armes de la famille Picquet associées à une fleur de lis au naturel pour le premier, et le second avec en plus les armes des sires d'Airaines en pointe.

     

    AvelesgesAvelesges

     

    Les premiers seigneurs connus furent les sires d'Airaines avec Hugues d'Airaines en 1239.

    Avelesges

    sires d'Airaines : d'argent à trois fasces de gueules.

     

    Seigneur d'Avelesges, du Quesnel et de Chaussoy au début du 16ème siècle, Adrien Picquet appartenait à une famille amiénoise.

    Avelesges

    Picquet : d'azur à la bande d'or, chargée de trois merlettes de sable.

     

    L'aîné de ses fils Jean servit sous le seigneur de Pont-Rémy et fut armé chevalier en 1546.

    Le château pourrait être l'oeuvre d'Antoine Picquet, écuyer, ingénieur du roi, qui hérita en 1687 de son père Geoffroy.

    La seigneurie passa à Jean Picquet, puis à son neveu François Picquet de Famechon, cité en 1699 et en 1734 comme y demeurant ordinairement.

    Maximilien Picquet, officier au régiment de Monaco-infanterie, n'eut pas de postérité de son mariage avec Catherine de Belloy.

    A sa mort en 1781, le domaine échut à sa nièce Marie-Gabrielle de Milleville dont les enfants s'en défirent en 1806.

    L'acquéreur fut le comte Gustave de Chassepot, le frère aîné du futur marquis de Pissy, lieutenant de louveterie en Amiénois, il mourut en 1837.

    Avelesges

    d'azur, à la fasce ondée d'or accompagnée de trois roses du même.

    Son fils Jude de Chassepot, né en 1808, ardent légitimiste, il servit dans l'armée bavaroise, vers 1830 il revint à cheval de Munich à Avelesges sans réaliser qu'il venait de faire une performance, successeur de son père dans ses fonctions, il anima une véritable école de vénerie à Avelesges dans les années 1850.

    Mis en vente après sa mort, le château fut acquis en 1879 par Gustave Pommeret des Varennes dont l'épouse Antoinette de Morgan souhaitait se rapprocher de Belloy-Saint-Léonard.

    Avelesges

    Pommeret des Varennes : d'azur à un chevron d'or chargé d'une rose de gueules, et de deux pommes d'argent en fasce et d'une raie d'argent (poisson) en pointe.

    Avelesges

    Ravagé par un incendie dû à la jalousie d'un ancien cocher, dit-on, une nuit de juin 1886.

    Il n'a pas été restauré, on reconnait encore le portail d'entrée, les dépendances et les murs de clôture du parc.

    AvelesgesAvelesges

    AvelesgesAvelesges

     

    ***

    Eglise Notre-Dame de la Nativité

    16ème siècle, très restaurée au 18ème siècle.

    Avelesges

     

     

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :